AccueilAccueil  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 nos souvenirs (nova)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Erik Nordisky

avatar

Messages : 241
Inscription : 28/05/2015
Crédits : justine (avatar) tumblr (gif)

ONCE UPON A TIME
Personnage: blue (fée)
Emploi: soliste
Relations :

MessageSujet: nos souvenirs (nova)   Ven 29 Mai - 9:46

correspondance de nova et d'erik


~
❝ Les baisers écrits ne parviennent pas à destination, les fantômes les boivent en route. ❞




    Nova,

    Des papiers raturées, roulés en boule, jonchent le sol de ma chambre au motel. Je t'avoue que je ne sais pas comment commencer cette lettre. J'ai peur que mes mots se perdent en chemin, dans l'air et dans les mois qui sont déjà passés, et qu'ils ne t'atteignent pas. Alors je rature, je griffonne, je recommence, insatisfait de tous ces mots qui me paraissent inadéquates. Mais j'espère, de tout mon cœur, qu'ils ne t'atteindront pas trop non plus, qu'ils ne te feront pas mal et qu'ils se poseront juste sur ton cœur pour l'envelopper. Je ne sais pas mais j'espère.

    Je t'écris car dehors le ciel déverse tout son chagrin sur la Terre et tape sur les fenêtres. Nous avons toujours été plus heureux sous la pluie.

    Tu me parais si loin. C'est étrange puisque nous habitons la même ville et que jamais nous ne la quittons. Hier, je suis passé devant la bibliothèque et j'ai senti mon cœur qui tanguait dans ma poitrine. J'ai essayé de t'imaginer, entre les livres, entre les silences, entre les gens, avec ton sourire soleil et tes pas de chatons. Mais je n'y arrive pas. Je ne sais pas où tu es, ce que tu fais, ce que tu deviens. J'ai voulu me faire étranger à ta vie pour nous éviter cette souffrance inutile mais il est insoutenable pour moi de ne rien savoir de toi. Car, que nous le voulions ou pas, tu fais parti de moi autant que je fais parti de toi.

    Il s'est arrêté de pleuvoir alors mes mots vont s'arrêter là.

    Je n'ai pas oublié ton visage, ni ton cœur et tout le reste.

    (ton ?) Erik.


_________________
“ He would sit there each night, more alone than the invisible stars. „
I am obsessed at nights with the idea of my own worthlessness, and if it were only to turn a light on to save my life I think I would not do it. These are the last footprints of a headache I suppose. Do you ever feel that? - like an old weed in a stream. What do you feel, lying in bed?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nova Connely

avatar

Messages : 2418
Inscription : 29/01/2015
Crédits : BALACLAVA (avatar), tumblr (signature).

ONCE UPON A TIME
Personnage: lili la tigresse.
Emploi: bibliothécaire.
Relations :

MessageSujet: Re: nos souvenirs (nova)   Dim 31 Mai - 23:31


Erik,

Peu importe les mots, ils m’iront tous, même tes ratures et tes papiers froissés, les phrases écrites à moitié, les mots de travers, ceux à l’envers, ils resteront toujours beaux, puisqu’ils viennent de toi. Tes mots décorent mon cœur. Ils s’y sont glissés tout doucement alors que je te lisais. Ce n’est rien de grave, je crois. Est-ce que c’est grave ?

Parfois j’ai l’impression de te voir parmi les passants, je crois reconnaître tes yeux sur un visage qui se perd entre les autres. Je crois t’apercevoir au coin de la rue, et puis quand j’y arrive il n’y a plus personne. Parfois je pense entendre ton violon au loin, peut-être que c’est toi qui est en train de jouer devant des spectateurs qui s’arrêtent en chemin pour t’écouter. Je ne sais jamais si c’est mon imagination, ou si c’est vraiment toi. Je ne sais pas non plus ce qu’il est préférable de penser. Je pense qu’il vaut mieux que ce ne soit que ma tête qui déraille et te glisse sur mon chemin, qui te dessine dans la banalité de mes pas, parce que ça me ferait trop mal au cœur de te savoir si près et pourtant si loin, de savoir que ta silhouette n’est plus qu’une de plus qui se fond parmi les inconnus. Ça serait te rendre étranger, te faire redevenir un homme comme les autres alors que tu occupes une place encore si grande dans mon cœur. Alors on dira que je perds la tête, d’accord ?

