AccueilAccueil  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 why are we here ? (nova/reprise d'un ancien rp)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Colton Hamilton

avatar

Messages : 570
Inscription : 18/05/2015
Crédits : AVATAR : @Tennessee

ONCE UPON A TIME
Personnage: TERENCE.
Emploi: EMQUOI ?
Relations :

MessageSujet: why are we here ? (nova/reprise d'un ancien rp)   Sam 30 Mai - 11:38

Ses sourcils se froncent durement lorsqu'il lit le sms que Nova lui a envoyé. Le soleil se lève à peine et Colton sort difficilement de son sommeil tandis que son portable vibre sur la table de nuit à ses côtés. Près de lui, un grognement. Il n'y prête pas attention, soupire, simplement, tire les draps sur son corps à moitié nu et frissonnant. Il n'est pas prêt et pourtant, comme l'ordonne le message, il se doit d'être au cimetière d'ici quinze minutes maximum. Et Dieu seul sait combien Nova ne rigole pas sur la ponctualité. Si elle n'était pas Nova, il y a belle lurette que l'ancien pompier l'aurait envoyée balader comme il le fait avec les autres. Il prend, il jette, parce que les femmes sont des mouchoirs de papiers qu'on ne peut réutiliser. Nova est différente. Sans qu'il ne comprenne réellement pourquoi, Colton se raccroche à ce petit bout de femme comme à une bouée de sauvetage. Et pourtant, la gamine ne sait déjà pas prendre soin d'elle comme il le faudrait. Elle se néglige, pense aux autres avant de faire attention à elle. C'est un poids qu'il lui rajoute, il en a conscience, et pourtant, elle est la seule famille dont il se souvienne distinctement et qui fasse toujours partie de son quotidien. Si bien que lorsque Nova ordonne, Nova obtient. Il secoue le lit quelque peu violemment afin que Nina se réveille, lui glisse deux-trois mots à l'oreille et la prie, dans un sourire et une caresse sur sa joue hâlée, de bien vouloir foutre le camp. Elle regarde le radio réveil lumineux et semble ne pas comprendre. Oui, il n'est même pas huit heures du matin qu'il faut déjà sortir de cette bulle cotonneuse dans laquelle ils se sont plongés l'espace d'une nuit. Plus vite que ça, allez, il la presse, lui balance son string dans un sourire coquin et lui promet de la rappeler, comme il le fait toujours. C'est une sorte de mécanisme duquel il ne se passe pas et qui semble faire plaisir aux femmes. Peut-être se sentent-elles d'avantage appréciées lorsqu'on leur promet la lune ? (en l’occurrence chez Colton, la lune n'équivaut qu'à un misérable coup de fil). Il se presse, enfile quelques fringues posées sur la chaise de son bureau (depuis quand sont-elles là ? Il n'en a pas la moindre idée et s'en contre-fou). Il passe devant le miroir de sa salle de bain, fronce de nouveau les sourcils devant sa mine fatiguée et se contente de s'asperger d'eau fraîche histoire de réveiller rapidement ses traits ternes, signes d'une nuit quasiment sans sommeil. C'est un quotidien auquel il s'est fait, Colton. Qu'il soit seul ou non, il s'empêche de dormir de peur d'affronter ses rêves. Ils sont flous, semblent être d'un autre temps et pourtant, ils paraissent si réels... Comme s'il s'agissait d'une autre vie dans laquelle il aurait vécu. Comme s'il avait été prince, un jour, d'une contrée faite d'eau claire, presque transparente et comme s'il avait aimé une sirène... C'est tellement absurde, tellement troublant, aussi, qu'il en vient à se bourrer de caféine pour éviter de sombrer dans l'au-delà. Et lorsqu'il parvient, quand même, à trouver le sommeil, Colton s'arrange pour ne jamais dormir trop afin de ne pas atteindre l'état durant lequel les rêves apparaissent, si bien qu'il n'est jamais totalement reposé. Au passage, une claque sur les fesses de Nina baissée pour enfiler ses talons hauts. Ce cul là, il l'a apprécié, y a pas à dire et il le regrettera sûrement. Cela dit, un pacte est un pacte et jamais il ne testera deux fois la même femme à part si elle en vaut vraiment la peine. Celle-là était sympa mais pas non plus phénoménale, il ne faut pas exagérer. Un dernier baiser volé, un sourire enjôleur et il la regarde s'éloigner d'une démarche chaloupée. C'est exactement ce qui l'a attiré hier soir lorsque ses yeux ont croisé son derrière se balançant au rythme de ses talons claquant sur le sol. Trêve de plaisanteries, il est presque en retard et ne comprend toujours pas pourquoi sa cousine a besoin du cimetière de la ville - dans lequel il ne s'est jamais rendu, d'ailleurs - pour lui filer rendez-vous. C'est glauque, il fait un froid de canard, un temps de chien et... il crève la dalle. Ne pouvait-elle pas l'inviter à petit-déjeuner, plutôt ? C'est du Nova tout cracher. Cette nana est impossible à cerner, bien trop volage et déjantée et c'est ce qui lui plaît. Elle est fragile et forte à la fois, un petit oisillon sortit du nid qui cache une tigresse enragée. Puis elle est belle, Nova. Elle n'a pas perdu ces deux billes claires dans lesquelles ont peut se perdre aisément, ni ce visage de poupon abîmé par la vie et pourtant si doux, taillé dans une porcelaine rare et chère. En fait, Nova, c'est sa poupée et Colton s'emploie chaque jour à la conserver et la protéger du mieux qu'il le peut. Alors, lorsque sa poupée lui ordonne dans un sms sans smileys ni politesses de se pointer au cimetière de Fairview, il s’exécute sans un mot ni même un soupire, de peur qu'elle l'entende de là où elle est et le réprimande comme le ferait une mère. Ce sont ses cheveux qui volent à la brise fraîche du matin, juste là-bas. Colton pourrait la reconnaître entre mille, les yeux fermés. Elle est si différentes des autres, si originales et il la connaît si bien... C'est fou combien il peut être respectueux envers ce petit bout de femme et un vrai salaud vis à vis des autres. Le bisou qu'il lui fait claque sur sa joue rosie par le froid et un léger sourire - mais franc - naît sur les lèvres gercées de l'ancien pompier. « C'est plutôt étrange comme lieu de rendez-vous. » glauque et sombre, aussi. Quelle idée lui est encore passé par la tête ? S'ils s'amusaient durant des heures dans ce cimetière, enfants, ils ont passé l'âge et à moins que Nova soit nostalgique de ce temps bien heureux ou rien ne leur importait, il ne comprend pas vraiment et d'ailleurs, ça se lit sur son visage quelque peu dubitatif. Il plonge ses mains au fond des poches de sa veste trop fine par un temps pareil et hausse les épaules. « Tu te rappelles quand on cueillait des fleurs pour mettre sur les tombes qui n'en avaient jamais ? » Il étaient jeunes et innocents, il lui semble.

