AccueilAccueil  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 down the rabbit hole. (snow)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Bonnie Cartwright
HEAD BITCH IN CHARGE.
avatar

Messages : 313
Inscription : 28/12/2015
Crédits : timeless (avatar), tumblr (sign).

ONCE UPON A TIME
Personnage: holly.
Emploi: co-propriétaire du love philter diner.
Relations :

MessageSujet: down the rabbit hole. (snow)   Mer 10 Fév - 22:55

Elle n'avait jamais été téméraire, Holly. Plutôt de celles, prudentes, qui préféraient la lecture d'un livre à l'aventure dans le vaste monde. C'est qu'elle était plus douée pour la réflexion que pour l'instinct, plus douée pour l'observation que pour l'action, et bien plus dans son élément lorsqu'elle se trouvait dans l'atmosphère chaleureuse de son auberge. Pourtant, elle se découvrait chaque fois plus brave qu'elle ne l'aurait soupçonné et avait vu de Goldendust bien plus que la plupart des habitants dans toute leur vie. Les trésors, mais aussi les cauchemars, les monstres tapis dans le noir, la colère et la peur, la promesse désormais vide de sens d'un futur heureux. La peur, celle-là même qui enserrait son cœur chaque fois qu'elle s'aventurait en-dehors de son cocon familier, s'éteignait pourtant au profit d'une volonté faite d'acier, inébranlable, féroce. Holly possédait un instinct maternel que beaucoup auraient pu lui envier, s'il ne l'avait pas si souvent mise dans des postures délicates, et ce n'était pas sa plus loyale amie qui dirait le contraire. Les aventurières d'un jour étaient devenues de valeureuses guerrières, chacune à leur façon. Blanche et sa verve piquante, autant que la pointe acérée de sa lame, Holly et sa manie de se jeter tête la première dans les dangers, et d'en sortir par la réflexion. Elles se complétaient à la perfection, songea-t-elle tandis qu'elles s'aventuraient de plus en plus profondément dans les terres hostiles de Silver Mountain. L'endroit était un condensé même de désolation, aux plaines rendues stériles par le froid tout sauf naturel qui y régnait même lors des beaux jours. Peu de gens avaient commis l'affront de s'égarer dans un tel lieu qui appelait à tout sauf à une visite de courtoisie. Si elle n'avait pas été si déterminée à mener à bien l'éternelle quête de guérison pour sa sœur, Holly aurait sans doute détourné le pas à la seconde où elles avaient quitté les contrées verdoyantes d'Andotaurë, d'où elles avaient entamé leur nouvelle épopée. Mais elle se faisait violence, gardant comme point de mire la joie et le soulagement qu'elle éprouverait le jour où, enfin, ses recherches porteraient leurs fruits et qu'elle sauverait Red du mal qui la dévorait depuis si longtemps. Elles marchèrent, le plus souvent en silence, durant ce qui lui sembla des heures. Des terres vides de toute âme, humaine du moins, à l'exception des leurs, et où chaque bruit résonnait dans des échos assourdissants en lui donnant l'impression que le simple fait de mettre un pied devant l'autre pourrait les conduire à leur perte. Holly devinait la main de Blanche posée sur son épée, prête à être dégainée au moindre bruit, à la moindre vision suspecte. « Je crois... je crois que nous y sommes » murmura-t-elle finalement à son amie de toujours, en s'arrêtant brusquement. Devant elles, à quelques mètres, s'étendaient le labyrinthe de glace, dont on disait que personne n'en ressortait vivant. Bien sûr, en termes de probabilités, il y avait fort à parier qu'elles non plus n'en sortent pas, vivantes ou mortes, mais Holly tentait de se réconforter à l'idée qu'elles avaient vécu, et vu, bien pire que cela, sans même parler des nuits interminables où, à la lumière vacillante d'une chandelle, elle avait lu, lu et lu encore des centaines de pages écrites sur ce lieu étrange. Pour autant rien n'aurait pu la préparer à la vision qui s'étendait sous ses yeux. Fascinant. Elle n'aurait pu trouver adjectif plus approprié que celui-ci. Tout dans cet endroit semblait à la fois dangereux et envoûtant, en particulier les murs nacrés qui s'élevaient, les uns après les autres, à perte de vue. « C'est... glaçant » commenta-t-elle, toujours à voix basse comme par peur d'être entendue quand bien même personne ne semblait se trouver là. « Dans l'un de mes livres, ils expliquaient que la meilleure façon de ne pas se perdre dans un labyrinthe était de garder une main sur le mur de gauche, pour pouvoir se guider jusqu'à la sortie. » Mais à vrai dire, ce n'était pas la sortie qui l'inquiétait le plus. La seule perspective de se frayer son chemin jusqu'au centre du labyrinthe l'angoissait bien davantage. Elle savait ce qu'elle était censée y trouver, naturellement, tant les légendes couraient sur la magie qui régnait dans ce lieu, mais les échecs répétés de leurs expéditions l'obligeaient à rester sur la défensive. Sans même parler des encombres qu'elles pourraient trouver en s'aventurant plus profondément dans ce labyrinthe fait entièrement de cristal. « Et comme toujours, une inexplicable pointe d'espoir me fait croire que ce sera peut-être, enfin, la solution tant espérée. » A défaut d'y trouver un remède, elles y trouveraient au moins une réponse, puisque l'on disait que le Labyrinthe de Cristal recueillait en son centre un miroir offrant la réponse à la question la plus chère de son cœur, à la condition que celui-ci fût pur et dénué de la moindre mauvaise intention. Or, quels cœurs plus purs que ceux de deux amies lancées dans une quête aussi désespérée que désintéressée ?