Je pensais que la douleur ne serait là qu’un temps, qu’elle s’atténuerait pour devenir comme un nuage gris qui reste là mais qui se laisse oublier, mais finalement elle s’accroche à mon cœur et ne semble pas vouloir s’en aller. Tu vois, je n’arrive pas non plus à me faire au silence creusé autour de toi, il ne fait que résonner et rebondir à l’intérieur de mon cœur. Ça cogne un peu. Je peux t’imaginer parfois, encore entendre ta voix, lire tes sourires toujours légers, parfois à peine imperceptibles mais qui faisaient naître les miens comme des soleils. Mais mes souvenirs semblent si fades lorsque je sais que je pourrais simplement quitter mon appartement et te retrouver, je pourrais frapper à la porte de ta chambre et puis attendre en écoutant les battements de mon cœur qui retrouveront le rythme du tien. Ne rien savoir de toi ne fait que rendre ce silence plus pesant. Alors tes mots se posent sur mon cœur oui, et je crois vraiment que ce n’est rien de grave, parce qu’un peu de toi s’y pose avec.

J’espère que les miens, de mots, viendront se poser comme un parterre de fleur, pour qu’il décore ton cœur de mille couleurs. Tout ce que je souhaite c’est qu’ils t’apaisent, je n’aime pas te savoir comme ça, j’ai sentit le vide rebondir encore contre les parois de mon palpitant en lisant ça, parce que c’est moi qui cause ta souffrance, lorsque je ne souhaite que souffler dessus, pour qu’elle disparaisse et s’envole très très loin.

Je sais que je n’ai pas le droit de penser ça, mais j’aimerais qu’il ne s’arrête jamais de pleuvoir, pour que tu m’écrives encore et encore.


Tu l’as rendu si belle, la pluie. Pourtant, je n’ai pas su l’attendre pour écrire ces mots.

Ta Nova, qui reste tienne dans le silence.

_________________
Elle marche, fragile comme une jonquille, poussée au dos par un grand vent, et toutes les pensées qui l'habillent lui donnent un air de cerf volant.


Dernière édition par Nova Connely le Dim 25 Oct - 2:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erik Nordisky

avatar

Messages : 241
Inscription : 28/05/2015
Crédits : justine (avatar) tumblr (gif)

ONCE UPON A TIME
Personnage: blue (fée)
Emploi: soliste
Relations :

MessageSujet: Re: nos souvenirs (nova)   Lun 1 Juin - 22:54

~
❝ Je me perds dans ta pensée plus sûrement que dans un désert. Tu n'es pas la passante, mais la perpétuelle amante. ❞




    Nova,

    Ta lettre a fait passer le soleil à travers la pluie où naquit un arc-en-ciel. C'était très joli. Un peu comme toi.

    Mais il y a des mots que l'on ne peut pas dire ou écrire. Il y a des mots qui doivent rester secret alors, je les raye, les efface. Je les cache dans une petite boite au fond de mon cœur, au plus profond de mon être, de mon âme fragile, de ma carcasse éphémère. Il y a des mots qui me font peur, des choses que je ne sais pas dire. Il y a des mots qui me manquent pour exprimer ma présence sur cette Terre. Tu crois que tu pourrais m'en offrir ? Car toi, tu dis tout, sans filtre et sans frayeur, avec toute cette bonté qui te rend si belle. Tu n'as pas peur, Nova. La vie te caresse du bout de ses doigts longilignes sans te griffer ou t'étouffer. Est ce pour ça que je t'aime que je t'ai aimé ? Quand j'y pense, je crois que c'est ça, oui c'est ça. Tu as toujours porté sur ton visage l'infinie douceur du monde : celle des fleurs, du printemps, des gouttes de rosée, de la poésie, des femmes, des enfants et des vieillards.

    Rien n'est grave. Ne t'en fais pas.

    Je m'excuse de laisser des traces. Pourtant j'ai toujours fait attention à ça, les traces, car je connais leur pouvoir de destruction. Et peut-être qu'un jour on arrêtera de se voir ou de se chercher parmi la foule ou le silence. Peut-être qu'un jour son se trouvera enfin. Je veux dire, vraiment. Sans cette pellicule qu'il y a toujours entre les gens, même ceux qui s'aiment. Peut-être qu'un jour tu voudras déchirer ta pellicule de protection avec moi. Peut-être que ce jour là, âme dénudée contre âme dénudée, je pourrais finalement t'offrir tout l'amour que tu mérites et que je n'ai jamais su totalement te donner. Et même si on ne se trouve pas entre les rues et les gens, j'espère que tu entendras toujours l'archer danser sur les cordes de mon violon et je continuerais à t'écrire, puisque cela soulage ton cœur, tous les jours si tu le veux.

