AccueilAccueil  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 let's take a trip.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Callie Cartwright

Callie Cartwright

Messages : 218
Inscription : 14/11/2015
Crédits : mine, dailydeutch.

ONCE UPON A TIME
Personnage: red.
Emploi: co-propriétaire du lp diner.
Relations :

MessageSujet: let's take a trip.   Sam 26 Déc - 2:39


« Red ! Red, tu vas la ruiner. Cesse-donc de rêvasser ! » Ramenée à la réalité par la sévérité du ton employé par Holly, la prénommée Red grimace. Elle repense à Owen, son nouvel ami et au fait qu'il n'a pas donné signe de vie depuis leur dernier tête-à-tête ; à l'incommensurable bonté du prince Caspian qui, comme par magie, semble répondre présent à chacune des mésaventures de la belle ; à Echo sa confidente, sa plus fidèle amie. Holly l'ayant tirée de ses rêveries avec succès, c'est une Red dissipée, la tête pleine de souvenirs, qui resserre sa poigne sur le bout de tissu que lui tend son aînée. « Avec moins de force, Red. Cette pauvre cape ne t'a rien fait. » De ses doigts habiles, Holly rafistole au mieux le chaperon de sa jeune sœur dont les pensées vagabondent une nouvelle fois vers d'autres horizons, bien plus vastes, bien plus enchanteurs. Ennuyée, Red observe distraitement les mains de la sage Holly exécuter une chorégraphie pour le moins délicate tandis que les siennes de mains relâchent abruptement la cape pour retomber le long de son corps fébrile. « Holly, je m'en vais faire un tour. » C'est une affirmation. Elle n'attend pas qu'on lui en délivre l'autorisation. Red, elle est déterminée, elle ne restera pas une nanoseconde de plus dans cet intérieur devenu trop oppressant. Red ce qu'elle désire c'est tout simplement que la brise vienne lui chatouiller les narines, que le soleil éclaire sa route, que les arbres de la forêt lui fassent part de leurs secrets les plus intimes. À cette pensée, ses lèvres s'étirent en un fin sourire, sourire instigateur de l'agacement de sa gardienne, qui s'apprête à mettre un frein à ses projets. C'est sans compter sur la détermination sans faille de Red qui ne lui laisse pas le temps de prononcer un mot. Pas un seul. « Je m'en vais faire un tour. » répète-t-elle, se montrant singulièrement ferme et catégorique, loin de la candeur et du calme qu'elle incarne habituellement, de la douceur qui transpire de chacune de ses paroles. Ingénue est aussi provocatrice. Sourdes aux protestations de ladite Holly, la jeune Red quitte l'intimité de leur charmante demeure pour l'immensité de la province qui l'entoure. Elle ne manque pas de se saisir de son élégante cape rouge, plus par habitude que par nécessité, avant de faire claquer la porte de son hameau. Respire, gamine, tu es libre. Fière d'avoir -d'une certaine façon- tenu tête à Holly, elle ne peut toutefois s'empêcher d'avoir une pensée pour cette dernière. Red, elle sait que la seule chose que sa sœur souhaite c'est sa sûreté mais cette sûreté ne fait pas bon ménage avec la soif de liberté de Red. Une soif de liberté insatiable, car si Red a la chance de profiter du panorama qu'Andotaurë lui propose, elle aspire encore à survoler d'autres contrées. Elle rêve de voler, l'enfant. Elle rêve de voir tout ça d'en haut, de frôler les nuages, de déployer ses ailes. « Wow. » fait-elle dans un souffle, bien trop investie dans cette vision qui l'anime chaque jour un peu plus. Elle gambade, elle se laisse porter par le vent, Red. Si bien que les heures défilent tandis qu'elle s'éloigne prestement de son habitation et qu'elle s'approche dangereusement du village le plus proche. Alors qu'elle avance lentement vers la route qui conduit à l'entrée du village, la voix de sa grande sœur lui intime de faire demi-tour.  Elle lui a promis de ne pas s'approcher des villages de la province. Il paraît que les villageois sont pas friands des étrangers. Il paraît, oui. Ainsi rongée par la culpabilité, Red fait volte-face et reprend la direction de sa maisonnette recluse au fond des bois. En cours de route, un son familier lui parvient aux oreilles. Cette voix, elle la reconnaît. Lui. Suivant la trajectoire qui lui a été tracée par la voix de « l'étranger », elle devine enfin une silhouette s'agitant à quelques pas de là. Elle avance à pas de loup, silencieuse, comme si les environs et elle ne faisaient désormais plus qu'un. Elle en est maintenant certaine, Red. C'est bien sa voix qui l'a menée à lui. « Owen ! » Elle ne sait pas cacher son enthousiasme. Red, elle ne fait jamais dans la demi-mesure et ça peut parfois lui porter préjudice. Bientôt ses bras entourent la taille de son nouvel ami et sa tête repose sur sa poitrine. Gênée (mais pas trop) par cette proximité soudaine, Red prend toutefois ses distances. « Oh, je suis si contente de te revoir ! Je n'ai pas eu de tes nouvelles depuis la dernière fois et je commençais sérieusement à m'inquiéter. Holly m'a pourtant dit que je me faisais du souci pour rien. » Son palpitant lui joue des tours. Un raté, puis deux. Elle lui prie intérieurement de reprendre un rythme normal, quelque peu gênée par ce brusque élan d'affection. À l'heure actuelle, leur relation ne devrait pas lui permettre d'avoir des réactions si démesurées. Et pourtant...