_________________
I'm headed straight for the castle, they wanna make me their queen. And there's an old man sitting on the throne that's saying that I probably shouldn't be so mean. I'm headed straight for the castle, they've got the kingdom locked up and there's an old man sitting on the throne that's saying I should probably keep my pretty mouth shut.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elise Steadworth

avatar

Messages : 244
Inscription : 02/09/2015
Crédits : timeless.

ONCE UPON A TIME
Personnage: blanche-neige
Emploi: serveuse au c&c palace et institutrice de bonnes manières
Relations :

MessageSujet: Re: down the rabbit hole. (snow)   Jeu 25 Fév - 19:12

“ I wish I could tell you how lonely I am.
How cold and harsh it is here.
Everywhere there is conflict and unkindness.
I think God has forsaken this place.
I believe I have seen hell and it's white, it's snow-white.”

Les paupières closes et silencieuse, Blanche s'étonna de n'avoir pas fait le moindre commentaire depuis plusieurs lieux. Grelottant sous son épaisse cape fourrée, et surtout engourdie par une appréhension qu'elle tentait péniblement de passer sous silence, elle jeta un regard déterminé au labyrinthe démesuré qui s'étendait à l'horizon, et plus loin. Elles avaient laissé les chevaux loin derrière, et le campement des rebelles tout aussi loin. Durant le trajet, elle avait manqué de dégainer sa lame une paire de fois, plus qu'elle ne pouvait compter, et s'était astreinte à chaque fois à ne pas le faire afin de ne pas alarmer Holly. La théorie du mûr gauche eut le mérite de la faire vaguement sourire.   « .Un autre disait qu'il nous fallait nous enquérir du fil d'Ariane, et pourtant nous voilà, avec seulement deux épées, un arc et ses flèches, ainsi que quelques vivres dans les mains. » répondit-elle, le ton complice, et peut-être un poil pessimiste. Elle minimisait délibérément ses moyens de défenses, sachant qu'elle dissimulait une multitude de dagues sous sa cape, dans le simple but de signifier à Holly, et plus encore à elle-même, que les plus grands esprits maléfiques de Goldendust se réunissaient dans ces montagnes, et  qu'elles n'étaient que deux jeunes femmes. Pleines d'espoir, et d'une indiscutable fougue, certes, mais seulement deux jeunes femmes. Blanche ne croyait que trop peu aux récits, selon elle trop fantasques, pas assez factuels et bien souvent exagérés, pour lesquels Holly se passionnait. Chacun donnait une version différente, et relativement tirée par les cheveux pour la plupart. Une même légende ne semblait jamais coïncider si elle était relatée par différents auteurs, et Blanche ne douta pas un seul instant que ces écrivains tomberaient dans un débat sans fin et sans fond s'ils se rencontraient un jour. En fonction de l'ouvrage, une recette n'était jamais la même, un chemin à emprunter différait d'un chapitre à l'autre, et jamais on n'indiquait clairement la marche à suivre. Pour elle qui n'appréciait que trop les choses claires et précises, et qui n'aimait pas s'égarer dans les hypothèses, encore moins dans les fioritures, pire encore dans le bordel organisé, se référer aux livres relevait de l'erreur de débutant. Mais Holly semblait y croire, et il s'agissait de sa quête. Par-dessus le marché, Blanche ne possédait aucune information complémentaire à propos du miroir, et n'avait donc qu'à suivre aveuglément (mais pas trop) les seules pauvres indications