AccueilAccueil  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 hello from the other side.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ezra Brant

avatar

Messages : 1402
Inscription : 08/04/2013
Crédits : Alex(L) (avatar), Cleeeem (L) (gifs), wild heart (code)

ONCE UPON A TIME
Personnage: Grincheux
Emploi: Bijoutier
Relations :

MessageSujet: hello from the other side.   Sam 28 Nov - 14:47

Ezra, fais un signe. Signale que t'es là. Pourquoi elle ne pourrait pas le savoir ? Juste trois coups. Trois coups sur cette porte, tu déposes le cadeau et tu t'en vas. Tu t’en voudras si tu le fais pas, elle t’en voudra peut-être aussi. Fais-le, c’est pas la mort. En plus, le cadeau va lui plaire. T’as fait quelque chose de joli, non ? Un bijou pour lui faire plaisir, de sa couleur préférée. Quelque chose de gracieux, comme elle, assorti à la couleur de son regard et qui s’adoucira encore plus au contact de sa peau nacrée. Ça ne peut que lui plaire. Si c’est pas le cas, tu partiras, rien ne te retient ici... La porte s’ouvre. Le bijoutier a à peine le temps d’arrêter de cogiter, son petit paquet sombre à la main, que son regard triste plonge dans celui océan de Mara. Son coeur s’emballe dans la seconde qui suit. Ce simple geste, cet unique contact silencieux, lui a manqué. Comme ces traits fins, et cette présence douce. Le temps semble s’être figé. Perdu dans la contemplation de ce fantôme qu’il confronte bien trop tôt à son goût, Ezra ne sait plus ce qu’il vient faire là. Cette petite voix intérieure qui lui indiquait la conduite à adopter juste avant ne résonne plus dans sa boîte crânienne et le géant recherche un point d’ancrage en dehors du regard déstabilisant de Mara, pour remettre la main sur la raison de sa venue. Il sait que ce n'est pas normal d'être déstabilisé de la sorte, surtout à son âge, mais le bijoutier fonctionne au ressenti depuis longtemps et il ne sait pas comment faire autrement. Lorsqu'un événement le met en colère, il explose ; lorsqu'un autre le pousse dans ses retranchements, il s'isole. Quand Mara force leurs chemins à se croiser à nouveau, il perd le souffle. Le temps a coulé sur eux depuis la dernière fois qu’ils se sont vus. Le bijoutier le remarque à ses longs cheveux qui ont gagné quelques centimètres, ou encore à cette impression qui lui souffle que Mara a grandi. Rien que de penser à tous ces instants qu'il a manqués, Ezra se replonge au coeur de la dernière soirée qu'ils ont passé ensemble. La dernière fois qu'il a pu contempler son visage souriant, avenant, avant que ce dernier ne soit bouleversé par la déception et la peur suite aux propos qu'il a osé tenir devant elle. C’est vrai qu’Ezra est allé trop loin, qu’il n’avait pas à agir de la sorte. C’est vrai qu’il ne sait pas gérer ses émotions, surtout lorsqu’il s'agit de cette rancoeur sauvage que lui inspire Maxim. Le bijoutier sait tout ça. Il fait beaucoup pour devenir meilleur, ne plus faire peur, mais c’est difficile. Alors il préfère rester seul. C'est l'idée qui tourne et retourne en boucle dans son esprit depuis qu'il a quitté le City Hall. Dans la frustration de ne pas avoir convaincu Mara qu'elle ne pouvait pas rester auprès de son cousin, dans cette sensation puérile de ne pas avoir été à la hauteur pour la sortir de cet enfer, le géant a préféré fuir plutôt que de continuer à avancer aux côtés de la jeune femme. C'est peut-être vrai, au final, qu'il n'a pas les épaules pour soutenir toutes les personnes auxquelles il tient. C’est pour toutes ces raisons qu’il n’a pas donné signe de vie après être parti retrouver