_________________

she wondered whether the books she loved consoled her precisely because they were the manifestations of her own isolation.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Clyde Myers

Clyde Myers

Messages : 959
Inscription : 25/02/2013
Crédits : Neon Lights, tumblr, wildheart sign

ONCE UPON A TIME
Personnage: Le chasseur (Owen)
Emploi: Promoteur immobilier
Relations :

MessageSujet: Re: let's take a trip.   Ven 8 Jan - 16:17

Owen garde le regard rivé au loin. Son instinct lui intime de garder le cap, tandis qu'une petite voix sème le doute dans son esprit : et si la bête venait de s'enfuir au détour d'un chemin, sur sa gauche, celui qu'il vient de dépasser il y a de ça quelques minutes ? Ses pas ralentissent la cadence au fur et à mesure que cette idée trouble sa décision première. Inspirant profondément, le Chasseur se concentre. Il traîne dans ces bois depuis trop longtemps pour y perdurer plus. Il doit retrouver cet homme et le tuer. C'est ce qu'on lui a demandé de faire, on le paye pour ça. Ce travail le répugne jusqu'au plus profond de son être mais il n'est pas prêt à décevoir les personnes qui lui font confiance. Le marché de la vengeance n'a jamais été aussi florissant. Si le Chasseur veut pouvoir vivre à son aise à Andotaurë, il n'a d'autre choix que de se plier aux règles. Soudain, un bruit se fait entendre derrière lui. Il se savait. Il aurait dû écouter pour une fois cette sorte de seconde instinct plus malin que l'autre, et revenir sur ses pas. A présent, il s'exécute. Il rebrousse chemin, son arc bandé au bout de ses bras massifs et contractés, et son regard plonge au travers de chaque bosquet susceptible d'abriter dans peu de temps le corps sans vie d'un homme qui ne méritait rien de mieux que ce funeste destin. Les branches sèches craquent sous ses pas. Elles accentuent cette ambiance angoissante qui prend place autour d'Owen, elles illustrent à merveilles la précision de ses gestes. On peut penser que cette méthode est particulière pour attraper une proie aussi faible et ignare que l'homme qu'il pourchasse au milieu des bois, car ne pas se préoccuper des branches qui cassent sous son poids indique forcément à l'autre où l'on se trouve, la façon dont on se déplace même, mais le Chasseur se sert de ce bruit annonciateur de la Mort qui se rapproche pour semer le doute dans l'esprit de sa victime. « Montre-toi ! », qu'il crie soudain, brisant le silence paisible qui règne dans cette partie de la forêt. Owen garde son arc toujours droit devant lui. Dans un mouvement de tête brusque, il remarque une silhouette qui s'avance dans sa direction. Cette dernière ne porte pas les vêtements escomptés, ni ne semble s'être décidée à se rendre à son bourreau... « Mais c'est pas vrai ! », qu'il gronde, ou plutôt marmonne dans sa barbe de son ton le plus bourru, lorsqu'il reconnaît enfin la démarche de Red à travers les arbres. Le Chasseur ne sait pas comment réagir. Ni même comment interpréter le fait qu'il ait retenu de façon aussi évidente l'attitude guillerette de la jeune femme. Ils ne se sont vus qu'une fois, après tout. Owen a le sentiment que ce n'était qu'hier. On dirait que le regard de Red vient tout juste de se déposer dans le sien, qu'il sort à peine du repas qu'il a partagé avec elle et sa soeur aînée, Holly. Pourtant ce n'est pas le cas. L'homme est resté éloigné de la petite maisonnette des deux soeurs autant que possible, car troublé de cette entente étrange avec la plus jeune. Son prénom passe les lèvres de la nouvelle arrivée. Owen a à peine le temps de réaliser et de placer son arc et sa flèche dans son dos que les bras de Red viennent l'entourer. Il n'en faut pas plus au Chasseur pour se figer sur place. Il ne comprend pas très bien cet élan de sympathie ou de... il ne sait même pas comment cela peut se dénommer. D'amitié peut-être ? Le regard rivé devant lui, l'homme est heureux d'avoir les mains prises car il n'aurait pas été capable de rendre son étreinte à la jeune femme tant il ne parvient pas à l'interpréter de façon correcte. Qu'est-ce que ça signifie ? « Red, je... », souffle-t-il de façon à peine audible. Ses poumons ne sont pas prêt de manquer d'air, mais son coeur, oui. Et il ne se l'explique pas. Lorsqu'il peut enfin apercevoir son visage, alors qu'elle vient de se reculer, il ne sourit pas. Il observe juste ses traits et ancre dans un coin de sa mémoire qu'elle n'a pas changé. Il a peut-être compté les jours qui ont passé depuis qu'ils se sont quittés, mais il ne l'avouera pas. Dans tous les cas, cela remonte à un petit moment à présent, et Owen pense être soulagé de ne pas la découvrir autre. Il s'imagine ressentir une telle chose, car il ne sait pas exprimer tout ça, que ce soit à voix haute ou en son fort intérieur. « Je vais bien. » Le Chasseur n'a pas plus d'explications. Il ne sait pas comment présenter les choses, si Red a besoin d'être rassurée. Il intercepte simplement ce qu'elle vient de dire et tente d'y apporter un semblant de réponse. « Holly sait que tu es si loin de chez vous ? », qu'il demande bien vite, avec ce ton sérieux qui l'envoie à des années lumières de l'enthousiasme débordant de la jeune femme en face de lui. Owen ne se souvient même pas si, un jour, il a été capable d'éprouver autant de bons sentiments. Red en semble remplie. Elle sourit tout le temps, ou au moins plus souvent que lui. Elle a ce regard pétillant d'une curiosité incroyable, et cette envie de découvrir le monde dont elle lui a parlé la première fois qu'ils se sont rencontrés. Elle incarne tout son contraire. Secouant la tête, Owen détourne le regard et s'affaire à ranger son arc et ses flèches l'air de rien. Il n'a pas envie d'expliquer plus en détails ce qu'il fait ici, ni qui il chasse avec autant de férocité. De la même façon, il prend le temps d'observer les environs, au cas où l'homme qui le fuyait un peu plus tôt ne se décide à revenir près de lui pour s'en prendre à Red. « Tu ferais bien de reprendre la route maintenant, Red, ta sœur va s'inquiéter. »

_________________
don't forget me in his arms

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Callie Cartwright

Callie Cartwright

Messages : 218
Inscription : 14/11/2015
Crédits : mine, dailydeutch.