    Mieux que des fleurs, car elles fanent l'hiver venu, tes mots sont un soleil qui chasse les nuages, la neige, la pluie et le brouillard.

    Mais si il ne s'arrête jamais de pleuvoir, nous finirons par nous noyer. Je ne veux pas que tu coules sous la tristesse du ciel. Sous la mienne non plus.


    Avec toute ma tendresse,
    Eternellement,

    Erik.


_________________
“ He would sit there each night, more alone than the invisible stars. „
I am obsessed at nights with the idea of my own worthlessness, and if it were only to turn a light on to save my life I think I would not do it. These are the last footprints of a headache I suppose. Do you ever feel that? - like an old weed in a stream. What do you feel, lying in bed?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nova Connely

avatar

Messages : 2418
Inscription : 29/01/2015
Crédits : BALACLAVA (avatar), tumblr (signature).

ONCE UPON A TIME
Personnage: lili la tigresse.
Emploi: bibliothécaire.
Relations :

MessageSujet: Re: nos souvenirs (nova)   Ven 5 Juin - 23:08

Erik,

Je ne savais plus si je devais t’écrire sous la pluie ou le soleil, alors j’ai préféré attendre la lune et puis la nuit. Je me dis que tu ressembles un peu aux étoiles, même sous la pluie ou l’orage, elles continuent de briller accrochées dans le ciel.

J’aimerais pouvoir poser ma tête contre ton cœur, peut-être que j’arriverais à entendre les mots que tu laisses caché là, tout au fond dans une petite boîte. Mais je sais, qu’il y a des choses qu’on ne doit pas dire, ou qu’il ne faut plus avouer, il y a des mots à oublier, des phrases à rayer et mettre de côté. Mais c’est triste, de devoir camoufler ses mots, les laisser là, perdus dans son cœur, dans un coin à l’ombre. Même si ça fait souffrir, c’est vrai, parfois, que ça coupe le souffle et qu’ils causent des peines plus grande que les tempêtes, ils causent plus de mal encore enfermés dans le cœur, parce qu’ils ne dorment jamais et restent là à attendre en faisant tomber la pluie, sans cesse. Je t’offrirais tous les mots du monde, tous ceux que tu souhaites, ceux dans mon cœur et dans ma tête, ceux qui volent au vent et qui rejoignent les étoiles. Mais il m’en manque aussi, il y a tant de choses qui restent perdus dans mon cœur parce que je ne sais pas poser les mots qu’il faut. Il y a des choses aussi que je laisse à mon âme, à ma tête remplie de nuages, simplement parce qu’elles seraient moins belles une fois dites. J’aimerais savoir tout avouer, sans rien briser, mais je ne sais pas encore, j’essaye d’apprendre tout doucement. Mais tes mots encore se posent sur mon cœur et le recouvrent d’un voile rassurant qui l’apaise.

Tes traces sont importantes, je sais que tu as toujours voulu qu’elles ne restent pas, qu’elles s’effacent. Mais que serait mon cœur sans traces de toi ? Il serait triste et gris, il sonnerait silencieux, ça résonnerait de tout côté parce qu’il serait vide de toi. Et je ne veux pas l’imaginer sans des bouts de toi, tes mots et tes regards. Que ta voix y résonne un peu, plutôt que du rien. Alors ne t’excuse pas de laisser des traces, je suis heureuse qu’elles restent là, même si ça fait mal parfois encore, c’est vrai. Mais les chagrins pèseraient encore plus lourds sans ces traces qui restent là.

Tu crois que c’est possible encore ? Qu’on se trouve un jour, pour de vrai, sans pellicules, sans rien de plus que notre cœur qui bat, et notre âme qu’on offrirait à l’autre, entre nos mains ? J’aimerais y croire, vraiment très fort. Mais je ne sais pas comment faire, je ne sais pas arriver à tout ce que tu dis, pourtant j’aimerais tant. Tu sais toi, comment faire Erik ?

Il me suffit d’y penser pour l’entendre encore, ton violon, comme une berceuse qui résonne jusqu’à la lune, je crois que je l’entendrais toujours, il y a temps de choses que tu dis lorsque tu te mets à jouer, tu racontes des mots si beaux, délicats. Peut-être qu’ils sont cachés là, les mots que tu laisses à ton cœur, ceux qui te manquent, je crois que tu les as finalement avec toi, toujours, ils s’expriment simplement au travers des notes que tu joues. Et se sont probablement les plus belles des mélodies.