Prim le soir où il s’en est pris une énième fois à Maxim, et par procuration à Mara en touchant à Ella. C’était mieux ainsi. Et Ezra ne croira pas sa jolie chanteuse si elle lui dit qu’elle n’a pas réappris à respirer loin de lui, qu’elle n’a pas retrouvé goût à cette vie où tout est moins angoissant. Le géant connaît d'avance toutes les réflexions à son sujet. Il est ingérable, nerveux, stressant. Il fait naître l’appréhension sur son passage et fait grandir toujours plus vite la peur dans le coeur des braves gens. Pourtant, Ezra est devant la porte de Mara. Aujourd'hui, il a pris le peu de courage qui lui restait à deux mains pour revenir hanter sa belle vie de jeune maman. Son regard métallique, habité semble-t-il d’un brin de mélancolie, s’abaisse soudain vers le cadeau qu’il tient toujours à la main. L’adrénaline qui a passé dans tout son corps lorsque Mara a ouvert la porte a fait resserrer sa poigne autour du petit paquet noir. Il est un peu abîmé, mais ce qui se trouve à l’intérieur est robuste. « C'est pour toi. Joyeux anniversaire... », qu’il souffle d’une voix écorchée, mal à l’aise. Au fond, Ezra est heureux. Soulagé aussi : Mara est encore devant lui, et il a réussi à aligner deux mots sans bafouiller. L’émotion manque faire frémir son échine, mais le géant est trop occupé à détailler les moindres faits et gestes de la jeune femme pour s’en rendre compte. Rien que le paquet est sublimé par les doigts fins de la pianiste ; Ezra se réhabitue à cette fragilité qui est sienne, celle qui fait de Mara qui elle à ses yeux et qu’il espère dans une pensée folle pouvoir à nouveau être autorisé à protéger un jour. Car c'est bien pour cet unique but qu'il vit, le bijoutier, pas vrai ? Pour veiller sur elle, quoi qu'il arrive. Ezra a soudain peur de s’être trompé, d’avoir fait les mauvais choix quant à ce bijou que la jolie maman découvrira bientôt. Si ça lui arrive avec les personnes qui gravitent autour de lui, pourquoi est-ce que ça n’arriverait pas avec l'unique chose qu’il prétend savoir bien faire au monde ? « Je voulais te le déposer là et partir. Mais je… je crois qu’on peut dire que je ne suis pas assez doué. » Ses épaules se haussent faiblement, le temps d’une brève seconde. Il regrette de dire ça, d’avouer qu’il a songé jouer aux lâches une nouvelle fois plutôt que d’aller au bout de sa démarche. C’est plus simple, tellement moins complexe pour lui, et sans doute pour Mara aussi. Ezra n’a pas envie de parler de ces dernières semaines, de ces deux derniers mois loin d’elle, parce que ça fait beaucoup trop mal et ravive une blessure encore ouverte qu’il s’est infligé lui-même en touchant à la famille de Mara, à son adorable petite Ella. « Je peux voir Ella cinq minutes ? Elle me manque. » Et il n'y a pas qu'elle. Mara lui manque beaucoup, beaucoup trop. Il s'est rendu compte de cet attachement peut-être démesuré qu'il lui porte depuis qu'elle est loin de lui. Encore plus depuis qu'elle lui a fait du mal. A partir du moment où elle a choisi Maxim plutôt que lui. Ou, en tout cas, qu'elle a fait un choix qui s'en rapproche assez pour faire comprendre au géant qu'il ne peut et ne doit pas rester plus longtemps loin d'elle, sans quoi elle ne prendra pas conscience de son erreur, ni lui des siennes. Certes cette décision a été difficile à comprendre pour lui, il lui a fallu du temps pour s’en remettre, mais à présent il est ici. Devant elle, prêt à faire tellement pour rattraper le temps perdu, même s’il n’est pas décidé à l’avouer. Par fierté mal placée ou par détresse, Ezra est incapable de le savoir.