qu'elles avaient dans les mains. Qui plus est, les connaissances littéraires de sa comparse lui avait épargné une mort douloureuse en de nombreuses occasions, ce pourquoi Blanche, plus angoissée et sceptique que jamais, décida une bonne fois pour toute de faire entièrement confiance à son amie. « .Ainsi qu'une volonté de fer, je te l'accorde. » ajouta-t-elle, comme pour effacer l'incrédulité de ses dernières paroles et enlever le droit à Holly de s'inquiéter. On disait d'elle qu'elle ne reculait devant aucun danger si la vie de ses proches, ou en l'occurence une cure médicinale, était mise sur le tapis. Pourtant elle se savait en territoire hostile. Plus hostile que Black Haven, où elle avait résidé un temps, et rien de comparable avec Fogswamp. Si elle n'était plus la bienvenue en ce monde, la faute à son exil prononcé et officiel, les montagnes d'argent offraient une toute autre définition du terme '' hostile ''. Les maitresses des glaces, mère et fille, abhorraient sa seule existence et rien ne saurait cacher sa présence en ces lieux à la reine, et si elle avait appris à transformer sa peur en courage, Blanche ne demeurait pas moins terrifiée par ce qu'elle pourrait trouver dans le dédale de glace. Ici, elle n'était plus protégée par les exigences de Beau, et Charmant ne saurait la délivrer la malveillance qui régnait. Elle était seule face à ses démons, à l'esprit fourbe et silencieux qui planait à côté d'elle depuis qu'elles avaient franchis la frontière séparant les mondes. Un mauvais pressentiment s'était emparé d'elle, et refusait obstinément de la libérer. Le regard absent, Blanche ne répondit pas tout de suite à son alliée, mais lui jeta un coup d'oeil. Holly était si déterminée qu'elle n'en mesurait plus les conséquences, ni la gravité de leur présence en ces lieux. Pourtant Blanche félicita son inébranlable conviction d'un sourire. « .Je l'espère. » opina-t-elle, détaillant l'entrée du labyrinthe précautionneusement. « .Pour Red. » Le ton était affirmé, et marqua l'entrée silencieuse du duo dynamique dans ce sac de glaces. Plus transie de froid que jamais, Blanche se cramponna à son chaperon, ainsi qu'au fourreau de son épée et s'encouragea à avancer le plus rapidement possible. Une silence pesant régnait entre ces murs, à tel point qu'elle pouvait librement entendre son coeur battre dans sa poitrine et calquer ses pas sur son tempo effréné. Lors de leurs nombreuses escapades, jamais Blanche ne s'était égarée à penser qu'elles pourraient y laisser la vie. Trop impétueuse, et probablement sûre d'elle, pour imaginer un seul instant qu'un satané pirate, ou autre mercenaire, ne puisse lui arracher son dernier souffle d'un coup d'épée savamment placé. Pourtant, elle eut la désagréable impression qu'ici se dressait son tombeau. Que ces mûrs de glaces finiraient par l'envelopper et la briser corps et âme, pour la très probable raison qu'ils avaient été érigé par les pouvoirs de la Sorcière Blanche, et que sa fille se trouvait être sa plus grande peur incarnée. Pessimiste, mais décidée à montrer le contraire à son amie de longue date afin de ne pas l'inquiéter, Blanche posa un premier pied décidé devant l'entrée du Labyrinthe, et expira ses craintes les plus féroces d'un soupir. Sois forte, pour Holly, s'ordonna-t-elle en silence, prête à dégainer arc et flèche au premier craquement. Trop rapidement exhaussée lorsque, soudain, un grognement féroce fit écho