ONCE UPON A TIME
Personnage: red.
Emploi: co-propriétaire du lp diner.
Relations :

MessageSujet: Re: let's take a trip.   Mar 19 Jan - 6:59

Fais demi-tour, rentre chez toi, qu'elle lui serine la petite voix dans sa tête. Raisonnable la petite voix. Petite voix qu'elle n'écoute déjà plus. Petite voix dont elle a ignoré les suggestions plus d'une fois. Indifférente la petite Red. Petite voix qu'elle étouffe pour se concentrer sur le moment présent. Indifférente ? Peut-être pas autant que son nouvel ami qui ne prend pas part à cette démonstration d'amitié. Touchée. Gênée. Elle prend ses distances mais son embarras ne diminue pas d'intensité, si bien qu'elle n'ose relever les yeux vers le chasseur et de ce fait, ne décèle pas vraiment l'expression sérieuse qui se dessine sur son visage. Pourtant elle a bien entendu son prénom, comme prononcé du bout des lèvres. Il semble différent. Plus distant, moins enclin à lui accorder son attention. Il va bien. Un tantinet déçue par cette réponse brève et impersonnelle, Red ne laisse rien paraître, son visage indéchiffrable... jusqu'à ce que le prénom de son aînée ne soit prononcé. Elle fronce alors les sourcils comme toutes ces fois où Holly lui interdit de mettre le pied dehors ou la réprimande pour une raison quelconque. Holly ? Holly est-elle au courant de la fugue de sa cadette ? Oui. Non. Peut-être. En quelque sorte. Enfin, ça importe peu. « Holly n'a pas besoin de tout savoir. » qu'elle réplique, boudeuse. Pourquoi fallait-il qu'Owen prononce son prénom ? Red s'en veut déjà assez comme ça d'avoir quitté sa petite cabane sans considération pour sa gardienne. Prise dans l'étau de la culpabilité, son regard fixe un point invisible à l'horizon. Elle sait qu'au loin, Holly s'inquiète, mais elle reste immobile et ne fait rien qui puisse apaiser ses tourments. Elle l'aime Holly. Elle l'aime plus que tout, mais ce besoin constant -vital- de veiller sur Red comme elle le fait au quotidien, c'est oppressant. Et puis ça cache certainement quelque chose mais Red, n'a pas la moindre idée de ce que ça peut être. Sauvage, elle ne comprend pas pourquoi son entourage est constamment sur son dos. Elle ne veut pas comprendre. Elle veut voler de ses propres ailes, étancher sa soif de liberté. Alors quand Owen, à l'instar de sa sœur aînée, lui conseille de rejoindre sa maisonnée, Red voit rouge. « Non. Elle s'inquiète beaucoup trop. Elle devrait pas. » Son ton est moins enthousiaste, plus autoritaire. Réfractaire. Une facette de sa personnalité qu'elle n'a, jusqu'à présent, dévoilé qu'à Holly. Oui, c'est ça, Holly s'inquiète trop. Je peux me débrouiller toute seule. La forêt et les animaux sont mes amis, je ne risque rien ici. Je m'y sens en sécurité. Ces quelques paroles naïves se heurtent souvent à la résistance de l'autoritaire Holly. « J'avais besoin de sortir. De prendre l'air. Tu sais à quel point c'est contraignant d'avoir à se cloîtrer dans un si petit espace ? » Bien sûr que non, tu déambules librement dans ces bois, avec ton arc et tes flèches. Personne pour contrôler tes allées et venues. Elle n'a pas vraiment besoin de se justifier mais elle ne s'en prive pas. Elle l'aime bien la petite auberge qu'elle partage avec sa grande sœur, mais elle aime les horizons qui se profilent derrière ses murs davantage. Car à quoi bon se voir offrir un tel panorama si elle ne peut en profiter pleinement ? « Encore quelques minutes. » Ça sonne comme une supplication, mais ça n'en est pas une. Une promesse, peut-être ? Une occasion de passer un peu plus de temps avec son nouvel ami qui scanne les alentours de son regard méfiant. Bientôt, Red scrute les environs à son tour en quête d'un signe extérieur, d'une âme étrangère. Le silence semble désormais régner en maître. Red recule de quelques pas et son pied vient s'écraser sur une branche qui craque sous son poids. Un sourire chétif vient éclairer son visage alors qu'elle cherche à excuser son geste maladroit. Il ne semble que très peu troublé par ce manque d'adresse soudain. Ou souhaite-t-il simplement enfouir ses émotions. « Owen ? Qu'est-ce que tu fais ici ? » qu'elle l'interroge à son tour. Sans même attendre une quelconque justification, Red instaure de la distance entre Owen et elle, puis revient subitement sur ses pas, bras croisés, regard déterminé. « Je ne reprendrai la route que si tu m'accompagnes. Holly t'en sera grandement reconnaissante. Et je suis sûre qu'elle serait ravie de te revoir. Au moins autant que moi ! » Elle n'en est pas réellement convaincue, mais si ce petit mensonge lui permet de passer une nouvelle soirée en sa compagnie, elle n'en ressort que gagnante. « Oh, allez, dis-oui ! »

_________________

she wondered whether the books she loved consoled her precisely because they were the manifestations of her own isolation.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Clyde Myers

Clyde Myers

Messages : 959
Inscription : 25/02/2013
Crédits : Neon Lights, tumblr, wildheart sign

ONCE UPON A TIME
Personnage: Le chasseur (Owen)
Emploi: Promoteur immobilier
Relations :