_________________
Love me now or love me later I can't say that I don't mind But I know what it's like to lose yourself In a moment that feels much bigger than us It's always blood then rust, it's rust then rain And oh I know you feel the same It's always skin then sheets, then skin again. Your love is like a hurricane
@Amber Run, Hurricane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mara Vermouth
SHE SMELLS OF DAISIES.
avatar

Messages : 3115
Inscription : 06/04/2013
Crédits : blackholes (avatar) tumblr (gif)

ONCE UPON A TIME
Personnage: aphrodite (fée)
Emploi: maman d'une petite fille (ella) et sans emploi
Relations :

MessageSujet: Re: hello from the other side.   Jeu 10 Déc - 21:18






    Aujourd'hui ne sera pas si différent. Aujourd'hui, pourtant, c'est son anniversaire : un an de plus au compteur, quelques grammes de plus sur la balance de son existence. Mara s'alourdit de vie. Elle aimerait croire que toutes les épreuves qu'elle a traversé l'ont fait grandir, un peu malgré elle certes, mais grandir quand même. Et de la même manière, elle guérit de l'amour comme certains guérissent de blessures ou de maladies. Mais, guérit, Mara ne le sera jamais vraiment. Quoi qu'il arrive, Maxim restera en elle, imprimé, indélébile, ineffaçable, impossible à chasser, à effacer ou à balayer. Elle ne se débarrassera jamais tout à fait de cette passion à sens unique et déchirante. Et Mara l'accepte tant bien que mal. Elle fait avec, elle fait sans. Aujourd'hui, il est l'heure de faire les comptes, dresser des listes dans son esprit et constater les dégâts au même titre que les petites victoires. Aujourd'hui, elle ne saurait dire si elle chavire toujours. Il lui semble que dans sa poitrine les tempêtes se font moins fortes et moins fréquentes. Aujourd'hui, à plus de vingt ans, un pas dans l'âge adulte, elle peut affirmer que de tout ça - l'amour, le chagrin, les millions de morceaux par terre, les larmes et le reste - on survit. Elle peut dire que, d'un cœur brisé, on se relève. Aussi dramatique et idiot que cela puisse paraître, de l'amour elle pensait qu'elle allait en crever parce qu'elle en débordait, parce qu'elle suffoquait, parce qu'il n'y avait plus de place dans son corps ou dans son cœur pour elle-même. Elle aurait pu y laisser sa peau. Tout simplement. Aujourd'hui, oui, elle peut dire que finalement on peut survivre à tout ça, ramasser les morceaux de soi et tenter de les recoller. Aujourd'hui, devant sa porte se tient Ezra. Comme un miracle ou un mirage. Elle n'y croyait plus. « Oh, merci.... » Elle pourrait pleurer. Il y a tant de larmes à l'intérieur de Mara, une étendue d'eau gigantesque, tout un océan, des tonnes de rivières, des courants sauvages et des lacs sages, parfois elle s'y perd, trop souvent elle s'y noie. Mais, au lieu de laisser couler sur ses joues des larmes usées, elle préfère lui sourire. Sourire dans toute la douceur dont elle est capable. Elle est fière de ça, de cette force incroyable qu'elle a réussi à rattraper et que personne n'aurait pu soupçonner avant. Mara attribue cette victoire en partie à Ezra. Elle lui doit beaucoup, elle en est consciente, elle lui doit son cœur plus ou moins recollé, ses journées soleil et parfois par malchance elle lui doit aussi ses moments de pluie. Elle pourrait pleurer, oui, mais elle chasse les larmes qui reculent au fond de sa gorge. « Tu y as pensé. » Elle s'émeut de ce petit paquet qu'elle tient entre ses doigts et, par dessus tout, elle s'émeut de la présence de son ami devant elle. Elle a un grand rire, sincère et soleil, qui résonne dans l'air froid de novembre. Ezra traîne sur son visage un air malheureux qu'elle aimerait effacer comme par magie. Il a un air éteint qu'elle ne lui connaît pas et qui lui serre la gorge. « Bien sûr. Rentre. » Elle aimerait bien, Mara, fondre dans les bras d'Ezra, trouver refuge contre lui et s'y lover - trouver un espace où déposer sa tendresse - mais il y a entre eux une barrière qui l'oblige à rester là, sans bouger, à part pour s'écarter afin de le laisser rentrer. Contre son cœur, elle vient serrer le cadeau qu'elle n'a pas encore ouvert. De la soirée-catastrophe, Mara garde un souvenir amer qu'elle tente de chasser de son esprit. Elle n'a pas envie d'en parler, ni de ça, ni de Maxim, ni du reste - tout ce qui pourrait les éloigner encore d'avantage. Ezra lui a manqué. Les mots ne parviennent pas à atteindre la surface, incapables de se faire entendre, ils restent coincés dans sa gorge nouée par l'appréhension. Ces mots elle ne les dira pas, pas maintenant, ils vont rester en elle, cachés, en sécurité, à l'abri du monde. Ils se sont faits tellement de mal ces derniers mois. A quoi ça rime, qu'elle se demande, Mara ? A quoi ça rime tout ça ?

_________________
“ dieu que cette fille a l'air triste, amoureuse d'un égoïste. „
Elle passe sa vie à l'attendre pour un mot pour un geste tendre. Elle le suivrait jusqu'en enfer et même l'enfer c'est pas grand chose à côté d'être seule sur terre et elle y pense dans son lit, le soir entre ses draps roses. Elle l'aime, elle l'adore, plus que tout elle l'aime, c'est beau comme elle l'aime.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ezra Brant

avatar

Messages : 1402
Inscription : 08/04/2013
Crédits : Alex(L) (avatar), Cleeeem (L) (gifs), wild heart (code)

ONCE UPON A TIME
Personnage: Grincheux
Emploi: Bijoutier
Relations :