dans le labyrinthe et ainsi trembler ses mûrs, Blanche se figea. Elle leva les yeux et pointa son regard tétanisé vers le point d'horizon le plus éloigné qu'elle pouvait attraper. Son coeur battait la chamade, et presque paralysée, elle se rendit compte qu'elle n'avait toujours pas ni décoché une flèche, ni dégainé son arc, encore moins son épée. Ce que d'ordinaire, elle aurait fait avant même que peu importe était en train de bramer eut terminé son avertissement agressif. « .Oh. » souffla-t-elle, plus sûre de vouloir savoir ce que renfermait le labyrinthe de glace. « .Voilà qui donne envie. » Le ton léger, mais pas trop, Blanche retint son souffle alors que le silence s'installait de nouveau. Un petit pas après l'autre, et une main tremblante prête à arracher son épée à son étui, elle se rapprocha de son amie crescendo. Une odeur de viande embauma le long couloir, et en s'avançant, elle réalisa qu'elles marchaient toutes deux sur des ossements. « .Un cimetière. » qu'elle déclare, tenant entre ses doigts fins ce qui sembla être un fémur avant de le relâcher dans une pile d'autres. Un second grondement retentissant l'incita enfin à dégainer. « .Ca se rapproche. » et pas qu'un peu. Elle pouvait entendre une démarche saccadée s'approcher. Quoi qu'elle fut, la créature trainait des pieds et fit son apparition au détour d'un couloir. Une ombre que Blanche eut à peine le temps d'observer avant d'emporter Holly vers le premier point de repli possible, où elles pourraient observer sans être observées. Lui imposant le silence d'une main tremblante sur la bouche, Blanche attendit une petite seconde avant de se décider à regarder à qui, ou quoi, elles avaient affaire à… et un frisson de panique la fit vibrer une fois fait. Un loup à carrure d'homme au moins deux fois plus grand qu'elle, tenant sur ses deux pâtes arrières, la tête ornée des défenses d'un cerf adulte, le tout habillée d'une veste déchirée appartenant à la garde royale de sa majesté. « .Un wendigo. » souffla-t-elle, sûre de ce qu'elle avançait. « .Mon père me racontait des histoires à propos de cette créature lorsque j'étais enfant, afin de m'empêcher de sortir jouer à la nuit tombée. C'est très rare, mais ça arrive. Il y en avait un dans le village voisin à un moment, selon les rumeurs du moins. Ce sont généralement des hommes perdus, et désespérés, trop longtemps restés dans le froid et qui se tournent vers le cannibalisme pour ne pas mourir de faim... et se transforment parce qu'il n'y a pas plus grand crime que de manger ses semblables. » récita-t-elle à voix basse. Elles marchaient sur des restes humains, leurs prédécesseurs à n'en pas douter. En le réalisant, Blanche tressauta et manqua de peu de les faire repérer. Elles l'étaient déjà sans en être parfaitement conscientes. Doué d'un sens de l'odorat aussi aiguisé que celui du cochon, il arrivait tout prêt d'elles. « .Tu as déjà lu quelque chose à ce propos ? Notamment la façon de s'en débarrasser... » murmura-t-elle, le ton pressé. Une description physique, par exemple, ne lui serait d'aucune aide. L'homme qui n'en était plus un s'avançait dans leur direction, guidé par l'odeur alléchante que deux femmes dégageaient, et Blanche devina qu'à première vue, ses flèches ne transperceraient jamais sa peau, probablement aussi épaisse que la fourrure qui l'enlaidissait, et le rendait d'autant plus féroce. Et soudain… le silence. « .Mais... » commença-t-elle...