J’ai assez de place pour prendre un peu de ta tristesse encore, en plus de la mienne, alors ne t’inquiètes pas, lorsque je regarde la pluie je sourie, parce que je pense à toi. C’est triste et beau à la fois, alors ce n’est rien.


Il y a peut-être autant d’étoiles que de parcelles de toi dans le ciel,
Je l’espère en tout cas,

Nova.

_________________
Elle marche, fragile comme une jonquille, poussée au dos par un grand vent, et toutes les pensées qui l'habillent lui donnent un air de cerf volant.


Dernière édition par Nova Connely le Dim 25 Oct - 2:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erik Nordisky

avatar

Messages : 241
Inscription : 28/05/2015
Crédits : justine (avatar) tumblr (gif)

ONCE UPON A TIME
Personnage: blue (fée)
Emploi: soliste
Relations :

MessageSujet: Re: nos souvenirs (nova)   Lun 8 Juin - 23:18

~
❝ I am dirty, Milena, infinitely dirty, this is why I scream so much about purity. No one sings as purely as those who inhabit the deepest hell—what we take to be the song of angels is their song. ❞



    Nova,

    Tu triches. Mais peut-être devrions nous nous résoudre à le faire, nous qui avons toujours joué selon les règles, puisque cela ne semble pas nous réussir. Est ce que c'est ce que les autres font ? Est ce qu'ils trichent, truquent les dés, manipulent les cartes ? Mais je crois être trop honnête pour me résoudre à biaiser avec la vie. Pardonne moi.

    Je suis heureux de me savoir étoile dans ton ciel. Toi aussi tu brilles, là haut, tout là haut, constamment. Il y a chez certaines femmes, des flammes incandescentes se trémoussant dans leur regard mais dans tes yeux, Nova, les astres dansent avec l'infinie douceur de ceux que le temps ne semble pas atteindre.

    La symphonie de mon cœur était si belle quand c'était toi qui l'écoutait. Je t'offre mes mélodies, toutes celles qui sont cachées en moi. Toutes ces notes décousues qui, jamais, ne se mélangent à la danse de mon archer. Prends les, elles sont pour toi. Et moi, en échange, je prendrais soin de tous tes mots maux, de toutes tes peurs.

    J'aimerais tant m'effacer, tu le sais, tu le dis toi aussi. Je rêve d'un monde où l'on m'autoriserait à glisser sur la vie, sur les autres, comme un bateau fendant les vagues, un avion frôlant les nuages. Je rêve d'être comme les pas sur le sable que la mer efface à chaque fois qu'elle passe, comme une goutte de pluie qui s'éparpille au sol, comme un nuage qui ne passe qu'une fois et que l'on oublie aussitôt, pour laisser la place aux autres. Ai-je vraiment laissé des traces à même ton cœur ? Tu n'aurais pas dû me laisser faire ça. Dans ta vie j'ai laissé si peu de marques Nova, aucune photo, pas de brosse à dent, pas de plans sur la comète. J'ai voulu me faire fantôme pour t'épargner des cicatrices mais je t'ai heurté par mon absence, ma demi-présence. Alors, si nous devons finalement laisser une trace pour survivre, ces lettres seront la notre. Le vestige de nos cœurs, de nos esprits et de nos âmes.

    Bien sûr que j'y crois. On s'est tellement perdus Nova, il faut bien que l'on se retrouve, se trouve un jour. Sinon, à quoi bon ?

    Ne t'encombre pas trop avec moi, mes mots et ma tristesse, j'aurais trop peur que tu trébuches sous leur poids.

    Est ce encore trop tôt pour te parler d'Elle sans te heurter Toi ?


    En me relisant, je réalise que la mélancolie a mangé ma lettre. Excuse la, elle prend beaucoup de place ces derniers temps. Elle est affamée.
    (mais ne t'en fais pas, je ne la laisserais pas me dévorer tout entier)
    Erik.

_________________
“ He would sit there each night, more alone than the invisible stars. „
I am obsessed at nights with the idea of my own worthlessness, and if it were only to turn a light on to save my life I think I would not do it. These are the last footprints of a headache I suppose. Do you ever feel that? - like an old weed in a stream. What do you feel, lying in bed?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nova Connely

avatar

Messages : 2418
Inscription : 29/01/2015
Crédits : BALACLAVA (avatar), tumblr (signature).