MessageSujet: Re: hello from the other side.   Ven 8 Jan - 16:24

Ezra a envie de hurler. Il sait qu'il s'emporte trop facilement, qu'il se laisse trop vite aller à ses émotions, surtout les plus sombres, mais il fait de son mieux pour ne rien laisser voir, ni paraître, lorsque Mara lui démontre qu'elle n'a pas encore ouvert les yeux. Et il s'en veut. Il se maudit pour s'être énervé la dernière fois, contre son cousin et avant tout contre sa jolie Mara, il se rabaisse une fois de plus parce qu'il n'a pas été là pour la rassurer, lui prouver qu'il sera toujours présent et qu'il pensera à tout ce qui peut la faire sourire. Comme son anniversaire. Alors, oui, il y a pensé. Il y pense depuis plusieurs semaines et il y travaille depuis autant de temps. C'est son jour à elle aujourd'hui, cette date spéciale où personne ne doit l'oublier, et surtout pas lui. Le bijoutier se doute qu'il n'entraîne pas avec sa venue de jolis souvenirs, d'où son idée de déposer le paquet, de veiller à ce qu'elle le trouverait en sortant de la maison de Maxim (sa maison à elle aussi, sa maison, la maison de Mara et de Maxim, il va vraiment falloir qu'il s'ancre cette idée dans le crâne), puis de partir sans plus la faire souffrir. Il ne réussit même pas à rire avec elle de sa surprise, mais il esquisse un semblant de sourire. Ça lui a manqué. Ce petit rire à la fois doux et soudain ne faisait plus partie que du passé jusqu'à maintenant. La distance qui s'est installée entre eux est trop douloureuse pour qu'il n'y songe pas, même cinq petites secondes, alors qu'Ezra est pourtant auprès de Mara. Lorsque la jeune maman se décale pour le laisser passer, le géant acquiesce et pénètre dans la maison, toujours embêté par l'impression de ne pas être à sa place. Il n'a pas le droit d'être là, normalement, ni n'a celui de demander à voir Ella. Mais Mara et Ella sont les deux personnes qui manquent à son quotidien. Dès qu'il a franchi les portes du City Hall, il a ressenti ce vide au creux du cœur qui a contraint ce dernier à battre de manière plus aléatoire. Oui, Ezra vit plus que mal la séparation. Pourtant, il a fait preuve d'idiotie en ne revenant pas sur ses pas, sur son comportement ou sur ses mots, il a été le plus grand des imbéciles en continuant à se dire que Mara vivrait bien mieux sans sa présence étouffante sur le dos. Car c'est ce qu'il est, non ? Lui et ses leçons de moral à deux balles ? « Dans sa chambre ? », que le bijoutier élude en n'apercevant pas Ella au milieu du salon sur sa gauche, installée sur son tapis de jeu. Une fois que Mara a confirmé ses soupçons, Ezra grimpe à l'étage en deux-trois enjambées et n'a pas besoin qu'on le guide jusqu'à la bonne pièce. Il se souvient sans souci d'où elle se trouve. Le bleu des murs qu'il aperçoit en premier depuis le couloir le fait sourire ; il se remémore l'après-midi où il est venue aider Mara à étaler cette couleur lumineuse un peu partout. Le bon vieux temps, s'il peut se permettre l'expression. Enfin, son regard se dépose sur Ella, plus bas. Et il se met à sourire comme un idiot. Il se plonge dans ses immenses prunelles qui pourraient couver la Terre entière de malice et il se sent tout bête de réagir de la sorte, de façon aussi différente que tout ce qu'il préfère démontrer d'habitude. « Mince, mais qu'est-ce qu'elle a grandi... », qu'il souffle en s'avançant vers elle. En prenant soin de ne pas l'effrayer, Ezra prend place devant elle. Il laisse le dos de ses doigts venir caresser son ventre de bébé en de tous petits cercles, et il se met à rire franchement lorsqu'elle lui offre un visage amusé. Avant qu'il ne vienne plus, elle n'était pas si expressive. Ella possédait une facilité à exprimer par le regard beaucoup de choses différentes, mais pas de cette façon, pas avec autant d'implication de la part de tout son visage de petit bambin radieux. Et cette découverte fait prendre conscience au géant qu'il a raté beaucoup de choses. « Aussi belle que ta maman... » Doucement, ses doigts viennent se déposer tout contre sa joue, avant que la petite main d'Ella ne les entoure et qu'elle cherche à les serrer de toutes ses maigres forces. Qu'espère-t-elle ? Réussir à le battre à un bras de fer improvisé si tôt ? L'audace qu'il pense dénoter dans son petit air déterminé lui arrache un petit rire. Amusé, le géant l'observe avec attention. Il s'autorise à penser que, si elle n'a pas pleuré ni trop réagi lorsqu'il est arrivé, et qu'elle n'a rien dit lorsqu'il a approché sa grand paluche de son ventre puis de son visage, c'est qu'elle ne l'a peut-être pas totalement oublié... Ezra met un certain temps à remarquer la présence de Mara derrière lui et, une fois cela fait, il constate qu'elle n'a pas encore ouvert son cadeau. Elle l'a encore au creux des mains, et lorsqu'il croise son regard, il arque un sourcil interrogateur. « Tu ne l'ouvres pas ? » La peur qu'elle ne veuille pas découvrir ce qui se cache à l'intérieur le rattrape. Peut-être n'a-t-elle pas envie de recevoir un cadeau de sa part, malgré ce qu'elle en a dit dans l'entrée ? Le temps où il se trouvait accaparé par Ella a sans doute suffi à Mara pour qu'elle prenne conscience qu'accepter quelque chose de sa part, même le jour de son anniversaire, engageait un possible retour de leur amitié malmenée... Et Ezra sent son cœur se serrer à l'idée qu'il soit le seul à souhaiter la retrouver, comme avant.