_________________
but now we're slipping at the edge, holding something we don't need. all this delusion in our heads is gonna bring us to our knees. trying to fit your hand inside of mine when we know it just don't belong. there's no force on earth that could make it feel right. trying to push this problem up the hill when it's just too heavy to hold, think now's the time to let it slide. ~ elise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bonnie Cartwright
HEAD BITCH IN CHARGE.
avatar

Messages : 313
Inscription : 28/12/2015
Crédits : timeless (avatar), tumblr (sign).

ONCE UPON A TIME
Personnage: holly.
Emploi: co-propriétaire du love philter diner.
Relations :

MessageSujet: Re: down the rabbit hole. (snow)   Sam 12 Mar - 19:17

Holly devait reconnaître que sa comparse de toujours marquait un point. Si ses livres lui offraient un semblant de connaissance, ils ne reproduisaient jamais assez fidèlement les sensations de l'aventure dans le monde réel. Aucun livre ne traduisait le froid glacial qui transformait son souffle en buée, ou bien la désagréable impression d'être épiées depuis qu'elles avaient aperçu le labyrinthe. Aucun, enfin, ne savait transcrire la peur sourde qui lancinait sa poitrine aussi sûrement que si des dagues s'étaient amusées à la transpercer de part en part. Il y avait tant de choses que ses fichus livres ne lui enseignaient pas, des choses que Blanche maîtrisait bien mieux qu'elle : la bravoure, l'assurance, ou bien le maniement d'une arme. L'intelligence ne pouvait les amener que jusqu'à un certain point. Passé celui-ci, seules l'agilité physique, la dextérité et la force pourraient les sauver... si tant est qu'elles puissent l'être. « Certes. Cela dit, les fois précédentes, ça nous a suffi » fit-elle remarquer, tentant de se montrer aussi brave que son amie qui ne semblait jamais tressaillir, contrairement à elle. D'un autre côté, elles n'avaient jamais eu à s'aventure aussi loin en terre hostile, dirigée d'une main de maître par la mère de la Reine elle-même, dont l'on comptait mille histoires terrifiantes. Holly avait toujours cru qu'il s'agissait de contes que l'on lisait aux enfants pour leur apprendre à être sage, mais à présent qu'elle se trouvait sur ce territoire, elle commençait à penser que les légendes étaient peut-être fondées. Ce qui n'aurait rien eu de très étonnant, compte tenu du capital sympathie de la Reine. Si elle tenait de sa mère, voilà qui était de très mauvais augure pour les deux aventurières, si déterminées fussent-elles. « Et je tiens à préciser que le pirate n'est pas mort par accident la dernière fois, mon coup de poignard, bien qu'à un endroit très improbable, était tout à fait volontaire. » Elle espérait qu'un trait d'humour parviendrait à les détendre au moins un peu, mais il n'en était rien. Elle sentait ses poils se hérisser, sans pouvoir déterminer si elle le devait au froid ou à l'ambiance de cet endroit à la fois incroyable et terrifiant. Blanche aussi paraissait prête à faire preuve d'un trait d'humour, mais elle sentait au son de sa voix que celui-ci masquait d'autres émotions bien moins braves... Les mêmes que les siennes. « Si on meurt ici, on pourra marquer à l'endroit où on sera enterrée Blanche et Holly. Stupides... mais avec une volonté de fer. Cela fera un épitaphe d'exception. » Et cela retranscrirait à la perfection leurs épopées incroyables qui les amenaient aux endroits les plus reculés du royaume, des épopées héroïques...ou bien terriblement stupides, en fonction de la perspective. Mais une fois de plus, Holly se souvint de la détresse de Red, si innocente et fragile, qu'elle dépeindrait toujours comme une enfant quand bien même celle-ci grandissait. Red, qui ignorait tout du monde qui l'entourait, tout du mal qui la dévorait et hantait leur village. Red, qu'il fallait protéger à tout prix, même à celui de sa vie et pour