ONCE UPON A TIME
Personnage: lili la tigresse.
Emploi: bibliothécaire.
Relations :

MessageSujet: Re: nos souvenirs (nova)   Mer 15 Juil - 2:25


Erik,

J’y ai parfois pensé, à abandonner les règles, les laisser de côté, faire semblant de ne plus entendre celles de la raison, celles qui résonnent dans ma tête et moins dans mon cœur. Mais elles gagnent, souvent, malgré tout, alors je ne sais pas comment font les autres, peut-être qu’ils ont assez d’insouciance ou de courage pour les oublier. Peut-être que c’est ce qu’il nous manque, mais je ne pense pas. Ça serait trop facile. Je sais que cela ne te ressemble pas, pourquoi devoir te pardonner ? Je ne t’en voudrais jamais pour une chose qui fait partie de toi, Erik. Je t’aimais en partie pour cette raison, et c’est aussi pour ça qu’une partie de mon cœur t’aime encore, et ne cessera jamais de le faire. Ce sont probablement des mots à murmurer dans le silence des pensées, ou sous la pluie, pour que tout s’envole dans le fracas des tempêtes, comme s’ils n’avaient jamais été prononcés. Peut-être que ces mots devraient rester au fond de mon cœur, mais pourquoi faire ? Je te les offre, puisqu’ils sont là, toujours, puisque j’écris mon cœur et mes pensées, je ne vais pas les cacher. Je ne sais pas si en disant qu’une partie de mon cœur t’appartiendra toujours quoi qu’il arrive, quoi qu’on y fasse, j’enfreins les règles des secrets ou si au contraire je ne fais que les suivre encore. Peu importe. Puisqu’il n’y a finalement rien que tu ne saches pas déjà (je l’espère).

Tu vois, je t’offre mes mots, je sais qu’ils sont entre de bonnes mains, ils ne pourraient être dans celles de personne d’autre que toi. En regardant les étoiles, j’espère entendre ces mélodies cachées, en fermant les yeux, je les entend déjà, elles traversent les murs et les lignes, les remparts de mon cœur.

Tu t’es donné tant de mal pour ne pas laisser de traces. Mais elles restent, toujours, qu’on le veuille ou non, les souvenirs subsistent et s’ancrent là dans les pensées, dans les cœurs. Tu n’as pas laissé de photos, de brosse à dents, de pulls oubliés, mais se sont finalement les traces qui s’effacent le plus facilement. Bien sûr que tu as laissé des bouts de toi auprès de moi, des petits riens, des détails que j’ai pris soin de garder dans mon cœur. Ça serait si triste des souvenirs dénués de toi. Je sais oui, que tu ne voulais pas, que tu aimerais les effacer, parce que tu penses qu’elles abîment ces traces, mais c’est faux. Elles construisent le passé, pour qu’il ne puisse disparaisse. C’est ça qui construit les cœurs, je crois. Bien sûr que parfois ça pique un peu, elles accompagnent la pluie triste qui tombe dans le cœur, mais ça serait pire encore si elles n’existaient pas. Quelques instants de pluie ce n’est rien, si c’est ce qu’il faut pour qu’elles ne s’envolent jamais. Alors ne t’inquiète pas, ce n’est rien, je t’en aurais voulu de m’enlever les seules choses qu’il me reste de toi. Et puis il y aura ces lettres, oui, finalement il restera quelque chose de manifeste.

J’aimerais qu’on me dise comment faire, qu’on nous explique la marche à suivre, j’ai peur qu’on s’emmêle, qu’on tangue. Mais c’est triste une vie sans d’autres bouts de toi, sans ceux que je ne connais déjà, qui tournent dans mes souvenirs. Alors j’espère qu’on se trouvera bientôt, on avance déjà un peu en disant tout cela, peut-être.

C’est promis, je ferais attention. Je n’ai jamais trébuché encore alors ça ira, ne t’inquiète pas pour moi. La tristesse fait partie de toi, il n’y a pas de raison pour qu’elle m’encombre. En plus tu vois, c’est elle qui t’encombre, fais attention à toi. Il n’y en a pas tant que ça dans mon cœur, j’aimerais pouvoir prendre entre mes bras toute celle qui te pèse, mais c’est difficile entre les lignes, je ne sais pas comment faire.

Je ne pourrais te dire non, mais je ne saurais te dire oui. Je ne sais pas. Mais, il nous faut tout dire, si l’on veut avancer, si l’on veut se (re)trouver, les silences n’aideront pas, alors parle moi.