_________________
Love me now or love me later I can't say that I don't mind But I know what it's like to lose yourself In a moment that feels much bigger than us It's always blood then rust, it's rust then rain And oh I know you feel the same It's always skin then sheets, then skin again. Your love is like a hurricane
@Amber Run, Hurricane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mara Vermouth
SHE SMELLS OF DAISIES.
avatar

Messages : 3115
Inscription : 06/04/2013
Crédits : blackholes (avatar) tumblr (gif)

ONCE UPON A TIME
Personnage: aphrodite (fée)
Emploi: maman d'une petite fille (ella) et sans emploi
Relations :

MessageSujet: Re: hello from the other side.   Lun 18 Jan - 20:39





    C'est son anniversaire, et c'est fou, c'est comme si Mara avait poussé d'un seul coup, comme si pendant dix ans elle n'avait pas grandi, comme si elle avait seulement attendu le bon moment pour devenir un tout petit peu plus femme et moins gamine. C'est grâce à Ella tout ça, évidemment. Sa fille l'a forcé à ramasser les ruines de sa vie et de son palpitant afin d'en reconstruire les fondations, alors, bien sûr, Mara n'est pas la plus douée des architectes, la structure est un peu bancal et elle doute de sa solidité mais elle est debout, un sourire sur ses lèvres et dans sa poitrine bat un cœur rafistolé : il n'y a que ça qui compte vraiment. Ella, elle aussi, a grandi. « La plupart du temps elle se déplace à quatre pattes mais elle commence à s'accrocher aux meubles pour marcher. » Il y a quelque chose en elle qui s'éclaire lorsqu'elle évoque Ella, comme une lumière dans les ténèbres ou une luciole dans la nuit noire. « J'ai l'impression que toute mon existence se résumé à ça désormais : la regarder grandir. C'est très apaisant. » Sa voix se pose, sans heurt. Elle ferme les yeux à peine quelques secondes. Pendant des années, Mara a été très triste. Triste et amoureuse. Elle est toujours amoureuse. Maintenant, elle rêverait que la tristesse cesse de battre à cent à l'heure sous son épiderme, maintenant elle voudrait que ça s'arrête, que le chagrin reparte comme il est arrivé et qu'il la laisse tranquille à jamais. Si elle est délivrée de tous les kilos qui pesaient sur elle auparavant, il semblerait qu'en Mara, jusqu'à son dernier souffle, il restera des éclats de larmes, comme si la tristesse s'était accrochée à sa peau à jamais avant de s'infiltrer dans les moindres recoins de son corps, entre ses organes et le reste. Et elle s'en veut, évidemment, de ne pas être constamment de ces femmes-soleils, aveuglantes, belles, lumineuses, heureuses même dans le noir, courageuses, fortes, téméraires, invincibles, de ces héroïnes modernes à la générosité sans nom et aux journées menées de front. Elle s'en veut de se déguiser en nuage parfois ou même en jour d'ondée, de lâcher une larme au dessus du lavabo ou de sentir son cœur se gonfler sans raison le soir quand elle borde sa fille. Elle s'en veut de ne pas ressembler à ce qu'elle pense être la norme. Elle s'en veut d'être humaine et faillible, elle qui aurait tellement préféré être une super-héroïne qui n'éclate pas en sanglot à une heure du matin dans la salle de bain. Ezra, hésitant, lui rappelle le cadeau qu'elle n'a pas encore ouvert. « Si, si...b-bien sûr. » Elle avait presque oublié le petit paquet entre ses mains, elle rougit, un peu honteuse et un peu gênée sans savoir pourquoi. Ses gestes sont pressés et maladroits, elle déchire le papier cadeau et découvre un magnifique bijou, un collier, bleu comme ses yeux. Sur les lèvres de Mara, un sourire naît, très grand et très haut, un peu comme un soleil. « Merci. C'est vraiment magnifique. Merci ! » Mara garde très délicatement le bijou prisonnier dans sa paume de main droite. D'ordinaire, elle se serait élancée, aurait planté un baiser sur la joue du géant ou elle lui aurait offert une étreinte teintée de toute la tendresse qu'elle est capable d'offrir. Mais pas là. Mara ne bouge pas, elle n'ose pas. Pendant quelques instants, elle hésite, maladroite et incertaine, incapable de savoir quoi dire et dans quel direction marcher. Elle se lance enfin : « Tu sais Ezra, les choses peuvent être comme avant. Je ne sais pas pourquoi c'est devenu aussi compliqué entre nous. C'était pourtant simple. C'était bien. » Pendant longtemps, lorsque Maxim envoyait valser son amour dans les flammes et les torrents, Ezra a été la seule chose qu'elle avait. La seule personne qui la croyait forte et capable de tout alors que petit à petit, en Mara, tout s'écroulait. Il a ramassé les morceaux de son cœur d'enfant, un à un avec une patience folle, il s'est coupé parfois, il a tenté de remettre son palpitant sur pieds. Et puis quelque chose leur est tombé dessus, sans qu'ils ne s'y attendent. Maxim est arrivé entre eux et une crevasse s'est crée : elle l'aimait trop et il le détestait. Mara l'a toujours pensé, Ezra est une maison accueillante, aux odeurs familières et aux pièces surchauffés, un endroit à l'abri des tempêtes et du monde, abritant une certaine douceur et sérénité, une maison où le temps s'arrête et que l'on ne voudrait jamais quitter, mais à présent la maison est froide, étrangère, et les portes sont fermées à double-tours. « J'ai vu ta colère, à défaut de la comprendre vraiment, et je savais que je devais te laisser tranquille. Je ne voulais pas m'obstiner parce que je savais que ça te ferait du mal, alors je...je me suis éloignée. Je t'ai laissé ce que tu m'as demandé : de l'espace, du temps, tout le temps dont tu avais besoin pour que la colère redescende. Mais il faut que tu m'expliques pourquoi, maintenant. Pourquoi c'est si compliqué. Parce que j'y comprends rien. » Elle dit tout ça d'une voix très calme, très douce, sans un seul mot plus haut que l'autre, presque dans un soupir, dans la maison silencieuse. Mara ne lui fait aucune reproche parce qu'il n'y a rien à reprocher. Et peut-être n'y a-t-il pas d'explication à tout ça.