laquelle elle menait tambour battant ses quêtes désespérées d'un remède pour la guérir. Holly imaginait tant d'autres aventures, une fois qu'elle le serait, des aventures belles et un peu folles, où elle raconterait à sa petite sœur tout ce qu'elle avait fait pour elle en retraçant son parcours avec elle. Mais plus elle le désirait, plus ce rêve semblait s'éloigner hors de sa portée. « Pour Red » acquiesça-t-elle, comme s'il s'agissait d'un cri de ralliement auquel se raccrocher. Sans attendre plus longtemps, elles franchirent enfin l'entrée du labyrinthe. Devant elles, un mur de glace se dressait et Holly jura qu'il les narguait, mettant au défi les deux intrépides de triompher de lui. Blanche prit le contrôle de la direction et Holly la suivit tout naturellement, sans remettre en question son choix. De toute façon, ce n'était pas comme si elle connaissait le chemin, encore l'une de ces choses que ses livres ne lui indiquaient pas. Après quelques secondes de marche, un bruit glaçant les arrêta brusquement. Holly tourna précipitamment la tête vers son amie, les sourcils froncés d'inquiétude. Elle savait que l'endroit réservait de nombreuses surprises, mais elle avait espéré que celles-ci n'arriveraient pas si... vite. « Qu'est-ce que c'était... ? » offrit-elle pour toute réponse, à peine plus fort qu'un chuchotement. Mieux valait ne pas s'attarder ici, et Blanche semblait partager la même idée. Elles s'enfoncèrent plus loin dans un dédale de glace, durent rebrousser chemin à plusieurs reprises, prises au piège d'une impasse. Le silence, plus qu'apaisant, l'inquiétait et elle ne parvenait pas à oublier le cri étrange d'une bête entendu quelques minutes plus tôt, sans parler du craquement sous les pieds à chaque nouveau pas. Et très vite, Blanche confirma ce qu'elle soupçonnait déjà. Elles se tenaient sur des restes, très probablement humains, des hardis venus, comme elles, bénéficier de tous les secrets que le labyrinthe avait à offrir. « Réjouissant... » souligna-t-elle inutilement. Holly était une experte en matière de platitudes de ce genre, lorsqu'elle était angoissée. Et angoissée, elle l'était définitivement, surtout lorsqu'un deuxième écho se fit entendre, proche, beaucoup plus proche d'elles. La peur la paralysa sur place en apercevant une ombre, à quelques mètres d'elles, se dessiner à l'orée d'un couloir. Heureusement, Blanche était bien plus experte qu'elle en la matière et elle l'entraîna dans un recoin qui les préservaient, au moins un peu, de cette créature sans doute terrifiante à en juger par son cri. « Qu'est-ce... » mais elle ne put achever sa phrase, car son amie plaqua une main sur sa bouche pour l'intimer au silence. Tremblante, le souffle saccadé, elle observa la créature s'avancer le long du couloir qu'elles occupaient seulement quelques secondes plus tôt. Si elle tournait à droite, elle tomberait sur elles. Blanche lui conta l'histoire du wendigo, une créature dont elle avait effectivement entendu parler dans l'un de ses livres. Mais à aucun moment elle n'avait lu de moyen efficace pour les tuer. Une fois de plus, elle avait cru qu'il ne s'agissait là que d'une légende tout juste bonne à faire peur. Pari réussi. « Rien du tout » murmura-t-elle à son oreille, désespérée. Le wendigo semblait savoir où il se dirigeait : droit sur elles. « Mais je sais qu'ils ont l'odorat très développé et qu'on ferait un repas tout à fait alléchant » ajouta-t-elle avec angoisse. Et alors qu'elle s'attendait à l'inévitable sentence – leur mort – et que le wendigo s'apprêtait à croiser le couloir où elles s'étaient abritées, le silence revint, plus lourd que jamais. Holly prit conscience que dans un instinct paniqué, elle avait fermé les yeux comme si la mort pouvait être moins douloureuse ainsi. Elle les rouvrit brutalement pour les poser sur son amie, visiblement aussi perplexe qu'elle. Il n'y avait plus de