MessageSujet: Re: let's take a trip.   Dim 24 Jan - 15:54

Aux yeux du Chasseur, Red est une jeune femme enfant. Et, dans son esprit, elle doit être protégée de tout élément extérieur susceptible de lui faire du mal ou de lui porter tort. Lui-même s'inscrit sur la liste, même s'il ose se placer en dernière place pour le moment. Il sait qu'il ne fera jamais rien à celle qui lui fait face à cet instant précis, mais on ne sait jamais ce que les séquelles de son enfermement par la Sorcière peuvent lui faire faire. Déjà que cette dernière a bouleversé sa vie de façon aussi radicale que terrifiante, Owen soupçonne l'influence qu'elle possédait sur lui de le poursuivre alors que la Mort l'a emportée depuis longtemps. La question de Red oblige le Chasseur à abaisser son regard dans le sien. L'ombre d'un instant, il oublie tout ce qui peut se trouver autour d'eux et il songe ce visage malicieux qui accompagne la supplique qu'il vient d'entendre. « Je me doute. » Sa réponse est brève, et met quelques secondes à passer ses lèvres, tant le Chasseur se retrouve déstabilisé par la spontanéité avec laquelle elle a été prononcée. Il sait de quoi elle parle. Il se souvient. Il se rappelle de ces longues journées qu'il a passées enfermé entre quatre murs pour avoir échoué. Le chien de la Reine est mort sous ses yeux et le châtiment n'en a été que plus douloureux. Il se remémore la morsure des chaînes à ses poignets, la peur qui tiraillait ses entrailles au moindre bruit. Au début de sa captivité, le Chasseur se souvient avoir développé une forme de paranoïa comme il n'avait jamais imaginé cela possible. Il craignait le retour de sa geôlière comme l'on craint le retour du pire des cauchemars jamais éprouvé durant une nuit bien trop longue, de la même façon qu'il appréhendait la prochaine torture ou la nouvelle idée démoniaque de la Sorcière. Les mots de Red résonnent en lui comme elle ne peut l'imaginer. Derrière cette barrière qu'il érige entre eux, il cherche à la protéger de ce qu'il a pu vivre par le passé. Sauf qu'entendre sa supplique au sujet de son enfermement de plus en plus difficile à endurer au coeur de sa propre maison change un peu la donne. Owen se demande si elle a compris qu'il a déjà ressenti cette même frustration de ne pas pouvoir s'enfuir, d'être condamné à songer, à longueur de journées, et surtout au pire de ce qui pourrait nous arriver, ou encore si elle s'est déjà imaginée que sa vie ne se résumerait qu'à cela. Une maigre culpabilité gagne le Chasseur. Il sait que la renvoyer chez elle n'est pas digne du propre Enfer auquel il a été obligé de goûter des années en arrière, mais il sait que ce sentiment qui peut rendre si dubitatif n'est rien comparé à son besoin de la savoir en sécurité. Un esprit aussi vagabond et naïf que celui de la jeune Red ne peut rester trop longtemps au contact d'un monde aussi sauvage que celui de l'extérieur. Lui-même ne devrait pas perdurer auprès d'elle. Il est dangereux. Son passé de prisonnier a conduit à faire de lui un monstre sans coeur ni loi qui ne doit son salut qu'à son accord terrible avec la Sorcière. Dès ses premiers pas en tant que Chasseur de cette dernière, le guérisseur talentueux qu'il était s'est effacé de sa mémoire, de son âme, de son corps, jusqu'à ne plus être qu'un lointain souvenir, si ce n'est une partie de sa vie qui n'a jamais existé. Ne reste plus depuis que l'homme froid, distant, mais intrigué malgré lui par l'âme chaleureuse et si opposée à la sienne de Red. Elle donne l'impression de pouvoir panser de vieilles blessures par son sourire, d'autres encore par sa simple présence enjouée. De leur première rencontre, l'homme se souvient en premier avoir aperçu son regard, puis son sourire ; il garde en mémoire ce visage angélique qui semblait s'être perdu au coeur de la forêt et qu'il n'a pas pu se résoudre à abandonner à son triste sort. Tout comme aujourd'hui, elle insuffle autour d'elle une joie de vivre qui manquerait presque de faire sourire Owen. Seulement ce visage fermé, juste agrémenté par instant de ce regard plissé, signe de la curiosité que fait naître la jeune femme en lui, s'offre à elle en guise de réponse. « D'accord... », souffle un Owen un peu dépassé par l'expression pétillante de la jeune femme. Il n'a pas idée de comment se comporter en sa présence. Il aimerait pouvoir lui prouver qu'il peut ne pas sembler aussi antipathique quand il veut, et même qu'il est apte à s'amuser de certaines choses parfois. Malheureusement, il conserve encore et toujours cette attitude calme, trop posée, réfléchie du début à la fin, en se tenant à ses côtés et en participant à cet échange qu'il rend d'un cordial presque ennuyeux avec ses habitudes glaciales. La petite branche qu'écrase Red en reculant arrête son coeur un instant. Si l'homme qu'il chassait juste avant est encore non loin, il espère que cette faute grave ne les mettra pas en péril. « Je me... promène, moi aussi. » Par chance, elle n'a pas remarqué le rangement minutieux qu'il a opéré pour masquer à sa vue son arc et ses flèches. Bien sûr, ces derniers sont bien installés et ancrés dans son dos, visibles, mais le Chasseur veut à tout prix éviter que la demoiselle ne se pose trop de questions à ce sujet. Il est parvenu à les éviter lors de leur première rencontre, il réussira à le faire aujourd'hui aussi. Il jette un dernier coup d'oeil aux alentours avant de lever les yeux au ciel face à la détermination de Red. C'est fou, lorsqu'elle semble avoir une idée en tête, elle est capable de se transformer en une jeune femme bien trop sûr d'elle, prête à ne pas en démordre. Toutefois, dans son envie de ne pas la voir rester dans les parages plus longtemps, Owen concède à reposer son regard dans le sien. « Ce n'est pas comme si j'avais quelque chose à faire », qu'il marmonne dans sa barbe. Il se doute que cette réponse ne va pas tomber dans l'oreille d'une sourde. Il est moins certain qu'elle qu'Holly sera « ravie » de le revoir, mais elle sera au moins satisfaite de voir sa soeur revenir de sa presque fugue saine et sauve. En tout cas le Chasseur en sera rassuré de son côté. Avançant une main devant lui, il accorde une brève mimique étrange à Red, qui pourrait presque s'apparenter à un début de sourire, sauf que courber rien que la commissure des lèvres  n'en est pas véritablement un, avant de pouffer face à l'enthousiasme remonté en flèche de la brune. « Tu connais le chemin. »

_________________
don't forget me in his arms

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Callie Cartwright

Callie Cartwright

Messages : 218
Inscription : 14/11/2015
Crédits : mine, dailydeutch.