_________________

I'm in love with a women I can never have. The point is, I'm in love with her and it's driving me crazy. I'm not in control. I have to stay together to protect her and she wants me to be a better man, wich means I can't be who I am.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nova Connely

avatar

Messages : 2418
Inscription : 29/01/2015
Crédits : BALACLAVA (avatar), tumblr (signature).

ONCE UPON A TIME
Personnage: lili la tigresse.
Emploi: bibliothécaire.
Relations :

MessageSujet: Re: why are we here ? (nova/reprise d'un ancien rp)   Sam 30 Mai - 11:41

Elle est plantée au milieu des tombes Nova, depuis le petit matin, depuis que la lune s’en est allée, laissant sa place au soleil qui se lève tout doucement. C’est pas vrai que la lune est partie, elle est toujours là dans son dos à la bibliothécaire, elle s’évapore peu à peu alors que le ciel devient bleu. Elle regarde cette tombe un peu cabossée, qui penche un peu. Elle a l’air vieille, on lit même plus les noms. Elle se demande depuis combien de temps elle est là, qu’elle a dû voir des tas de gens passer à ses pieds, peut-être que y’a plus personne qui vient la voir, cette dame disparue, six pieds sous terre. Peut-être qu’on a oublié qui elle était, peut-être que les gens qui la pleurait l’ont rejoint. Elle se sent un peu triste dans ce cimetière Nova, un peu mal. C’est tout gris dans son cœur, et puis il fait froid. Y’a personne, y’a qu’elle qui se balade par-là à cette heure-ci. Y’a pas un bruit, elle grelotte dans son manteau trop grand pour elle, elle nage dedans alors y’a l’air qui s’engouffre un peu partout mais tant pis. Elle déambule sur les petits chemins, fait un petit signe de la main à la tombe cabossée et continue d’avancer pour pas avoir trop froid. Elle envoie le message à Colton, ne sachant pas vraiment quelle heure il peut-être, elle suppose qu’elle va le réveiller mais elle sait qu’il viendra. Ça fait plusieurs jours déjà qu’elle se demande qu’est-ce qu’elle va bien pouvoir faire pour l’aider Colton, qu’est-ce qu’elle peut faire pour pas qu’il se perde dans ses mensonges, ses faux souvenirs. Elle est triste Nova, de le voir comme ça, de le voir si loin, tout le temps elle a peur qu’il oublie tout ce qui lui reste, qu’il disparaisse dans l’amnésie, qu’il devienne quelqu’un d’autre. Elle a peur de le voir plonger dans tout ce qu’il n’est pas, dans les faux semblants. Alors ce matin elle lui donne rendez-vous au cimetière pour le mettre face à la réalité. Elle s’arrête devant une nouvelle tombe, elle est grande, y’a pleins de fleurs devant, une photo d’un homme, et des jolies plaques qui disent qu’on ne l’oublie pas. Elle espère que c’est vrai Nova, elle espère qu’on pense à cet homme disparu. Elle essaye d’imaginer sa vie, elle se demande ce qu’il faisait. Le bisou que dépose Colton sur sa joue la ramène à la réalité. Elle savait bien qu’il allait venir. Elle lui sourit tendrement, ne fait pas attention à sa remarque. « Avec cette veste tu vas attraper froid, il faut mettre des écharpes en hiver au moins. Fais attention à toi un petit peu. » Elle ronchonne gentiment, ferme sa veste. Elle a froid pour lui, se demande comment il fait. Il fait pas attention à lui Colton, il s’en fiche alors la bibliothécaire elle essaye comme elle peut de garder un œil sur lui. Elle s’rappelle oui quand ils allaient voir les tombes sans fleurs, qu’ils déposaient les leurs pour pas qu’ils se sentent abandonnés, oubliés. Comme les gens aux ciels pouvaient sourire un peu, parce que y’avait des inconnus qui pensaient à eux. « Bien sûr que je me rappelle. Parfois j’y pense et je me dis qu’on peut pas laisser ces tombes toutes grises, toutes vieilles sans fleurs. Mais ça me rend triste les cimetières maintenant, alors bon. » Elle a du chagrin quand elles voient tous ces noms de disparus, les tombes fleuries et les toutes abîmées. « Allez viens on marche un peu. » Elle l’entraîne un peu plus loin, dans le silence du matin. « Si un jour je meurs t’es pas obligé de mettre pleins de fleurs sur ma tombe, si tu penses à moi je le saurais, et ça me suffira. » Enfant elle aurait été triste de pas avoir de fleurs, d’être de ces vieilles tombes qu’on oublie au milieu des autres, mais maintenant elle se dit que c’est pas le plus important, et tant qu’on continue de fleurir sa tombe dans sa tête, qu’on pense à elle de temps à autre, alors ça lui suffit. « En plus les fleurs ça fanent, et les fausses c’est moche. » Mais elle les aime quand même, les fleurs. Elle aimerait pouvoir acheter tout plein de fleurs, de toutes les couleurs pour les éparpiller dans des tas de vases dans tout son appartement. Juste deux, trois jours, pour voir ce que ça fait. « Je sais pas trop quelle heure il est, mais je sais qu’il est tôt, désolée de t’avoir réveillé. » Elle dépose un baiser sur sa joue pour se faire pardonner. C’est qu’elle a pas beaucoup dormi Nova, elle pensait trop, elle réfléchissait. Elle est venue là très très tôt parce qu’elle tournait en rond dans son appartement, en se demandant si elle devait appeler Colton ou non. Et puis quand elle a envoyé le message, elle a pas trop réfléchis à l’heure qu’il était, ou du moins trop tard pour changer les choses. « Dis, est-ce que tu as des nouvelles de tes parents ? » La question n’est pas choisie au hasard, même si elle ne sait pas trop comment aborder le sujet. Parce qu’elle sait ce qu’il raconte, ce qu’il croit Colton. Que ses parents l’ont abandonné, qu’après l’accident ils l’ont oublié. Mais Nova elle sait que c’est du baratin, elle sait où ils sont les parents de Colton, elle sait ce qu’ils sont devenus et la véritable histoire n’est pas plus belle que sa version des faits. Et la bibliothécaire elle se dit que c’est injuste de le laisser vivre dans le mensonge comme ça, qu’il a besoin de connaître la vérité. Son cœur il est lourd, il est tout plein d’un poids un peu difficile à décrire, c’est un mélange de tout, de tristesse, d’appréhension, d’inquiétude. Mais elle cache tout pour pas l’inquiéter Colton, pour pas qu’il se fasse de soucis. C’est Nova qui doit s’en faire pour lui, parce que tout ce qu’elle veut c’est qu’il aille bien Colton, qu’il ne s’égare pas trop.

_________________
Elle marche, fragile comme une jonquille, poussée au dos par un grand vent, et toutes les pensées qui l'habillent lui donnent un air de cerf volant.