cri, plus de souffle animal, plus de pas en leur direction. Faisant preuve d'une bravoure qu'elle ne se soupçonnait pas, Holly se risqua à jeter un œil à la dérobée au croisement pour découvrir... le vide. Il n'y avait plus de wendigo, rien d'autre que les ossements humains sur le sol et les murs de glace. « Il a disparu ! » signala-t-elle à Blanche. Et si en temps normal cette idée aurait du la réjouir, il n'en était rien. Si une créature de cette envergure pouvait disparaître sans laisser de trace, qui savait ce que le labyrinthe pouvait leur réserver. « Mais m'est avis qu'il est loin d'être mort. » Poussant un soupir, forçant son cœur à se calmer, elle se remit sur ses jambes et fit signe à Blanche de la suivre. « Je suggère qu'on ne s'attarde pas plus longtemps ici ». Et sitôt dit, elles reprirent leur chemin silencieux, laissant à Holly le loisir de se poser mille et unes questions sur la raison de la disparition du wendigo. Les minutes suivantes lui donnèrent l'impression de s'étirer en heures et son cœur continuait de battre la chamade. « Je n'ai aucune idée d'où nous sommes... » confia-t-elle. Elles auraient bien pu être proches de l'entrée ou bien de l'objet de leur quête qu'elle n'en aurait pas eu la moindre idée. Le wendigo l'avait trop déstabilisée pour se poser ce genre de questions. Elles longèrent plusieurs couloirs, tournant tantôt à gauche, tantôt à droite, revenant sur leurs pas pour une autre direction. Jusqu'à prendre un nouveau tournant et découvrir, au bout du couloir, une nouvelle créature au moins aussi effrayante que la première. « Un minotaure ! » cria-t-elle à Blanche. Un minotaure, armé d'une hache sans doute très affutée prête à trancher leur tête, qui n'avait pas eu besoin de son cri pour les remarquer. « Cours ! Cours, cours, cours ! » Car si le wendigo se guidait à l'odeur de leur corps, le minotaure, lui, n'avait besoin que des sons pour se guider, et à en juger par la vitesse à laquelle il se rapprochait d'elle, il serait difficile, pour ne pas dire miraculeux, de le semer. A bout de souffle, elles coururent sur des centaines de mètres en longeant couloir sur couloir, talonnées de prêt par le minotaure dont les pas faisaient vibrer les murs de glace. Et alors qu'elle s'autorisait un regard en arrière pour estimer la distance, elle vit sous ses yeux le minotaure disparaître, de la même façon que le wendigo avant lui. Excepté que cette fois, le silence ne retomba pas. Elle arrêta sa course et stoppa son amie d'un geste du bras pour l'obliger à se retourner. Un rire enfantin, à lui glacer le sang, s'éleva. « Méchant minotaure ! Méchant, très méchant ! Il fallait le punir ! » La voix haut perchée appartenait à une enfant, qui ne devait pas avoir plus de sept ans et les observait d'un regard amusé. « Je crois que je préférais encore le minotaure » souffla-t-elle à son amie, avant d'élever la voix. « Qui es-tu ? » interrogea-t-elle d'un ton ferme. Une enfant dans un tel endroit ne lui disait rien qui vaille... surtout si elle avait la possibilité de détruire wendigo et minotaure.

_________________
I'm headed straight for the castle, they wanna make me their queen. And there's an old man sitting on the throne that's saying that I probably shouldn't be so mean. I'm headed straight for the castle, they've got the kingdom locked up and there's an old man sitting on the throne that's saying I should probably keep my pretty mouth shut.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: down the rabbit hole. (snow)   

Revenir en haut Aller en bas
 

down the rabbit hole. (snow)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [NEO] Blythe Dark Rabbit Hole (Novembre 2015)
» Rabbit Doubt/Doubt
» Pages + projets - Collection Snow Day de Crate Paper
» [Hole, Stian] L'été de Garmann
» [Film] Snow Cake

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairview's Tales :: Silver Mountain-