ONCE UPON A TIME
Personnage: red.
Emploi: co-propriétaire du lp diner.
Relations :

MessageSujet: Re: let's take a trip.   Jeu 3 Mar - 2:06

« Non. » qu'elle dit le plus simplement du monde. Il ne se doute de rien. Il ne peut pas, il est seul. À cette pensée, plus que de la pitié, Red ressent une tendresse et une compassion infinie pour cet homme qui semble n'avoir pour unique compagnie que cette arc et ces flèches qu'il tente habilement de dissimuler à la vue de la jeune femme. Elle se met à songer à l'impossible, se dit qu'elle pourrait se damner pour goûter à la liberté qui est offerte au chasseur. Mais elle ne sait rien de cet homme, Red. Elle se complaît dans sa naïveté. Elle ne sait rien, si ce n'est qu'il s'appelle Owen, que sa compagnie n'est pas déplaisante et qu'elle apporte un peu d'animation à son quotidien maussade. « Tu sais pas. Tu n'as pas une Holly constamment sur le dos qui t'interdit de profiter du plein air sous prétexte que personne ne sait ce qui se cache dans cette forêt. » Interdire est un bien grand mot, notamment lorsqu'on connaît la tendance de Red à prendre la fuite à la moindre occasion malgré les protestations de son aînée. Déconseiller serait plus juste. Peu importe le terme approprié, Red ne comprend pas -ou ne veut pas comprendre- ce qui pousse Holly à la materner de la sorte. La plupart du temps, elle se dit que c'est une fille bien ingrate car, malgré tout le mal que sa grande sœur se donne pour prendre soin d'elle, Red ne semble jamais vraiment satisfaite et trouve toujours quelque chose à redire. « Pourquoi les gens ont-ils si peur de l'invisible ? » L'invisible, oui. Prêts à crier au loup au moindre petit incident. À s'enfermer chez eux à la moindre petite rumeur. Elle aimerait bien demander aux villageois ce qui les terrorise ainsi, mais encore une fois, il lui a été fortement déconseillé de leur adresser la parole alors elle se noie dans ses propres théories... tantôt invraisemblables, tantôt véridiques mais toujours spéculatives. « Après tout, le danger rôde partout, même là où on s'y attend le moins. » qu'elle remarque en haussant les épaules. Ah, si seulement elle savait... Si seulement elle savait que le danger c'était elle et pas les autres. Mais elle sait pas, alors elle s'évertue à défier l'autorité et à se mettre elle et les siens en péril à cause de son ignorance non feinte. « Génial ! » qu'elle s'écrie quand il accepte de se joindre une nouvelle fois à elle. Cela ne semble pas te faire plaisir, qu'elle aurait envie d'ajouter mais elle se retient. « Sauf si tu penses avoir mieux à faire que supporter les caprices d'une pauvre gamine. » Elle ne veut pas que son reproche lui fasse changer d'avis. Peut-être que les autres ne sont tout simplement pas aussi expansifs qu'elle, pas aussi démonstratifs. Qu'ils préfèrent cultiver un peu le mystère quant aux sentiments qui les habitent. Peut-être qu'elle devrait suivre leur exemple et modérer son enthousiasme. C'est peut-être ça qui rebute Owen, qu'elle pense alors. Son engouement pour le monde en général. Sa constante jovialité. Elle inspecte méticuleusement les traits de celui qu'elle considère déjà comme son ami lorsqu'il lui avoue la raison de sa présence dans les environs. Elle semble déçue par la banalité de la réponse. « Quelle chance qu'on se soit croisés alors. » Le rouge lui monte aux joues tandis qu'elle vient replacer une mèche rebelle derrière son oreille. Son regard se braque subitement sur le carquois qui repose sur le dos du Chasseur mais alors qu'elle s'apprête à réitérer sa question pour connaître la vraie raison de sa présence dans les bois, il prend la parole et l'incite à emprunter le chemin menant à l'auberge. Elle se saisit de la main qu'il a avancé devant lui pour qu'il marche avec elle et non pas derrière elle. Elle n'a pas besoin de sa protection, juste de sa présence familière à ses côtés. « Marche avec moi. » Une nouvelle fois, ses yeux se posent sur le carquois et elle prend une grande inspiration avant de lancer, timidement, un : « Tu fais quoi, Owen ? » Craignant que sa question ne soit un peu trop vague, elle s'éclaircit la voix et reprend. « Je veux dire, à part te promener dans la forêt. » Une mine inquisitrice sur le visage, elle semble prête à tout pour obtenir des informations sur cette homme mystérieux. Par curiosité mais aussi parce qu'elle aimerait qu'il s'ouvre un peu plus aux autres. À elle, surtout... même s'il n'a aucune raison de le faire ; après tout, ils ne se doivent rien et ne se connaissent pas depuis bien longtemps. Non, elle ne lui en voudrait pas le moins du monde s'il venait à ignorer ses questions jugées un peu trop déplacées.

_________________

she wondered whether the books she loved consoled her precisely because they were the manifestations of her own isolation.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Clyde Myers

Clyde Myers

Messages : 959
Inscription : 25/02/2013
Crédits : Neon Lights, tumblr, wildheart sign

ONCE UPON A TIME
Personnage: Le chasseur (Owen)
Emploi: Promoteur immobilier
Relations :