Dernière édition par Nova Connely le Dim 25 Oct - 2:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Colton Hamilton

avatar

Messages : 570
Inscription : 18/05/2015
Crédits : AVATAR : @Tennessee

ONCE UPON A TIME
Personnage: TERENCE.
Emploi: EMQUOI ?
Relations :

MessageSujet: Re: why are we here ? (nova/reprise d'un ancien rp)   Sam 30 Mai - 11:50

Il est confus, Colton, à partir du moment où il pénètre dans ce cimetière défraîchit, que ses opales claires se posent sur la silhouette frêle et tremblante de sa cousine. Y a ce pressentiment qui ne présume rien de bon, un frisson désagréable qui remonte le long de sa colonne vertébrale et qui lui arrache un grognement mécontent. Il est contrarié et même si la vue rassurante de Nova tend à le dérider et faire naître un sourire discret sur son visage fermé, Colton n'en reste pas moins méfiant. Ce lieu, ils ne l'on plus côtoyé depuis quasiment vingt ans. Ça semble long, vingt ans, ça a l'air flou, trop lointain pour être réel et pourtant, dans la tête de l'ancien pompier, il semblerait que leurs rires enfantins résonnent encore entre les tombes des défunts. Que le graviers crisse sous leurs baskets usées. C'est comme si c'était hier. Et c'est amusant, comme un souvenir si reculé puisse être net, sans bavures tandis que les années les plus récentes de sa vie sont un brouillard opaque dans lequel il s'enlise chaque jour un peu plus. C'est incroyablement triste, aussi. Nova, il la surplombe de plusieurs centimètres et pourtant, Colton se sent ridiculement petit face à ce bout de femme. Elle est puissante, Nova, sa carcasse frêle pourrait prétendre le contraire mais elle est forte, assez pour le supporter, lui, l'amnésique, le mythomane. Elle est patiente, aussi, lui voue un amour inconditionnel et Colton ne sait franchement pas comment elle fait tandis qu'il ne se supporte pas lui-même. Son baiser est appuyé, c'est tout ce dont il est capable pour lui montrer combien il l'aime, sa cousine, parce qu'elle est la seule famille qu'il lui reste, qu'elle est une pierre précieuse pour laquelle il serait prêt à tout. Il est bancal, Colton, il ne sait pas franchement comment s'y prendre mais sa Nova, il l'aime. Du plus profond de ses entrailles et il espère qu'elle le comprend et qu'elle ne l'oubliera jamais. « Oui maman. » qu'il lui répond, la voix amusée, le regard taquin. Parfois, Nova prend le rôle de sa mère de substitution à laquelle il se raccroche parce que sans elle, il est perdu. Elle est son guide, la seule à réellement le connaître et à savoir le canaliser. Nova est plus jeune que lui mais il est l'enfant et elle l'adulte bienveillante. Un léger sourire s'installe sur son visage encore endormi tandis que les souvenirs de leur enfance le berce, calmement. C'est bon, de se souvenir, de se rappeler de ces instants insouciants qui rythmaient leur quotidien. C'est étrange, ce sentiment qu'il ressent, Colton. Il est troublé parce qu'il réussit à se souvenir avec exactitude de chacune de leurs après-midi dans ce cimetière. De chaque recoins dans lesquels il se cachait tandis que Nova comptait jusqu'à vingt, les yeux fermés, contre le vieux chêne, là-bas, à droite. Il n'a pas bougé d'un pouce, lui, tandis qu'eux ont grandis. Son bras rejoint les épaules frêles de sa cousine et il l'attire à lui tandis que leurs pas cadencés foulent les graviers des allées mortuaires. Il ne sait toujours pas ce qu'ils peuvent bien foutre ici, Colton, mais il oublie parce que la présence de Nova l'emmène ailleurs, des années auparavant. « Dis pas de conneries, Nova. » qu'il réplique un peu sèchement. Parce qu'il n'imagine en rien sa mort, à Nova. Parce que Nova est un ange tombé du ciel, elle est immortelle. « T'adore ça, les fleurs. » qu'il se contente de répondre, resserrant un peu plus son étreinte. Il se la joue impassible, Colton, mais au fond, la perspective de mourir l'effraie autant que celle de ne plus jamais se souvenir des années que son cerveau a consciencieusement pris soin d'oublier. Il fronce les sourcils, de plus en plus préoccupé par cette conversation. Il la connaît Nova et elle semble tourner autour du pot, ne pas lui dire clairement les choses. Impatient, pas fait pour ce genre de courbettes, il trépigne, lui, grogne et affiche un air mécontent. « T'excuse pas. Tu sais très bien que tu peux m'appeler à n'importe quelle heure du jour et de la nuit, j'serai toujours là. » Il ne peut pas ne pas être doux, avec Nova. Et même si sa voix est rauque, grave, son ton, lui, est délicat et il chuchote, presque, de peur de la briser, sa Nova. « Pourquoi est-ce que j'aurais des nouvelles ? » qu'il demande, d'un ton bien plus appuyé qu'auparavant. C'est donc ça, l'objectif de cette sortie matinale, ses parents ? Colton n'a aucune idée de l'endroit où ils peuvent bien se trouver. Ce qu'il sait, en revanche, c'est qu'ils ont osé abandonner leur fils dans le coma, ne sont jamais venu le voir, n'ont pas pris soin de lui. Et ça le tourmente parce que lorsque son enfance lui saute à la gueule, elle n'est pas dénuée de tous sentiments, elle n'est pas distante. Ils avaient l'air de l'aimer, leur fils. Mais puisqu'il n'a jamais réussis à trouver une réponse satisfaisante à ses questions, se laisser croire qu'ils n'en ont tout simplement rien à foutre est bien plus aisé que de rester dans l'incertitude. Colton s'arrête et ses deux océans embrassent le visage miné de Nova. Elle semble vouloir lui dire quelque chose sans pour autant y parvenir. Alors, il pose ses deux mains glacées contre ses joues pouponnes, rosies par le vent froid qui les assaille. « Qu'est-ce qu'il y a, Nova ? » Dieu seul sait à quel point il déteste ne pas savoir. Y a trop de choses, de faits en suspend dans sa vie et Colton en a assez, assez qu'on lui cache ce qu'il est en mesure de comprendre, de savoir, de se souvenir. N'y a-t-il pas assez de zones d'ombre dans sa vie comme ça ?

_________________

I'm in love with a women I can never have. The point is, I'm in love with her and it's driving me crazy. I'm not in control. I have to stay together to protect her and she wants me to be a better man, wich means I can't be who I am.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nova Connely

avatar

Messages : 2418
Inscription : 29/01/2015
Crédits : BALACLAVA (avatar), tumblr (signature).