J'aimerais pouvoir souffler sur toute cette mélancolie qui se fait trop grande, je sais que tu ne la laisseras pas t'engloutir, mais malgré tout je le répète, fais attention à toi, c'est la seule chose que je peux te dire encore, je ne peux plus la surveiller moi-même.
J'aimerais pourtant, je n'aurais pas à m'inquiéter.

Nova.


_________________
Elle marche, fragile comme une jonquille, poussée au dos par un grand vent, et toutes les pensées qui l'habillent lui donnent un air de cerf volant.


Dernière édition par Nova Connely le Ven 30 Oct - 17:12, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erik Nordisky

avatar

Messages : 241
Inscription : 28/05/2015
Crédits : justine (avatar) tumblr (gif)

ONCE UPON A TIME
Personnage: blue (fée)
Emploi: soliste
Relations :

MessageSujet: Re: nos souvenirs (nova)   Lun 31 Aoû - 18:29

~
❝ She’s smoke. I pull her in nice and slow. She’s a habit and I can’t let go.. Blowing rings around my heart. ❞




    Nova,

    Pardonne moi pour ce retard, il semblerait que ta lettre se soit perdue entre les partitions qui peuplent et envahissent ma chambre au motel. Les notes et les mélodies prennent beaucoup de place en et autour de moi en ce moment.

    Je prendrais soin de tes mots, Nova, ils sont en sécurité avec moi, je te le promets. Je ne sais cependant pas quoi faire de cet aveu que tu glisses entre les lignes, tout en douceur, comme si de rien n'était. Je crois apercevoir les fantômes de ce (de ceux ?) que nous ne sommes plus, danser dans la candeur de tes mots. Tu as le courage de me murmurer dans tes lettres ton coeur et les trésors qui y reposent et moi je ne sais pas quoi en faire. Tel un adolescent fébrile et incertain, mes mains tremblent - le devines-tu à mon écriture ? - et j'ai perdu les mots qui glissent habituellement si aisément sur le papier.

    Elle, tout comme mes partitions, commence à prendre beaucoup de place à l'intérieur de moi. Sans le savoir, sans le comprendre, sans le vouloir, elle s'est emparée de mon coeur et refuse de me le rendre. Je crois aussi que je ne me débat pas assez contre ce que j'ai toujours ressenti pour elle. Je n'ai ni la force ni l'envie de chasser le poison qu'elle a répandu innocement en moi. J'arrive à la réalisation terrible que je ne sais plus - ou ne veux plus - aimer autre qu'elle. Bianca a poussé en moi alors qu'il n'y avait déjà si peu de place pour ma propre personne. Pardonne son prénom qui danse au milieu de cette lettre, suis-je cruel de t'infliger cela ? Si je te blesse ne l'évoque pas, passe le sous silence et pardonne moi.

    Et toi, comment vas-tu ? Je réalise que je ne te l'ai pas assez demandé. Ces lettres, nos lettres parlent trop de moi et si peu de toi. Raconte toi à moi. Conte moi ta vie, ton esprit, ton coeur, tes rêves - je sais que tu en as tellement - et même tes cauchemars. Je prendrais tout ce que tu sauras m'offrir à travers les lignes et je les chérirais.

    Il a fait très beau hier, dans le ciel et dans mon coeur, et pour la première fois depuis longtemps j'étais là, vivant, présent, réellement. J'ai senti les contours de mon corps se presser contre la réalité. C'était gigantesque et terrifiant, presque irréel. Et puis les nuages sont revenus aujourd'hui : ils reviennent toujours. Mais tu vois, peut-être que c'est toi qui a soufflé un peu sur ce que tu appelles ma mélancolie et la brise est arrivée jusqu'à moi, me libérant quelques heures durant.

    Je voudrais te dire que j'écris chacune de mes lettres à la nuit tombée, lorsque le soleil meurt et laisse respirer la lune, dans l'obscurité, dans l'infinité absolue, puisqu'il me semble que j'ai toujours mieux réussi à t'aimer la nuit. Notre correspondance n'échappe donc pas à cette règle.



    Je pense à toi, Nova, avec beaucoup de tendresse, tu gardes en moi une douce place que la brume peine à atteindre.


    Erik.

_________________
“ He would sit there each night, more alone than the invisible stars. „
I am obsessed at nights with the idea of my own worthlessness, and if it were only to turn a light on to save my life I think I would not do it. These are the last footprints of a headache I suppose. Do you ever feel that? - like an old weed in a stream. What do you feel, lying in bed?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nova Connely

avatar

Messages : 2418
Inscription : 29/01/2015
Crédits : BALACLAVA (avatar), tumblr (signature).