MessageSujet: Re: let's take a trip.   Mar 15 Mar - 17:46

Owen aimerait lui dire, qu'il sait. Il sait même parfaitement ce que l'on ressent lorsqu'on n'aperçoit pas la lumière du jour, qu'on perd la notion du temps, que la sensation de la Mort est plus présente en vous que la sensation de la vie. Sauf que Red ne comprendrait pas – tout simplement car ils n'ont pas vécu le même enfermement. La jeune femme ne peut imaginer ce qu'il a vécu, seul dans la prison tout désignée par la Reine des années auparavant, alors il préfère lui laisser cette innocence – qui réussit à ne pas l'effrayer – pour cette fois. Le Chasseur ne veut pas lui faire de mal. Ce ne sera jamais dans ses intentions, ça c'est une chose qu'il sait aussi. « Elle a raison, tu ne sais pas ce qui se cache dans cette forêt, Red... » Cherche-t-il à lui faire peur ? Sans doute. Owen ne veut juste pas qu'il lui arrive malheur. Lui seul semble comprendre que le comportement d'Holly est ce qu'il y a de plus normal. Elle tient à sa soeur. Point final. Red perçoit l'attachement de cette dernière telle une prison dorée dont elle ne cherche qu'à s'échapper, mais le Chasseur n'y voit qu'une tentative de garantir la sécurité à la jeune femme. Ayant expérimenté l'enfermement, aux prises d'une Reine désireuse de lui faire payer ses erreurs, Owen ressent le désir d'aventure manifeste de Red comme une preuve d'immaturité. Sauf qu'il ne veut pas lui dire les choses de façon aussi terre à terre. Il doit être patient, apprendre à son contact qu'elle n'a pas vécu les mêmes choses - et surtout qu'elle ne peut deviner les choses, ce qu'il a vécu, s'il ne lui dit rien. Et le Chasseur est bien décidé à ce qu'elle n'apprenne jamais rien de son passé. Lui-même tente de l'oublier, pourquoi vouloir s'y replonger en en parlant, même si les questions de la jeune paysanne sont aussi bienveillantes que son attitude ? « Ce n'est pas parce que le danger rôde partout que tu dois te jeter dans la gueule du loup. Il faut constamment rester prudent, c'est tout. Peut-être comprendras-tu les choix et réactions de ta sœur, plus tard. » Owen l'espère. Il ne peut rien affirmer car il ne sait pas ce qui se passera dans le futur pour elle, pour Holly, pour leur relation et ces idées farfelues qui peuplent l'esprit vif de la plus jeune des deux soeurs, mais le Chasseur ne souhaite que ça. Qu'elle comprenne que son aînée veut la protéger du reste, du mal qui peut régner à GoldenDust, des mauvais personnages. Il en fait partie, lui aussi, malheureusement - Holly et Red ne le savent juste pas encore. Owen fait partie de ces hommes sans pitié, téméraire, prêt à tout pour parvenir à leurs fins. Il est de ceux qui sont brisés de l'intérieur, détraqué de toute part, et que l'on ne peut plus reconstruire. Toutefois, le Chasseur reste auprès de Red. Il éprouve à son tour ce besoin de la protéger - et si pour ça il doit la faire perdurer à ses côtés, malgré la menace qu'il représente peut-être, il n'hésite et n'hésitera pas. Comportement qu'il ne comprend toujours pas, impossible à réprimer ou à oublier, qui l'effraie tout autant qu'il le fait sourire intérieurement. Sa petite main qui vient se saisir de la sienne pour le faire marcher près d'elle balaye soudain toutes ces pensées. Fixant leurs mains jointes durant plusieurs longues minutes, le visage fermé, Owen met un temps à entendre la question de Red. Il relève brièvement son regard dans le sien, cherche à oublier cette sensation agréable qui pulse au niveau de son palpitant, et il observe le petit regard qu'elle jette en direction de son carquois. Réprimant une mine agacée, embêtée qu'elle ait remarqué l'artefact et attende peut-être une réponse pour comprendre l'utilité qu'il en a, le Chasseur rive son regard droit devant lui. « Pas grand chose. » Ses réponses redeviennent courtes, comme pressées par le temps. En partie car Owen appréhende ce genre de questions, mais aussi qu'il n'aime pas se livrer. En temps normal, il n'est même pas très bon pour faire la conversation. Toutefois, il s'agit de Red - avec elle, Owen se découvre des talents insoupçonnés et des problèmes graves, comme celui de ne pas réussir à partir alors qu'il serait temps. Ou celui d'avoir envie de lui répondre - il n'y a qu'avec elle que ça lui fait ça. De la même façon, il pourrait l'écouter durant des heures s'il se l'autorisait. « Je chasse. » Il hausse les épaules, avant de jeter un regard aux alentours. Hors de question qu'il regarde la jeune femme en évoquant tout ça. Même s'il ne précise pas ce qu'il chasse, qui il chasse, lui le sait au fond de lui et lui mentir semble le... l'embêter. « Je subsiste à mes besoins. » Il aurait dû commencer par ça. « C'est tout. » Se raclant la gorge, Owen ose croiser le regard de Red. Ça ne dure pas longtemps, juste l'histoire d'une ou deux secondes, mais c'est déjà beaucoup pour lui. « Tu fais quoi, Red, à part t'échapper de chez toi ? » Owen tente de se montrer aussi sympathique qu'elle, pour une fois - sauf que sa tentative de question banale se transforme en inquisitoire vu le ton sec qu'il vient d'employer. Combinée à ce visage morne qu'il se borne à afficher en permanence, cette question passerait presque pour un reproche. Ce n'est pas l'intention du Chasseur, qui ne réalise même pas la méprise qui va peut-être grandir chez la jeune Red, et il ne se formalise d'ailleurs pas de cette interrogation franche qu'il vient de faire. Le chemin pour entretenir une conversation normale avec une tiers-personne est encore long pour lui, mais Owen sent son coeur s'emballer d'être déjà parvenu à poser cette question sans se poser plus de questions lui-même. Il s'est laissé aller à cette pointe de curiosité - même si ratée, malgré sa bonne volonté -  et il est presque satisfait (non pas content, ni fier, c'est encore bien trop tôt) de lui.

_________________
don't forget me in his arms

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Callie Cartwright

Callie Cartwright

Messages : 218
Inscription : 14/11/2015
Crédits : mine, dailydeutch.