ONCE UPON A TIME
Personnage: lili la tigresse.
Emploi: bibliothécaire.
Relations :

MessageSujet: Re: why are we here ? (nova/reprise d'un ancien rp)   Sam 30 Mai - 11:53

Elle sourit amusée elle aussi. Elle prend soin de s’en occuper, de Colton. Elle essaye de faire attention, parce qu’elle ne sait pas qui le ferait suffisamment autrement. Parce que Colton il prendra pas soin de lui, il s’en fiche un peu. Alors Nova elle fait attention aux détails, ne serait-ce que son blouson trop fin, mal fermé. « C’est vrai. » Elle aime les fleurs, mais elle trouve ça presque bête d’en mettre sur les tombes. Parce que de toute façon les gens montés aux ciels, ils ne les verront peut-être pas les fleurs, ils ne pourront pas sentir comme ça sent bon. Mais peut-être qu’elle continuera d’en déposer malgré tout des fleurs sur les tombes, pour que ça soit moins triste, parce que c’est rassurant, parce que c’est un geste pour dire qu’on continue de penser aux gens partis. Et elle a pas envie d’imaginer sa tombe, ni celle de Colton alors ses pensées s’envolent dans le vent, elle oublie. Elle sourit. C’est vrai qu’il est toujours là Colton. Mais elle s’en veut toujours de le réveiller au beau milieu de la nuit, de le sortir de son lit trop tôt, ou de le déranger quand ce n’est pas le moment. Elle fait pas assez attention à toutes les questions d’heures Nova, alors parfois elle fait un peu n’importe quoi, et elle s’en rend compte trop tard. Elle sait qu’il viendra toujours Colton, qu’il sera là quoi qu’il arrive et elle fait ce qu’elle peut pour lui rendre tout ce qu’il lui offre. Elle ferait quoi Nova sans lui ? Elle serait perdue, et elle se demande comment elle a fait pour avancer sans qu’il ne soit à ses côtés pendant toutes ces années. Elle comprend pas comment on peut être si proche et puis s’éloigner sans trop savoir pourquoi, ni comment. Ça se fait tout seul, sans que personne n’est le temps de protester. Les chemins dévient, et on se retourne toujours trop tard, quand l’autre est déjà disparu. Elle se dit que c’est du gâchis, mais heureusement qu’il est de nouveau là Colton. Elle s’est promis de faire attention cette fois, de pas le laisser s’envoler trop loin. Elle reste accrochée à lui pour pas qu’il se perdre trop. Elle essaye de l’aider, mais c’est dur parfois, parce qu’elle a l’impression de ne pouvoir que lui offrir sa présence et son amour. Elle peut pas vraiment l’aider à aller mieux Colton, elle peut pas vraiment l’empêcher de se perdre dans ses mensonges et ses histoires. « Je ne sais pas. » Qu’elle souffle. Elle sait bien sûr. Elle ne comprend même pas pourquoi elle a posé la question, à quoi ça lui aurait servi ? En quoi ça pourrait aider Colton de demander ça ? En quoi ça avancerait la bibliothécaire dans ce qu’elle s’apprête à faire ? Ses yeux se retrouvent perdus dans ceux de Colton, et elle ne sait plus quoi dire. Pardon d’avoir rien dit plus tôt, pardon qu’elle dit, pardon de faire ça mais il était probablement temps, peut-être même trop tard. Elle arrive pas à lui dire, alors elle dit pardon avec ses yeux, elle espère qu’il voit qu’elle est désolée, même s’il ne sait pas encore pourquoi. Pardon Colton qu’elle dit sans des mots qui servent à rien, qui ne veulent rien dire. Ils sont trop petits, trop insignifiants. Comme les mercis, comme les bonjours. Elle pose ses mains sur les siennes, avant de s’y accrocher. « Viens. » Qu’elle souffle encore, parce qu’elle peut pas lui dire ce qu’il y a, elle peut pas lui dire comme ça. Sûrement qu’elle trouverait pas les mots, qu’elle aurait les yeux remplis de tristesse, alors qu’elle a pas le droit d’être triste maintenant. Elle a pas le droit parce que ça serait injuste. Alors elle regarde ses pieds qui avancent l’un devant l’autre, elle se concentre sur le silence aux alentours pour s’donner du courage. Parce qu’elle a peur de savoir comment il va réagir Colton, en voyant les noms sur la tombe. Elle sait pas à quoi s’attendre, elle ne sait pas ce qu’il va faire, elle n’en a pas la moindre idée. Voilà, c’est juste là. Elle s’arrête juste devant et se tourne vers Colton, en gardant toute sa peur et toute sa tristesse bien cachée, comme elle peut. Elle ouvre la bouche mais y’a pas un son qui sort. Son esprit n’est plus qu’un vaste tableau noir, sans mot, sans pensées. « Je sais que tu penses qu’ils t’ont abandonnés tes parents, qu’ils sont partis sans venir te voir. Elle s’arrête une seconde, peut-être deux. Mais c’est pas vrai. Ils ont jamais voulu te laisser comme ça Colton, ils ont pas voulu t’abandonner. » Elle sent juste sa main dans celle de Colton qu’elle sert un peu plus fort, pour essayer de  garder du courage, pour essayer de lui donner de la force, un peu. « Ils ont simplement pas eu le temps. Ils sont partis, tes parents, mais ils ont jamais voulu s’en aller de cette façon. » Elle tourne la tête vers la tombe derrière elle, elle peut même pas lui désigner des doigts, alors elle espère juste qu’il suivra son regard. Surement qu’elle est trop vague dans ce qu’elle dit, qu’il ne comprendra pas tout de suite où elle veut en venir. Mais elle peut pas lui annoncer avec les vrais mots. Elle peut pas dire ils sont morts tes parents, Colton. Ils sont enterrés là, t’es tout près d’eux en ce moment, ils sont juste en dessous. Elle se sent bête, elle baisse la tête vers leurs noms gravés dans la pierre pour toujours. Pardon Colton de te le dire de cette manière, pardon de te l’apprendre alors que le soleil se lève à peine. Pardon mais je pouvais pas te laisser vivre dans le mensonge, dans les illusions. Pardon mais tu méritais pas de rester dans l’ignorance de la vérité. Mais je reste là, y’a ma main dans la tienne et je la lâcherais pas. Elle pose ses yeux sur lui, attend sa réaction avec appréhension, ne bouge plus. Quoi qu’il arrive elle sera là pour lui, elle espère pouvoir soulager son cœur de questions, même si ça veut dire le fissurer à droite à gauche, elle fera attention à les soigner, ces blessures nouvelles.

_________________
Elle marche, fragile comme une jonquille, poussée au dos par un grand vent, et toutes les pensées qui l'habillent lui donnent un air de cerf volant.


