AccueilAccueil  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 generosity (adam).

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Libby Rawne

avatar

Messages : 116
Inscription : 30/12/2015
Crédits : avatar @NIMITZ

ONCE UPON A TIME
Personnage: Iseult.
Emploi: Assistante sociale.
Relations :

MessageSujet: generosity (adam).   Mer 2 Mar - 14:58

Libby sourit. Elle sourit constamment. Ses lèvres s'ourlent en un fin sourire bienveillant qu'elle exhibe à qui veut bien le recevoir. Elle est de ceux qui entonnent « bonjour » à tue-tête, de ceux qui ne s'inquiètent ni de la pluie, ni du vent, de ceux qui souriront toujours, de ceux qui prétendront toujours aller pour le mieux. Le sourire de Libby est une arme et une défense à la foi. Elle ne s'en sépare jamais et l'offre dans l'espoir de pouvoir le partager, pouvoir rendre heureux. Ce matin, c'est le sourire au bout des lèvres et les mains dans la farine qu'elle prépare calmement une tarte au citron meringuée, sa préférée. Rien ne la perturbe, l'appartement est calme, bercé par ce silence et dérangé par les soupirs de Gustave. Parfois, Libby l'observe et se prend à rêver. Gustave est innocent, inconscient, il dort paisiblement, mange comme un goret et est plus affectueux que n'importe quel être humain. Pourtant, il a vécu quelques moment difficiles, abandonné dans un bois par un maître qui n'avait pas envisagé le moins du monde qu'un aussi petit chien puisse avoir du caractère et ce besoin chronique de se dégourdir les pattes. Dans ces moments où Libby se prend à rêver, les larmes lui montent aux yeux. Elle ne comprend pas la cruauté animale, ne comprend pas celle humaine non plus et si ses larmes pouvaient guérir, le monde serait en paix depuis bien longtemps. A sa petite échelle, elle sait qu'elle n'est pas grand chose mais elle essaie, Libby, d'être un petit quelqu'un pour quelqu'un. Ou quelqu'une. Les petits pas sont bons à prendre et s'il lui arrive d'être parfois découragée, d'avoir envie d'être Gustave, de se rouler en boule sous sa couette, manger une pizza comme un cochon et se lover contre quelqu'un, elle n'abandonne pas. Papa dit que l'abandon, c'est pour les faibles, qu'il ne faut jamais baisser les bras et que tout vient à point à qui sait attendre. C'est une rengaine, une douce symphonie qui tourne et se retourne dans sa tête lorsqu'elle songe à laisser tomber, Libby. Elle porte son doigt à sa bouche, le suçote et grimace. Le citron est encore bien trop acide et elle sait qu'Adam le préfère bien sucré. Quelques minutes au four, juste le temps de brosser ses cheveux en bataille après avoir été attachés en un chignon biscornu pour cuisiner. Libby n'aime pas franchement sa tignasse et préfèrerait s'en passer. Seulement chez les Rawne, tradition ancestrale oblige (elle n'est pas si certaine aujourd'hui qu'il s'agisse d'une tradition mais plutôt d'une lubie de sa mère) les femmes de la famille conservent leurs cheveux longs en gage de féminité et de pureté. De la pure connerie mais, docile et sage, Libby ne s'est jamais opposée à cette soit disante tradition. Elle attache ses cheveux de façon différente, ils finissent toujours par lui retomber autour de son visage rond de poupon, elle les cale derrière une oreille, s'amuse à enrouler une de ses mèche autour de son nez lorsqu'elle est gênée et s'en plaint lorsqu'il s'agit de les démêler. La tarte sortie du four dégage une odeur qui suffit à faire ouvrir un œil intéresser à Gustave. « N'y pense même pas. » qu'elle lui marmonne, l'oeil mauvais. Il lui a déjà fait le coup, le petit chien. Faire semblant de dormir est sa spécialité et si elle songe à s'absenter dans une autre pièce plus d'une minute sans avoir pensé à mettre une tarte, un rôti ou n'importe quelle chose à grignoter à couvert, elle est certaine de ne pas le retrouver. A la place, elle découvre un Gustave penaud mais le ventre bien tendu, à moitié pris en faute, à moitié bienheureux de sa bêtise et elle ne peut se résoudre à le punir plus de cinq minutes. Ses grands yeux clairs et tristes ont raison de sa fermeté. Libby pose soigneusement sa tarte dans le panier de son vélo et file à toute allure en direction de l'église retrouver Adam et la collecte de vêtements prévue pour aider les plus démunis. Le sourire aux lèvres, elle salue même ceux qui ne lui accordent pas un regard, pas touchée par l'ignorance et arrive finalement à l'église devant laquelle sont installées des tables, des corbeilles, déjà bien remplies et devant lesquelles se presse déjà un peu de monde. Adam est seul et semble paisible, il arbore ce même sourire qui suffit à la réchauffer. « J'aurais pu venir plus tôt, tu sais. » qu'elle lui souffle délicatement, cherchant par la même occasion à reprendre son souffle. Libby observe les client et c'est tout son être qui se réchauffe en voyant toute cette bonté. « J'ai fais une tarte au citron meringuée, je me suis dis que tu aurais besoin d'un peu de sucre dans la journée. » Adam n'arrête jamais de faire le bien autour de lui et ne pense que trop peu à son propre bonheur.

_________________

The best way to not feel hopeless is to get up and do something. Don’t wait for good things to happen to you. If you go out and make some good things happen, you will fill the world with hope, you will fill yourself with hope..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

generosity (adam).

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Adam Bomb
» Adam Lambert-What do you want from me ?
» Dossier Adam Hughes
» [Nothomb, Amélie] Ni d'Eve ni d'Adam
» [Adam, Olivier] Passer l'hiver

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairview's Tales :: All saints chapel-