ONCE UPON A TIME
Personnage: lili la tigresse.
Emploi: bibliothécaire.
Relations :

MessageSujet: Re: nos souvenirs (nova)   Ven 30 Oct - 17:12



Erik,

Ce n’est rien, je crois entendre quelques unes des notes de ton violon au travers de tes mots. Peut-être que je rêve encore, je ne sais pas, mais comme il me semble parfois entendre tes mélodies au travers des rues, elles se faufilent aussi entre les lignes. J’aimerai savoir lire les partitions, pour simplement entendre un peu de toi au milieu des notes apposées. Mais je suis heureuse d’apprendre que  la musique occupe ta vie, je n’ai jamais pu en entendre de plus sincères que la tienne. On y retrouve des éclats de toi, de ta douceur, de ta mélancolie et puis aussi toutes les éclaircies de ton cœur. Alors continue de te perdre dans tes partitions, elles sont très belles, j'en suis certaine.

Tu n’as rien à en faire, je ne te demande rien, si ce n’est de le garder dans un coin de ton coeur, d’accord ? C’est tout ce qui compte. Les mots resteront sur le papier, mais s’ils se trouvent une place au milieu de tes souvenirs, alors j’aurais l’esprit apaisé. Je t’offre cet aveu mais ne cherche rien en retour, alors ce n’est pas grave, si tes mots à toi ne viennent pas remplir cette lettre. Je sais bien Erik, que tu prendras soin de ces confessions. C’est pour cela que j’ose te les confier.

Tu vois, moi non plus, je ne sais quoi faire de tous tes mots. Ils entourent mon cœur d’une drôle de sensation que je ne saurais décrire. Mais ce que je sais, c’est que lorsque je regarde la pluie tomber, elle me semble un peu lourde, un peu triste. C’est presque imperceptible, alors je ne peux être certaine de ce que semble ressentir mon cœur. La seule question qui doit être posée, que je dois te poser, parce que ta peine s’ancre entre tes mots, et coule tout doucement jusqu'à mon coeur : est-ce qu’elle t’aime tout autant ? Je sais que tu ne lui as pas demandé, et je te l’ai déjà dis. Mais il faut que tu le fasses autrement tu ne restera qu’emprisonné dans ton silence, avec ces sentiments qui accablent ton cœur. Et je ne te souhaite pas de souffrir vainement Erik, la mélancolie t’habite suffisamment déjà. Tu ne peux rester éternellement ainsi. S’il te plaît.

Il y a un peu de mes rêves dans chacune de ces lettres, je te confie mon cœur dans chacun de mes mots, et si je le pouvais, j’y déposerais aussi des éclats d’étoiles. Mais elles sont trop hautes, je ne peux les atteindre. Mais je dévoile toutes mes pensées déjà, tu sais, je ne saurais quoi t’écrire autrement. Mes journées se ressemblent, ce n’est rien d’autre que la monotonie, mais elle est douce, délicate, légère comme une plume, alors ça n’a pas d’importance si les jours se ressemblent et se suivent. Il commence à faire froid maintenant la nuit, le froid me mord les joues alors que l’hiver n’est pas encore là, la plupart du temps je me contente d’observer la lune par ma fenêtre, mais j’aimerai revoir la neige tomber, pour marcher au milieu de la ville et de ce manteau blanc. Mais peut-être qu’il est trop tôt encore pour penser apercevoir des flocons par milliers.

Mon cœur passe d’un sentiment à l’autre, et je souris en relisant tes mots, en écrivant les miens. J’aimerai avoir ce pouvoir, de souffler sur les nuages qui te cachent le soleil, qui t’encombrent l’esprit. Je suis heureuse que tu aies pu toucher du bout des doigts ces sensations, j’espère de tout mon être que tes nuages s’en iront bientôt, et plus longtemps. Ce n’est rien s'ils reviennent, l’important est que tu saches qu’ils peuvent s’absenter, toujours.

Comme toi j’attends la nuit pour t’écrire ces mots. Et je ne sais quoi ajouter lorsque tu as déjà partagé toutes mes pensées. Tu as raison, et je t’aimais mieux la nuit, moi aussi. Parce que je pouvais tenir ta main et avoir l’impression d’effleurer la lune.


A l’heure où je t’écris, les étoiles brillent bien plus qu’à l’accoutumer, et je suis certaine que se sont tes mots qui les ont illuminées. Alors merci Erik d'embellir la nuit.

Nova.