Dernière édition par Nova Connely le Dim 25 Oct - 2:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Colton Hamilton

avatar

Messages : 570
Inscription : 18/05/2015
Crédits : AVATAR : @Tennessee

ONCE UPON A TIME
Personnage: TERENCE.
Emploi: EMQUOI ?
Relations :

MessageSujet: Re: why are we here ? (nova/reprise d'un ancien rp)   Sam 30 Mai - 12:00

Il sourit, Colton. C'est une habitude lorsque le visage de Nova se glisse dans son champ de vision. Il arbore ce visage calme, doux, faussement joyeux, signe que tout va bien, quand à l'inverse tout n'est que chaos dans son ventre noué. Il peine à comprendre, l'amnésique, ce rendez-vous si glauque qui le serait bien moins dans un troquet au centre ville ou au bord de la plage. Il est paisible, pourtant, il ne rechigne pas, observe les gestes précis et aériens de cette cousine qu'il s'emploie à protéger plus assidûment encore que sa propre vie. Et si les mots qu'il aimerait lui dire restent comme gelés au fond de sa gorge, il n'en pense pas moins, l'ancien pompier et tente de lui faire parvenir ses pensées à travers des gestes protecteurs (parfois trop, même) et des regards. Parce que ce qu'il y a de plus expressif chez Colton, ce sont ses deux billes bleues qu'il peine très (trop) souvent à contrôler. Elles expriment tout ce que son corps s'emploie à rejeter et casse en un rien de temps cette attitude détachée qu'il se donne afin de ne pas éveiller le moindre soupçon. C'est avec une certaine aisance et une pointe d'ironie qu'il évoque ses parents. Y'a rien qui puisse montrer qu'au fond, il n'est pas à l'aise, que la question de Nova le titille et effleure son cœur. Juste ces deux océans qui se voilent d'une pointe d'appréhension. Il n'est pas idiot, Colton, juste amnésique. Il sent qu'y a un couac, un truc qui cloche, que la voix de sa cousine se brise, qu'elle est teintée d'une pitié qui lui hérisse le poil. Il déteste ça, l'ancien pompier, qu'on puisse éprouver la moindre pitié à son égard. Même Nova. Même elle, pourtant autorisée à tout lui faire, tout lui dire. Il fronce les sourcils, contrarié et parce qu'au fond, ça l'arrange de se concentrer sur un sentiment différent de celui de la peur qui titille son estomac et le noue en un nœud si serré qu'il peine à soutenir la cadence lente des petits pas de sa cousine. Elle n'est pas normale, pas souriante, Nova. Elle arbore ce visage grave qu'il ne lui connaît pas. Nova, c'est une petite boule d'énergie, le rayon de soleil qui chasse, le temps d'un instant, tous ses démons. Il reviennent au galops, constatant qu'elle ne brille plus, Nova. Il tente, en vain, de capter son regard. « Où.. où on va ? » Les mots sont comme des arêtes de poisson qui se coincent au fond de sa gorge. Difficiles à prononcer, sa voix se brise dans un râle rauque qu'il étouffe avant de s'arrêter net face à la tombe devant laquelle elle se tient, Nova et semble supporter sur ses épaules tout le poids du monde. Il tente de l'approcher, d'attraper son bras afin de la soutenir puis se ravise, abrupte et laisse ses membres engourdis tomber le long de son corps qui menace de s'écrouler lui aussi. Il ne saisit pas tout de suite ce qu'elle baragouine, la libraire. Les mots semblent être prononcés dans une langue différente si bien qu'il lui faut se concentrer plus que de raison pour capter l'essentiel. Parents... il réalise finalement que lui demander s'il entretenait encore une quelconque relation avec ses géniteurs n'était pas une question anodine. Pas voulu t'abandonner... Qu'est-ce qu'elle en sait, Nova ? Elle continue de les voir, de leur écrire, de les avoir au téléphone ? Pourquoi continueraient-ils de lui donner des nouvelles, à elle, et pas à lui ? C'est confus, dans son esprit, ça se mélange. Colton, il ne comprend plus rien à la situation. Pas eu le temps... Le temps de quoi ? Il fronce les sourcils, cherche le regard de Nova de ses deux billes bleues et puis, il le suit, pose lui aussi ses océans confus sur cette tombe qu'il pensait n'être qu'une parmi tant d'autres. Une sur laquelle ils poseraient chacun un bouquet, comme avant. Le marbre est intact, noir, il reflète le soleil qui s'est finalement levé. Les noms sont écrits en lettres d'or. Mary et Lukas Hamilton. « Qu'est-ce que c'est ? » qu'il grogne, d'abord, spontanément, sans réfléchir à ces mots qu'il dégueule parce que c'est impossible, ça ne peut pas à être vrai. Ses parents sont à l'autre bout du monde en safari ou sur une île déserte, trop occupés à s'occuper d'eux-mêmes pour penser ne serait-ce qu'une seconde à leur progéniture. Et cette perspective-là lui paraît tout de suite bien moins grave que celle qui se dessine sous ses yeux. Il relit, encore et encore, en silence, le souffle rauque ces lettres d'or, cherche un détail, un quelque chose dans cet esprit sombre, dans ces souvenirs inexistants qui lui rappellerait pourquoi il a fallu qu'ils meurent, le laissant là seul, amnésique. Pas même capable de se souvenir d'un événement comme celui-ci. « Je m'en souviens pas.. » chuchote-t-il finalement tandis que sa main droite vient caresser le marbre frais. « Pourquoi je m'en souviens pas ? » il tourne un visage peint d'angoisse vers sa cousine, fait couler sur elle un regard plein de questions, de doutes, d'incompréhensions. Qui, quand, comment lui a-t-on volé ses parents ? Y a pas de larmes, pourtant, rien qui ne se déverse sur ses joues et il s'en sent honteux, Colton, honteux de ne pas réussir à pleurer la mort de ses propre parents. Seulement, les circonstances lui sont inconnues, leur décès, l'enterrement, les condoléances, le temps pour faire son deuil, rien de tout ça ne lui est familier. « Ils.. ils sont vraiment morts ? » se hasarde-t-il, espérant une coïncidence des noms, des prénoms et des dates de naissances.

_________________

I'm in love with a women I can never have. The point is, I'm in love with her and it's driving me crazy. I'm not in control. I have to stay together to protect her and she wants me to be a better man, wich means I can't be who I am.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nova Connely

avatar

Messages : 2418
Inscription : 29/01/2015
Crédits : BALACLAVA (avatar), tumblr (signature).