ONCE UPON A TIME
Personnage: red.
Emploi: co-propriétaire du lp diner.
Relations :

MessageSujet: Re: let's take a trip.   Mar 19 Avr - 15:33

Red ne souhaite qu'une chose : qu'on cesse de lui dire ce qui est bien ou mal pour elle, qu'on lui accorde cette faveur. Et puis à quoi bon se fatiguer à la rappeler à l'ordre quand ils savent pertinemment que la jeune femme ne respectera pas leur volonté ? Qu'elle continuera à n'en faire qu'à sa tête ? « Je vais bien, je sais prendre soin de ma petite personne. » Combien de fois a-t-elle pris la fuite, combien de fois s'est-elle aventurée dans ces bois sans qu'il ne lui soit rien arrivé ? Certains diront que ce n'est qu'une question de temps mais Red est persuadée qu'elle est en sécurité dans cette forêt qu'elle chérit tant. Elle voudrait pouvoir affirmer avec certitude en vouloir à Owen, mais ce n'est pas le cas. Tout comme il lui semble impossible d'en vouloir à Holly. Elle sait bien qu'ils ne lui veulent pas de mal, qu'ils cherchent juste à la protéger de ce danger qu'ils aiment tellement invoquer mais dont Red n'a toujours pas croisé la route. « J'ai déjà une Holly à la maison, et ça me suffit amplement. J'ai besoin que tu sois Owen. Juste Owen. » Mais qui est vraiment Owen ? Celui à qui elle a déjà attribué le rôle d'ami alors qu'elle ne connaît pratiquement rien de lui, de sa vie qui semble moins compliquée, moins morne que la sienne et qui, pourtant, ne semble pas le combler de joie. Owen n'a de compte à rendre à personne, lui, bien sûr qu'il peut se permettre ce genre de réflexion, qu'elle pense. Ce qu'elle ne donnerait pas pour explorer les moindres recoins de ces vastes horizons sans craindre d'être réprimandée pour sa curiosité inassouvie. « Je suis prudente. » Peut-être comprendras-tu les choix et réactions de ta sœur, plus tard. À ces mots, le visage de Red s'assombrit. Elle voudrait qu'on cesse de l'infantiliser, qu'on cesse de la voir comme une pauvre âme sans défense. Et elle ne se fait pas prier pour lui rappeler. « Je ne suis plus une enfant et je voudrais qu'on arrête de me traiter comme telle. » Bras croisés, mine boudeuse, elle est pourtant la personnification même d'une enfant qu'on aurait réprimandée. Tout de suite, son discours semble avoir moins d'impact. Pourtant quand la main d'Owen rentre en contact avec la sienne, son irritation passagère semble la quitter. Elle semble plus sereine. Elle craint tout de même qu'il ne vienne briser ce contact nouveau car elle le connaît peu expansif. À son grand étonnement, il n'en fait rien, et ça la rassure même si elle sent bien qu'il n'a pas l'habitude de ce genre d'attention. Elle sourit fièrement, comme si cela relevait d'un exploit. Très vite, il retrouve sa posture initiale, ses réponses brèves et son air détaché. Peut-être ce renfrognement résulte-t-il de la nature indiscrète de la question de Red ? Question qu'il ne laisse pourtant pas en suspens, qu'elle constate avec soulagement. Il prétend chasser. Elle laisse échapper un « ah » laissant filtrer sa déception, peu satisfaite par la réponse qu'on lui offre. Elle ne sait pas à quoi elle s'attendait réellement. Une réponse un peu moins banale. Un récit dans lequel elle aurait pu s'inviter par le biais de son imagination débordante. Entrevoir la vie à travers les yeux d'autrui. À travers les yeux d'Owen qu'elle croise furtivement avant qu'il ne détourne brutalement son attention. « Tu fais quoi, Red, à part t'échapper de chez toi ? » Elle ne sait si ce qu'elle perçoit à travers cette interrogation est une pointe de jugement ou de curiosité. Et malgré tous ses efforts, Red ne parvient pas à cerner le Chasseur. Elle hausse les épaules. « Je refais le monde. » qu'elle avoue, la femme-enfant. L'envie de visiter d'autres contrées ne la quitte jamais vraiment. Elle l'aime bien son petit coin de paradis mais un changement de décor ne lui serait que bénéfique. Elle pourrait partir sans regarder en arrière, tout laisser derrière elle, mais elle n'en fait rien. Elle n'en fait rien parce qu'elle ne se sent pas égoïste au point d'abandonner sa très chère Holly ; pas après tout ce que cette dernière a sacrifié pour Red. Red qui brise une nouvelle le fois le silence avec une énième interrogation. « Et toi, il n'y a donc personne qui s'inquiète pour toi d'où tu viens ? » Si Red a pris la mauvaise habitude de transgresser les règles et de n'en faire qu'à sa tête, elle sait que les conseils et recommandations de son aînée ne sont que le fruit de son inquiétude et son amour démesuré.

_________________

she wondered whether the books she loved consoled her precisely because they were the manifestations of her own isolation.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Clyde Myers

Clyde Myers

Messages : 959
Inscription : 25/02/2013
Crédits : Neon Lights, tumblr, wildheart sign

ONCE UPON A TIME
Personnage: Le chasseur (Owen)
Emploi: Promoteur immobilier
Relations :

MessageSujet: Re: let's take a trip.   Jeu 21 Avr - 12:03

Juste Owen. Le chasseur ne réagit pas. Il garde sa main dans la sienne, il ne s'éloigne pas. Il sent à peine son cœur se serrer. Il ne comprend pas exactement la requête de la jeune Red. Il ne sait pas lui-même qui est « juste » Owen. L'homme n'a en mémoire que les années de souffrance. La douleur, les cris, ce regard métallique. Tous ces éléments qui font partie d'un passé mais aussi d'un présent, d'un actuel, dont Owen ne peut pas se détacher. Il aimerait, réussir à tout oublier, redevenir l'homme qu'il a peut-être été un jour, avant que tout ne se retrouve bouleversé par l'intervention d'une Sorcière qui lui a tout pris – mais il a dorénavant le sentiment que ce fameux passé n'est que le fruit de sa misérable imagination. Il n'a pas celle de Red, c'est certain. Il n'est pas capable de sourire à la vie comme elle le fait, car le Chasseur pense en avoir perdu le droit de le faire depuis sa sortie de son enfer. Il chasse. Un résumé bien court de son activité au quotidien. Owen est condamné à suivre un destin, une ligne de vie, qu'il n'a jamais demandé. Il subit les conséquences d'un besoin d'aider l'autre qui s'est soldé par une mauvaise rencontre et une tragédie. Aujourd'hui, le Chasseur commence à se demander si ce qui lui est arrivé n'était pas prévu. Si tomber entre les griffes de cette sorcière n'était pas une voie toute tracée pour lui. Aussi pense-t-il ne jamais pouvoir s'en défaire. Bien qu'il se trouve aux côtés de Red, qu'il frôle son innocence et se retrouve confronté à sa candeur, il ne parvient pas à se dire que lui aussi, mérite peut-être un peu de répit, et un brin de liberté. La réponse de la jeune paysanne fait son bout de chemin dans l'esprit du Chasseur. “Tu refais le monde...”, qu'il reprend, dans un souffle. Owen ne voit pas très bien ce que cela veut dire. Est-ce qu'elle le repense ? Est-ce qu'elle songe pouvoir le changer ? Il n'y croit pas. Pour lui, c'est impossible. Personne ne peut rien changer. Lorsqu'il a passé des jours sans boire, manger, sans même que la lumière du jour ne vienne caresser ses traits avec bienveillance, il a compris qu'essayer de lutter et de vouloir changer les choses ne servait à rien. Owen est aussi défaitiste que Red peut être optimiste, en cet instant. La preuve, elle irradie d'une aura qu'il n'a pas pour habitude de côtoyer. Elle met juste en lumière un fait inaliénable : il ne pourra plus jamais redevenir celui qu'il était. Et, malheureusement, Owen n'arrive même pas à trouver cela regrettable.