_________________
Elle marche, fragile comme une jonquille, poussée au dos par un grand vent, et toutes les pensées qui l'habillent lui donnent un air de cerf volant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erik Nordisky

avatar

Messages : 241
Inscription : 28/05/2015
Crédits : justine (avatar) tumblr (gif)

ONCE UPON A TIME
Personnage: blue (fée)
Emploi: soliste
Relations :

MessageSujet: Re: nos souvenirs (nova)   Jeu 5 Nov - 0:12

~
❝ I miss you deeply, unfathomably, senselessly, terribly. ❞






    Nova,

    Il est huit heures et sur la ville le jour se lève avec prudence. Le soleil s'infiltre timidement dans ma chambre d'hôtel. Moi aussi j'ai très froid, comme toi. Ils n'ont pas encore mis le chauffage et je n'aperçois pas le moindre flocon de neige sauter du ciel.

    J'accepte, bien entendu, de garder tes mots et tout ce que tu déposes dans l'espace entre les lignes. Ils sont rangés très précieusement dans un tiroir dans ma mémoire.

    Non, Nova, Elle ne sait rien, parce que de cette place gigantesque qu'elle s'est octroyée au creux de mon palpitant, je ne dis rien. Je ne veux pas qu'elle sache. Je ne peux pas. Elle est trop fragile pour faire face à cette montagne de tendresse que j'ai érigé pour elle. Mon amour lui ferait peur, sous lui, j'aurais bien trop peur de la briser.

    Si j'étais amené à disparaître un jour (mais je ne le ferais pas, pas maintenant, pas tout de suite, je te le promets), j'aimerais que ce qu'il reste de moi soit ces lettres. S'il ne devait rester qu'une chose, une seule, je garderais ça : ces échanges de toi à moi et de moi à toi. Ils s'enroulent autour de mon cœur et l'enveloppent d'une protection nouvelle, d'une pellicule supplémentaire contre le monde, alors il me semble enfin que j'ai moins mal. Non, il ne s'agit pas de douleur, en fait, ce n'est pas vraiment ça. Les rebords de ma mélancolie se sont arrondis, je m'y cogne moins, je ne m'y pique plus. En moi, l'existence s'est revêtit d'une douceur nouvelle que je n'ai pas connu depuis des années, et le matin lorsque mes rêves se dissipent dans le brouillard de ma mémoire, le monde se présente à moi avec clarté. Mais je sais que ça ne durera pas, c'est comme le reste, ça va et ça vient. Je suis heureux, cependant, de constater qu'il reste encore en moi cette possibilité de soleil bas, de chaleur printanière venant réchauffer mon cœur hiver. Mais je ne vais pouvoir vivre toute ma vie comme ça, accroché à ces petits bouts de toi que tu couches sur le papier, n'est ce pas Nova ? Ce n'est pas juste. Ni pour toi, ni pour moi.

    Sans aucun doute, cette correspondance que nous menons n'est bonne qu'à nous torturer. Nous sommes très doués pour cela tous les deux, je l'ai remarqué.

    Je serais près de chez toi dans deux jours, sur un banc - je pense. Je serais là toute la journée, du matin au soir, mon violon contre moi. Viens si tu veux. Pour une fois c'est moi qui t'attendrais dans le froid de coton de ce début de novembre. C'est drôle, Nova, parce que ça ne nous ressemble pas ça. C'est plutôt toi qui passait tes nuits à te demander si je toquerais à ta porte, moi qui ne savais t'aimer que comme ça : dans la chaleur de ton appartement, la nuit, sous la berceuse des étoiles et le ballet de la pluie.

    Tu me connais maintenant, tu sais à quel point je suis franc, alors je te le dis, Nova, je te l'écris, parce que taire les choses c'est étouffer son cœur et j'aimerais mieux respirer : tu me manques. Tu manques à mes nuits et à mes jours de pluie. Tu manques à mon lit, mais pas que, tu manques à ma vie, aussi.

    Fais ce que tu veux de ces aveux.

    Je t'embrasse de toutes mes forces,
    Erik.

_________________
“ He would sit there each night, more alone than the invisible stars. „
I am obsessed at nights with the idea of my own worthlessness, and if it were only to turn a light on to save my life I think I would not do it. These are the last footprints of a headache I suppose. Do you ever feel that? - like an old weed in a stream. What do you feel, lying in bed?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: nos souvenirs (nova)   

Revenir en haut Aller en bas
 

nos souvenirs (nova)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairview's Tales :: Red Rose Motel-