ONCE UPON A TIME
Personnage: lili la tigresse.
Emploi: bibliothécaire.
Relations :

MessageSujet: Re: why are we here ? (nova/reprise d'un ancien rp)   Ven 5 Juin - 23:03

« Ce n’est pas de ta faute. » Sa voix se perd dans un souffle. Elle voudrait le rassurer, lui dire que ce n’est rien, mais c’est faux. Mais il n’y peut rien Colton, si sa tête est remplie de nuages gris. Elle voudrait les chasser, y apporter du soleil pour les faire disparaître, mais elle ne peut rien faire Nova. Alors elle le rassure sur des peurs qu’il ne devrait pas avoir, qu’est-ce qu’elle peut faire de plus ? Il a des trous de mémoire Colton, ça lui évite d’avoir des trous dans le cœur, parfois. Mais c’est encore plus gris, les mensonges et les non-dits, les illusions qui s’ancrent dans sa peau, ça lui fait peur Nova, elle voudrait que tout s’en aille. Elle voit bien toutes les questions qu’il a dans le cœur, elle voudrait pouvoir répondre à toutes. Et puis elle a l’impression que le vent se lève. Elle ne peut pas répondre Nova. Elle hoche la tête parce qu’elle a les mots qui restent bloqués là, ça lui fait comme un nœud dans la gorge, un nœud dans le ventre et dans le cœur. Elle ne peut pas même dire oui, elle voudrait essayer de dire quelque chose rien qu’un mot mais y’a rien qui va, y’a tout qui tangue alors elle le regarde l’air triste et perdue, elle y dépose ses mots, peut-être qu’ils parleront mieux comme ça, elle y met tout ce qui bloque et les mots cassés, ses pardons, ses je suis désolée. Il lui fait de la peine Colton, elle sent son cœur qui se tord parce qu’elle ne peut rien faire pour l’aider, elle voudrait lui prendre tous les sentiments qui se perdent dans sa tête, lui dire donne les moi, ça ira. Elle voudrait tout attraper au vol et souffler dessus, que tout passe et disparaisse, qu’il n’y ai ni tristesse, ni peur, ni incompréhension. Mais c’est des espoirs vains, qui ne servent à rien d’autre que plomber le cœur, alors Nova s’accroche à la main de Colton qui la lâchera peut-être, pour retomber dans le vide, mais c’est tout ce qu’elle peut faire. Elle qui cherche toujours à aider les autres, se sent impuissante. Elle n’est plus qu’une feuille tombée d’un arbre qui vole, un grain de sable sans importance. Sa vision se trouble un peu, dans le silence, elle ne comprend pas tout de suite mais de toutes petites larmes sont prêtes à tomber. Mais elle a pas le droit de pleurer Nova, pas maintenant, elle n’est pas à sa place, alors elle secoue la tête et empêche les perles salées de déborder. « Je … » Ses mots se perdent comme un courant d’air, alors elle souffle tout doucement, pour démêler les mots qui restent perdus là, et puis son cœur et ses pensées. « J’ai d’abord cru que tu savais, que quelqu’un te l’avait dit, mais personne ne l’a jamais fait, je n’ai jamais non plus trouvé le moment pour le faire. » Elle s’arrête quelques secondes. Elle parle tout bas, tout doucement, les mots glissent délicatement comme si elle chuchotait presque. « Mais il n’y a pas un moment meilleur qu’un autre pour le dire. » Elle aurait pu le faire depuis longtemps déjà, elle ne sait pas vraiment ce qui l’en empêchait, hormis la peur et l’appréhension. Peut-être le temps qui lui semble toujours passer trop vite, en un instant tout avance et Nova se retrouve à dire trop tard, demain. « Il y a trop de mensonges autour de toi, celui-ci ne pouvait pas s’accrocher plus longtemps. » Ses yeux demandent pardon, ils sont désolés de lui apprendre tout ça, elle lui pose entre les mains un secret cassé, qui fait mal, rouillé de partout, qui pourrait presque exploser. Et elle a mal pour lui, parce qu’elle voit qu’il est perdu, déboussolé, le vrai du faux ce mélange. Elle voudrait les faire disparaître tous ces mensonges, mais elle est impuissante Nova, elle ne peut qu’être là, tout à côté de son cœur à l’écouter.

_________________
Elle marche, fragile comme une jonquille, poussée au dos par un grand vent, et toutes les pensées qui l'habillent lui donnent un air de cerf volant.


Dernière édition par Nova Connely le Dim 25 Oct - 2:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Colton Hamilton

avatar

Messages : 570
Inscription : 18/05/2015
Crédits : AVATAR : @Tennessee

ONCE UPON A TIME
Personnage: TERENCE.
Emploi: EMQUOI ?
Relations :

MessageSujet: Re: why are we here ? (nova/reprise d'un ancien rp)   Mar 16 Juin - 21:29

Le vent frais qui vient du nord s'immisce au travers de sa veste légère et parsème sa peau de petits frissons. Ses yeux sont rivés sur cette pierre tombale sans réellement la voir. Il n'y croit pas, Colton. Il lui semble que les noms gravés dans le marbre se brouillent et puis, il serre la mâchoire. Tu vas pas pleurer, Hamilton, t'es pas une putain de tapette, qu'il songe en ravalant ce moment d'égarement qui tend à faire couler une perle saler sur sa joue. C'était bien plus simple de les haïr, de penser qu'ils avaient oublié leur fils unique. Il sait pas, il sait plus comment c'est arrivé, s'ils ont eu peur, si c'est son visage qui leur est apparu en dernier, s'ils étaient en bon terme à ce moment-là, s'ils sont partis en paix, s'il ne lui en veulent pas trop, maintenant, d'être ce qu'il est. Un gamin paumé, pas franchement bien dans ses baskets, pas foutu de se rappeler que ses parents l'aimaient à en mourir, préférant se croire abandonné parce que c'est plus simple de haïr plutôt que de ne pas savoir. La présence de Nova est rassurante, il sent la chaleur de sa tendresse à ses côtés, son regard mouillé posé sur lui sans qu'il ne s'y plonge. Il ne comprend toujours pas, ne réalise toujours pas que ses parents ne sont pas à des milliers de kilomètres mais juste quelques mètres en-dessous de leurs pieds ancrés dans le sol, incapables de bouger, depuis bien des années déjà. Et il lui semble revivre ce même sentiment ressentit à leur mort. Son cœur se serre jusqu'à n'en plus pouvoir et ça fait un mal de chien. Il ne scille pas, Colton, les yeux rivés sur cette plaque. Il ne laissera pas exploser tout ce qui l'envahit à présent, pas devant Nova. Il ne voudrait pas l'effrayer, sa poupée jolie. Il lui semble qu'elle articules quelques mots qu'il entend à peine tant il se bat pour garder le contrôle. C'est pas possible, putain. Il reste silencieux, un moment, parce qu'il ne sait pas ce qui pourrait passer la barrière de ses lèvres. Lequel de cette cohue de sentiment sortira le premier et l'effraiera, Nova. Elle est si douce, si sensible, si fragile, il ne veut pas la brusquer, ne veut pas l'effrayer et pourtant, il voudrait crier, briser ce qui lui passera sous la main, frapper dans ce qu'il peut, déverser sa haine qui monte, qui monte et qui tape dans son crâne à un rythme effréné. Putain mais comment peut-on ne pas se souvenir de ça ? C'est son crâne, qu'il voudrait taper contre les mûrs, Colton. Ca ne pourrait pas être pire que ce trou béant qui prend déjà toute la place et lui bousille la vie. Il pourrait partir, ne pas faire face, comme à son habitude, oublier cet événement et se persuader que ses parents sont toujours en Safari. Il pourrait mais c'est Nova qui se tient à ses côtés et glisse doucement et prudemment sa main dans la sienne. C'est pas n'importe qui à qui il pourrait faire n'importe quoi. C'est Nova. Et face à elle, il n'est pas grand chose, Colton. S'il parvient à se façonner une personnalité face aux autres, face à elle il n'est que le vide qui l'habite, l'amnésique qui s'efforce de se souvenir... en vain. « Arrête. C'est bon. Te justifie pas. » Il déteste ça, Colton, les justifications. Qu'on lui rappelle une parcelle de sa vie antérieure et brumeuse un peu trop tard, qu'on le laisse espérer pour, finalement, briser ses estimations, ce qu'il a réussit à se façonner pour avoir l'air de s'en sortir. Sa voix est clair, pas douce, ni agressive. Il sait pas, il sait plus. Y a plus rien de logique dans sa vie, à l'ancien pompier, plus rien qui tient debout à part Nova, sa seule famille. « Comment ? » il ne parvient pas à articuler une phrase entière, il se contente de mot qu'elle déchiffrera parce qu'elle est Nova, qu'elle le connaît par cœur. Comment sont-ils morts, la question tourne en boucle dans son esprit. Il s'imagine tout et rien, Colton, mais surtout un Safari. C'était ancré tellement profondément dans sa chaire qu'il peine à s'en débarrasser de cette image. Son père, un chapeau sur la tête, son bras autour des épaules de sa mère, cheveux aux vent dans une voiture qui les emmènent à travers la savane. Ils semblent heureux, épanouis et rongés par les vers.