_________________
“ dieu que cette fille a l'air triste, amoureuse d'un égoïste. „
Elle passe sa vie à l'attendre pour un mot pour un geste tendre. Elle le suivrait jusqu'en enfer et même l'enfer c'est pas grand chose à côté d'être seule sur terre et elle y pense dans son lit, le soir entre ses draps roses. Elle l'aime, elle l'adore, plus que tout elle l'aime, c'est beau comme elle l'aime.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ezra Brant

avatar

Messages : 1402
Inscription : 08/04/2013
Crédits : Alex(L) (avatar), Cleeeem (L) (gifs), wild heart (code)

ONCE UPON A TIME
Personnage: Grincheux
Emploi: Bijoutier
Relations :

MessageSujet: Re: hello from the other side.   Dim 24 Jan - 15:57

Ezra comprend pourquoi Mara voit les choses ainsi. Ella accapare l'attention avec tant de facilité qu'on ne peut résister longtemps à l'envie de la contempler durant des heures. C'est vrai que c'est apaisant. Si on ne s'intéresse qu'à elle, on peut vite perdre le fil du temps. Le géant sourit une dernière fois à l'adorable petite fille avant de se redresser et d'observer Mara qui ouvre son cadeau. Il appréhende un peu, mais il attend d'avoir la certitude qu'elle n'aime pas pour se marteler que, oui, avec ses conneries, il a déjà oublié ce qui pouvait lui faire plaisir, ou pire encore l'une de ses couleurs préférées. Sauf que le sourire qui illumine le visage de la jeune femme agrémente les battements de cœur du géant d'un soupçon de soulagement. Ça lui plaît. Ce n'est pas grand chose, ça n'est pas représentatif de toutes les excuses qu'il n'aura pas le temps de prononcer en une seule vie, mais si cela peut apporter une petite note de bonheur dans son quotidien, Ezra ne peut qu'en être satisfait. « Je suis content que tu aimes. » Pour une fois qu'il ne lit pas la déception ou l'incompréhension de façon immédiate dans son regard océan, il se dit que garder cet instant en mémoire pour le restant de ses jours n'est pas une mauvaise idée. Seulement, en venant ici, le bijoutier a fait le premier pas vers une possible réconciliation, mais surtout s'est avancé tête la première dans une discussion qu'ils ont besoin d'avoir pour passer à autre chose. Ou du moins tenter de le faire. Il savait qu'en se présentant sur le pas de sa porte il ne pourrait pas y échapper. Il aimerait pouvoir profiter encore quelques secondes de son sourire, de sa voix chantante, et de son regard bienveillant qu'elle dépose sur Ella même lorsqu'elle n'y songe pas, toutefois y'a pas d'autre choix possible. Ils doivent en passer par là ; surtout lui. Les mots de Mara s'enchaînent et Ezra comprend qu'il a fait l'une des plus belles conneries de sa vie la dernière fois qu'ils se sont parlés. Il a le sentiment qu'elle a perdu toute confiance en lui, et il comprend pourquoi. Même lui n'a plus confiance en lui. Il a l'impression d'être imprévisible à chaque nouveau pas, nouvel échange, nouvelle journée. Et maintenant il y a Ella. Ce qu'il a pu reprocher à Maxim à son sujet est impardonnable. Ça le hante mais il ne peut même pas revenir dessus. Il a des choses qu'il ne peut effacer, même par la force des choses, et Ezra n'a d'autre choix que de les assumer malgré lui, jusqu'au bout, même si ça le blesse comme il imagine que ça pu blesser son cousin, mais surtout Mara. « J'ai pas... », qu'il essaye de débuter, sans que la suite ne se présente. Le géant laisse le silence estomper son premier essai. Il a les explications. Elles sont un peu perdues au