Sa main se resserre autour de la sienne. Dans un petit pincement, un minuscule soubresaut. Owen ne s'attendait pas à une telle question. Alors que son regard sonde une nouvelle fois les alentours, il s'abaisse en direction du visage de Red. Il contemple une brève seconde ses traits, sa naïveté. Il s'y confronte en ayant du mal à s'en défaire. C'est si différent. Loin de tout ce qu'il peut vivre au jour le jour lorsqu'il est loin d'elle. Depuis qu'ils se sont rencontrés, Owen se questionne en permanence sur ses faits et gestes, mais avant tout sur ses réactions. Red possède cette âme, bien vivante, et ce cœur battant qui parviennent parfois à redonner un peu de confiance en la vie au Chasseur. Il ne sait pas comment elle fait, si elle a un pouvoir quelconque, mais cela fonctionne. Un peu, l'espace de quelques secondes. Comme maintenant. Sa question est si légitime qu'Owen prend enfin conscience qu'il ne se livre pas. Et pour cause : il n'a rien à livrer. Une nouvelle fois, il va être témoin de la déception dans son regard, rien d'autre. “Non, personne”, qu'il répond en reprenant son inspection du chemin qu'ils empruntent. La forêt est calme, reposante. Pas un bruit ne vient perturber cette atmosphère coupée du monde, si ce ne sont leurs pas qui font craquer les branches, plier les brins d'herbes, courber les racines. Ce silence fait comprendre à Owen qu'il doit peut-être lui livrer plus, sans pour autant se mettre en danger. La partie aventureuse de son être s'éveille, soudain, pour le pousser à l'aveu avant qu'il ne soit trop tard. Les moments auprès de Callie sont rares, précieux. Une fois qu'elle sera retournée auprès de sa sœur, le Chasseur repartira, seul, dans la forêt. Il traquera des proies plus vivantes que des animaux pour le compte d'hommes et de femmes avides de vengeance. Pour sa propre vengeance sur la vie qu'il s'acharne à mener. En comparaison de cette promenade aux côtés de Red, l'ambiance est toute autre dans ces moments où il n'est plus Owen. Où il n'est plus que le Chasseur et pas plus. Les mâchoires serrées, l'homme jette un bref coup d'oeil à la jolie paysanne. Sa main est encore au creux de la sienne, si petite. “Je n'ai pas de famille.” A présent, il ne peut se livrer plus. Le Chasseur n'a pas plus à dévoiler ni l'envie de le faire. Il ne veut pas l'effrayer. Sa solitude est étouffante, pour lui comme pour les personnes qui en ont connaissance, songe-t-il, bien qu'elles soient rares, et il ne veut pas sentir la peine ou la pitié de Red. Il aimerait même qu'elle oublie aussi vite ce qu'il vient de dire. La conversation s'y prêtait, c'est tout, il n'a pas le droit de s'étaler plus sur le sujet. Il se l'interdit. Si elle commence à vouloir savoir pourquoi, il devra mentir. Sa seule famille est celle des brigands, des tueurs de sang froid, de monstres qui, pour vivre, arrachant la vie à d'autres. Red ne le pardonnerait pas. La respiration du Chasseur se veut tout à coup plus complexe à maîtriser. Et si, en cet instant si particulier, il venait de donner l'occasion à la jeune femme d'en apprendre trop ? Et si elle sentait juste après ça que sa sincérité n'était plus la même ? Owen regrette déjà son geste. L'envie de faire plaisir à Red a été plus forte que le reste. Songeant à une parade pour la détourner de la plus petite réflexion quant à cette famille inexistante, l'homme remet la main sur ce sujet qui semblait tant tenir à cœur à la petite paysanne. “Je sais que tu n'es plus une enfant.” Une fois encore, il ne ment pas. Même s'il a cette tendance à vouloir la protéger, au même titre qu'Holly, il admire au fond de lui cette liberté qu'elle prend par la même, comme lui, pour partir à la découverte du monde qui l'entoure. Il s'en retrouve même époustouflé, mais Owen ne peut rien en dire. Il garde tout pour lui, dans cette forteresse bien scellée qu'est son cœur, pour pouvoir penser à elle dès à chaque fois qu'ils sont séparés. Et cet attachement qu'il commence à développer, est plus effrayant que tout ce qui peut exister dans ce monde. “Je ne te considère pas comme telle.

_________________
don't forget me in his arms

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: let's take a trip.   

Revenir en haut Aller en bas
 

let's take a trip.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [SOFT] TRIP JOURNAL : Préparer vos voyages [Démo/Payant]
» PRESENTATION CHARGE DE COMMUNICATION TRIP&TEUF
» Very Bad Trip : Topic Officiels des films
» Very Bad Trip
» Que penseriez-vous d'un City trip

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairview's Tales :: Andotaurë-