Pardon, il ne parle pas beaucoup, du coup.. J'espère que tu arriveras à quelque chose sinon je change.

_________________

I'm in love with a women I can never have. The point is, I'm in love with her and it's driving me crazy. I'm not in control. I have to stay together to protect her and she wants me to be a better man, wich means I can't be who I am.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nova Connely

avatar

Messages : 2418
Inscription : 29/01/2015
Crédits : BALACLAVA (avatar), tumblr (signature).

ONCE UPON A TIME
Personnage: lili la tigresse.
Emploi: bibliothécaire.
Relations :

MessageSujet: Re: why are we here ? (nova/reprise d'un ancien rp)   Jeu 29 Oct - 23:43

Elle le regarde sans savoir quoi faire, quoi dire. Elle se sent impuissante Nova, parce qu’elle a beau être juste à côté, tout près de lui, Colton est tout seul avec ses questions peut-être qui s’accrochent à son esprit, ses illusions qui s’envolent dans un grand fracas. Et c’est elle qui vient détruire les murs qu’il s’est érigé dans son esprit, ses souvenirs montés de toute pièce, c’est Nova qui souffle dessus et tout s’écroule d’un coup. Les mots de Colton glissent sur elle, alors elle se tait, aimerait s’immiscer dans sa tête pour voir ce qu’il s’y passe, simplement. Elle le regarde sans trop oser, tente de lire dans son regard, mais tout ce qu’elle voit, c’est qu’il est perdu. Il ne prononce qu’un mot ensuite, mais ça suffit, elle n’a pas besoin qu’il dise plus que ça. « C’était un accident de voiture. Ils y étaient tous les deux. » Sa voix n’est rien de plus qu’un murmure, qu’elle ose déjà à peine prononcer. Elle sent le silence autour d’eux, et le froid qui lui brûle les joues. Mais ce n’est rien, parce qu’elle sent son cœur qui fait mal. Son cœur lui semble tout fissuré, comme si on appuyait fort dessus et qu’il se craquelait tout doucement. Sauf qu’elle a mal pour lui, pas pour elle. Elle sert sa main un peu plus fort entre ses doigts, sans vraiment s’en rendre compte, parce que c’est le seul geste qu’elle ose faire, pour lui dire qu’elle est là, et qu’elle est désolée, encore. Pardon Colton. Il n’y avait plus le choix. Et tant pis si elle sent sa main se dérober, elle comprendra. Ce n’est pas important. Elle voudrait juste prendre toutes ses questions ou inquiétudes, sa souffrance, sa tristesse, tout prendre, même si rien qu’en partie, mais en prendre un peu au moins, une partie, ou la moitié, pour que ça s’arrange, pour que ça aille un peu mieux. Mais Nova ne peut rien faire, si ce n’est rester à côté de lui, et le soutenir en s’accrochant à lui. Elle sait comment c’est Nova, de perdre ses parents. Elle sait ce que ça fait, elle connaît le vide qui prend toute la place dans le cœur, qui fait disparaître tout le reste, comme s’il ne restait rien. Elle avait l’impression de chuter à l’infini, qu’elle ne s’arrêterait jamais de tomber, tomber dans le noir, dans du rien. Est-ce qu’il sent un vide lui aussi ? Est-ce qu’il a l’impression de tomber ? Elle ne sait pas, ne peut pas lui demander, parce que ce n’est pas des questions qu’on pose, même si c’est Colton. Elle n’aura pas de réponses. Elle ne sait pas, parce qu’elle n’avait pas perdu la mémoire lorsque ça lui est arrivée, Nova elle avait des tas de souvenirs pour pleurer d’abord, pour regretter et puis ensuite pour remonter la pente, pour se sortir de cette sensation de solitude accrochée à son cœur, et du silence qui pesait sans arrêt. Elle avait de vrais souvenirs, pas des histoires qu’elle s’était inventée, elle savait que tout était réel. Mais Colton n’a pas eu le droit à tout ça, il a des illusions en plus, des souvenirs en moins. Alors elle ne sait pas vraiment ce qu’il se passe dans sa tête et dans son cœur, elle voudrait lui demander, lui dire parle moi, explique moi. Mais elle sait que ça ne servirait à rien, parce qu’elle ne pourra pas l’aider comme elle le souhaiterait, quoi qu’il arrive. Elle reste un instant dans le silence, ne sachant s’il vaut mieux qu’elle attende qu’il parle ou qu’elle dise quelque chose d’abord. Elle hésite longuement, manque de mots. « Ils venaient te voir tous les jours, ils étaient toujours près de toi. Je te promets, ils ne t’ont jamais abandonné. » Sa voix est douce comme du coton. Surement qu’elle déraille un peu, elle a les yeux un peu rougis (même si elle ne pleure pas, elle a retenu les larmes qui étaient prêtes à tomber quelques instants plus tôt, parce que c’est pas à elle de pleurer, elle n’a pas le droit), elle a l’impression que les mots s’évaporent aussitôt prononcés. Elle ne sait pas si ça l’aide vraiment, elle l’espère. Elle attend de jauger sa réaction, parce qu’elle est perdue Nova, elle se sent bien trop inutile. Elle pourra répondre à toutes ses questions, ne plus rien dire s’il le faut, continuer à lui tenir la main ou lui laisser un peu d’espace. Elle fera tout ce qu’il faudra pour ne pas le brusquer plus qu’il ne doit l’être déjà.