milieu de tout ce qu'il doit se faire pardonner, mais il pense avoir réussi à mettre le doigt dessus au bout d'autant de temps loin de Mara. Dis-lui, pourquoi c'est compliqué, Ezra, que lui souffle la même petite voix que tout à l'heure alors qu'il se tenait devant la porte. Il fait un effort surhumain pour relever son regard fuyant dans le sien. « J'arrive pas à me faire à l'idée que tu puisses l'aimer. » Le bijoutier s'efforce de ne pas s'arrêter là, alors il poursuit aussi vite qu'il le peut. Il sent son palpitant s'affoler dans sa poitrine mais il cherche à l'oublier. Plus il parlera, moins il l'entendra. Plus il s'expliquera, plus Mara pourra peut-être le pardonner et l'autoriser à revenir dans sa vie. « Mais moins j'ai de tes nouvelles plus j'ai du mal à réaliser. » Les termes exactes seraient plutôt : « moins je te vois, plus j'ai du mal à ». Sauf qu'Ezra n'est pas certain d'avoir le droit de prononcer ça à voix haute, alors il se planque derrière une sorte de substitut qui en dévoile (presque) tout autant. Cela réveille quand même toutes ses longues réflexions au sujet de la jeune femme, celles qui ne cessent de le hanter et auxquelles il ne devrait pas songer. Est-ce qu'il peut se permettre de tels aveux à demi-mots alors qu'il est avec Prim ? Est-ce que Mara comprend où il veut en venir ? Parce que lui non. Pas tout à fait. Ezra continue à se poser des milliards de questions sans réussir à trouver une seule réponse. Qu'elle soit bonne ou mauvaise, il n'y a rien qui semble convenir à son problème et cela l'empêche de repartir sur de bonnes bases avec Mara. Il en meurt d'envie, que les choses s'arrangent entre eux, de pouvoir la voir autant qu'il en a envie, de l'écouter parler, de croiser son regard ou d'entendre son rire si doux, mais il a préféré tout mettre entre parenthèses pour ne pas avoir à s'y confronter d'un coup. Il a préféré nier une évidence qu'il ne perçoit toujours pas de façon claire plutôt que de l'évoquer auprès d'elle. « J'étais pas bien la dernière fois. J'avais pas pris correctement mes médocs et- et dans ces moments-là il y a trop de choses qui me dépassent et j'ai pas réussi à gérer. Mais au City c'est de vous voir tous les deux... Je comprends pas pourquoi tu restes avec lui alors qu'il te fait du mal. Et je supporte pas qu'on te fasse du mal. Tu peux pas m'en vouloir pour ça, Mara. » Au milieu du flot de paroles, son ton se veut plus dur. Il ne lui fait pas de reproche mais il la prévient qu'elle ne peut pas lui en faire non plus à ce sujet. Ezra veille sur elle depuis qu'ils se sont assis face à face dans la salle d'attente de Madison. Il se souvient encore de ce qu'elle dessinait ce jour-là, et il ne l'omettra jamais. Ce jour-là, il a passé un accord silencieux avec elle, au moment où elle a relevé son regard dans le sien, et le bijoutier a baissé peu à peu la garde jusqu'à accepter de la prendre sous son aile. Mara représente une partie de sa vie dont il peut être fier. Même s'il ne cesse de l'étouffer, de la faire souffrir à longueur de temps, il a besoin de maintenir l'illusion qu'il peut encore être présent pour elle, comme il l'était avant qu'Ella ne vienne au monde, ou encore quand sa mère ne s'occupait pas d'elle, et lorsqu'elle avait besoin de soutien avant de monter sur scène aussi. Ezra a besoin d'être auprès d'elle. Il peut pas endurer plus de temps de ne pas l'avoir dans sa vie. Plus simple à penser qu'à dévoiler. « J'm'en veux déjà assez de toute façon. Pour