_________________
Elle marche, fragile comme une jonquille, poussée au dos par un grand vent, et toutes les pensées qui l'habillent lui donnent un air de cerf volant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Colton Hamilton

avatar

Messages : 570
Inscription : 18/05/2015
Crédits : AVATAR : @Tennessee

ONCE UPON A TIME
Personnage: TERENCE.
Emploi: EMQUOI ?
Relations :

MessageSujet: Re: why are we here ? (nova/reprise d'un ancien rp)   Lun 25 Jan - 10:56

Ca se bouscule dans sa tête. Le silence s'installe, le brouillard s'épaissit et même si des milliard de questions lui traversent l'esprit, Colton est incapable d'articuler un seul mot. Ses parents. Décédés. L'idées qu'ils soient en safari est bien plus douce et le temps d'une seconde, il en veut à sa cousine de lui avoir révélé la vérité, de malmener autant son cœur et son esprit, de le ramener sur terre si violemment qu'il n'est pas certain de pouvoir se relever ni même panser ses blessures. Il est à terre, Colton et ne sait pas s'il désire réellement qu'on le relève. Il s'enfonce dans le brouillard de ses souvenirs tête baissée, un brouillard épais et qui semble être mélangé à de l'acide tant c'est douloureux. C'était un accident de voiture. Colton imagine aisément ses parents en voiture. Deux jeunes adultes qui se sont trouvés sur les bancs de l'université et ne se sont plus jamais quittés. Il les revoit se tenir par la main tandis qu'il apprenait à faire du vélo sans les roulettes. Il les entend rire aux éclats durant un repas où papa s'était amusé à étaler du chocolat fondu sur le nez de maman. Il les imagine très calmes, souriants, en voiture, la main de maman posée sur la cuisse de papa et en fond sonore, quelque chose comme un vieil air nasillard des Beatles. Et puis, il imagine la peur, il imagine les cris, imagine leurs dernières pensées qui, peut-être se sont envolées vers lui, dormant paisiblement à l'hôpital, n'ayant pas conscience de la douleur et des âmes envolées de ses parents. Colton voudrait se dire que tout ça n'est qu'un tissus de mensonge mais la preuve est sous ses yeux et il détaille une fois encore les lettres gravées à jamais sur ce marbre signifiant ne plus jamais revoir leurs visages heureux, ne plus jamais les envoyer balader comme lorsqu'il était adolescent et rebelle, ne plus jamais les voir autour de la table lors de ces stupides repas de famille. Ne plus voir que cette plaque de marbre impersonnelle et froide qui ne les représente en rien, eux qui étaient si amoureux, si chaleureux et solaires. « Est-ce qu'ils... Est-ce qu'ils ont souffert, tu crois ? » la question lui brule les lèvres et s'étrangle dans sa gorge mais elle trop importante pour que Colton se réduise au silence. Il veut savoir s'ils sont partis sans réellement s'en rendre compte, comme ça, en un claquement de doigt, une seconde heureux, sur le chemin d'il ne sait quelle destination, peut-être l'hôpital, après tout, et la suivante, au-delà, mais toujours ensembles, à jamais. Ou si, au contraire, l'attente avant de ne plus souffrir et se retrouver, plus loin, pour l'éternité a été longue et rude, si l'on a tenté de les ramener sans succès, s'ils ont suffoqués de leur existence comme Colton suffoque de la sienne à présent. Ce qu'il vit, l'ancien pompier ne le souhaite à personne, et surtout pas à ses parents. « C'est trop. » Beaucoup trop lourd à supporter pour le moment. Il n'y arrive pas, n'encaisse pas toutes ces informations et ce flot de souvenirs lointains qui refont surface mais sont clairs comme de l'eau de roche. Colton se noie dans cette marée d'amour familial brisé par un accident et une chute, brisé par les aléas de la vie, qui finalement n'arrivent pas qu'aux autres. Il serre fermement la main de Nova dans la sienne, l'attire à lui et niche son visage au creux de son cou. Il ne peut s'accrocher qu'à elle lorsque son existence chavire à nouveau, Colton. Il n'y a quelle qui puisse le faire remonter à la surface et lui réapprendre à nager jusqu'à ce que la prochaine vague le submerge. Nova est sa bouée de sauvetage et même s'il ne dit rien, elle comprend et c'est tout ce dont il a besoin. Il ne veut pas parler, pas exprimer ce qu'il ressent, c'est beaucoup trop fort, beaucoup trop embrouillée. C'est une tempête qui se déchaîne à l'intérieur de son cœur et lui donne la nausée, à Colton. Il reste là, plusieurs minutes, il ne sait même pas, n'a plus la notion du temps, à s'accrocher à elle et la serrer fort, comme s'il était possible que ça change le cours de son existence et ramène ses parents à la vie. « J'peux pas. » Rester là, dans cette ambiance calme et morbide qui l'oppresse et lui rappelle sans cesse qu'il ne se souviendra jamais qu'ils sont venus le voir, tous les jours, jusqu'à en mourir. Il desserre son étreinte, libère Nova de son enclume. « C'est trop. Je voulais pas savoir. » La vague est trop haute, trop puissante pour qu'il puisse remonter à la surface sans encombres, Colton. « T'avais pas le droit de m'imposer ça Nova, je voulais pas savoir, tout allait très bien jusqu'à maintenant, t'avais pas le droit. » Il rejette la faute sur elle plutôt que d'en prendre l'entière responsabilité. Colton, il a un trou dans le crâne et maintenant dans le cœur. Il a le regard grave parce qu'il ne veut pas flancher, il serre les mâchoires parce qu'un homme ne doit pas pleurer, c'est papa qui l'a dit lorsqu'il est tombé de son vélo la première fois qu'il lui a enlevé les roulettes et que son genou égratigné saignait. Les hommes ne flanchent jamais, fils. Ils sont là pour soutenir leur femme et l'aider à se relever. Eux doivent rester debout. Si tu flanches, tout le monde flanche avec toi. Alors Colton reste stoïque, il ne flanche pas et rejette la faute sur sa cousine en pensant à la bouteille de vodka qui pourra apaiser ses plaies à vif.

_________________

I'm in love with a women I can never have. The point is, I'm in love with her and it's driving me crazy. I'm not in control. I have to stay together to protect her and she wants me to be a better man, wich means I can't be who I am.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: why are we here ? (nova/reprise d'un ancien rp)   

Revenir en haut Aller en bas
 

why are we here ? (nova/reprise d'un ancien rp)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairview's Tales :: Myrtle Hill Cemetery-