toi, et pour Maxim aussi. Je suis désolé de toujours être pas loin, parce que je crois que c'est ce qui vous empêche de vivre une vie correcte, sans problème. » Le bijoutier ne sait plus quoi faire de ses mains, il comprend juste qu'elles trahissent sa nervosité, et il préfère croiser les bras, alors qu'il s'avance d'un pas. Jusqu'à se stopper. Il ne sait pas pourquoi il s'avance comme ça. Il se freine à mi-chemin et reste planté dans la chambre d'Ella, tout en menant de front une bataille dont il ne perd pas de vue l'enjeu. « Je peux pas t'oublier », qu'il lâche soudain, toujours en ayant la trouille au ventre de percevoir une réaction d’effroi de la part de Mara. C'est bien ce qu'il a laissé entendre, la dernière fois, pas vrai ? Qu'il ne voulait plus avoir rien à faire avec elle et que leur amitié devait rester dans un espèce de passé lointain, immensément reculé, pour qu'elle ne les affecte plus ni l'un ni l'autre ? Bein il a menti. C'est trop complexe, trop difficile, trop dur de perdre Mara. C'est une épreuve supplémentaire dont il ne ressort pas indemne malgré tout ce qu'il peut en dire à Prim et ça fait des mois qu'il en a conscience. « J'ai essayé ces derniers mois. J'ai vraiment essayé. Je suis pas beaucoup sorti de chez moi, je suis resté dans ma boutique, j'ai passé du temps avec Prim parce qu'il y a qu'à elle que je voulais donner de l'importance, j'ai fait des trucs complètement inutiles pour passer le temps, mais ça n'a pas marché. Je voulais pas te croiser, je voulais pas te voir, mais j'ai quand même pensé à toi tous les jours. » Une fois que les mots sortent, Ezra a l'impression qu'on déleste des épaules d'un poids incroyable. Comme par magie, il devine que ce qu'il est en train d'avouer à Mara, il le garde pour lui depuis bien trop longtemps, car, c'est évident, il n'y a qu'elle qui peut le comprendre de la bonne manière. « J'ai toujours vu Maxim blesser les autres et il faut juste que j'accepte de le voir recommencer avec toi. » Dans une seconde de folie, il songe même au fat que peut-être qu'un jour Maxim réussira à la rendre heureuse. S'il se réveille enfin et prend conscience de la fille incroyable qu'il a à ses côtés, le bijoutier se persuade que son cousin peut changer. Mara fait des miracles, comme elle a pu le faire avec lui, alors il croit en elle comme en personne d'autre. « Je peux le faire. Je sais que je peux le faire. Je te promets que ça sera plus compliqué. » Ezra tente un petit sourire qui paraît tout fade, encore éprouvé par tout ce qu'il vient de débiter. « Je veux pas repartir aujourd'hui en ayant l'impression de t'avoir perdue pour de bon. »

Spoiler:
 

_________________
Love me now or love me later I can't say that I don't mind But I know what it's like to lose yourself In a moment that feels much bigger than us It's always blood then rust, it's rust then rain And oh I know you feel the same It's always skin then sheets, then skin again. Your love is like a hurricane
@Amber Run, Hurricane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: hello from the other side.   

Revenir en haut Aller en bas
 

hello from the other side.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Weiß Side B - Shôko Oomine & Koyasu Takehito
» The Blind Side ( Sandra Bullock )
» Rolex Submariner ref 5512 Up side down
» [fantastique]Dark-Side (1er jet)
» Side Story 3 : le grand amour d'Athéna

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairview's Tales :: Habitations-