AccueilAccueil  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 the fire rises (b.)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Heath Ambrose

avatar

Messages : 116
Inscription : 03/11/2015
Crédits : © kordeism (avatar), tumblr (gif)

ONCE UPON A TIME
Personnage: le magicien d'oz
Emploi: adjoint au maire
Relations :

MessageSujet: the fire rises (b.)   Mar 17 Nov - 16:33

Un bruit sourd résonne. Celui d'une balle tirée d'un revolver. Elle file à une vitesse folle, longe la salle, puis atteint finalement la cible de papier en plein cœur. S'en suit le cliquetis d'un pistolet que l'on décharge, et celui des munitions que l'on pose sur une table. Heath a le palpitant qui bat la chamade tandis qu'il baisse les yeux vers son arme. L'ancien soldat se plait à tester ses derniers montages directement dans sa salle de tirs. Isolée dans le sous-sol de son imposant domaine, personne ne soupçonne cette passion malsaine qu'il nourrit envers les armes à feu. Non pas pour tuer, surtout pas pour tuer. Mais il ne peut s'empêcher d'admirer ces destructeur de vies, ces engins de guerre qu'il a si souvent tenues entre ses mains couvertes de sang. Complexe personnalité donc, et qui porte bien souvent à confusion. Heath désire la paix plus que tout, mais il sait que pour y parvenir, il va falloir éradiquer toute forme de guerre. Alors en attendant de reprendre part à ce conflit, il demeure au sein de son domaine, tâchant de recomposer l'armée qu'il a perdu à Moonbeach.   Personne ne pouvait imaginer à quel point il était difficile pour cet ancien soldat de conserver son sang froid et de ne pas sombrer dans la folie. Depuis son retour dans l'Oregon, tout (ou presque) était différent. Ici, dans ce monde qui fût autrefois le sien, il peinait à se contenir et était bien souvent contraint d'exploser dans l'intimité. Une paire d'années se sont écoulées depuis qu'il a délaissé ces terres pour son île à Moonbeach. Pourtant, il ne reconnait plus rien de cet univers dans lequel il a grandit. Les grandes guerres ne font certes plus rage, mais ce sont de toutes nouvelles formes de violence qui se sont emparées de ce monde. Les morts continuent d'affluer. Le sang ne cesse d'être versé. Et aucun de ces soit-disant dirigeants n'ose se dresser contre la tyrannie qui englobe cette planète. Il ne comprend pas, mais se contente de mépriser chaque petite parcelle de ces territoires temporaires. Bien décidé à retourner à Goldendust pour terminer son oeuvre inachevée, Heath profite de cette courte parenthèse pour parfaire ses plans. Pour se réinventer, il décide alors de se plonger corps et âme dans les nouvelles technologies créées par l'Homme. Il les collectionne, les étudie, avec une telle fascination qu'il en développe même une personnalité maniaque, voire démente. Son esprit acéré ne semble toutefois trouver aucun répit. Et il n'y a guère que lorsqu'il entend le fracas d'une balle brisant l'air qu'il retrouve son légendaire masque d'indifférence. Là où à Moonbeach il s'abandonnait dans les bras délicats de sa précieuse Pandore, ici, il n'y avait que les armes à feu qui parvenaient à éteindre la petite flamme de rage qui grondait en lui. C'est donc après cette parenthèse méritée qu'Heath regagna de nouveau ses quartiers situés à l'étage. Son arme, il la déposa méticuleusement aux côtés des autres, sur le tableau mural qui couvrait l'imposante salle de tirs. Des dizaines de machines, entreposées tels de beaux trophées qu'il ne se lassait pas d'admirer. Un pêché mignon garder bien entendu secret, et scellés par de multiples serrures et portes. La démarche féline et déterminée, Heath se dirigea directement vers son bureau. La Lune avait dores-et-déjà pris sa place au milieu d'un tapis étoilé. Éclairé par ses seuls rayons, l'ingénieur pénétra sans un bruit dans la pièce.. déjà occupée. Pas réellement surpris d'y découvrir quelqu'un, il darda de ses yeux électriques une silhouette bien familière qui se tenait face à lui. « Ta sœur n'est pas là, si c'est elle que tu recherches. » trancha la voix mordante du propriétaire des lieux. Bianca Reeves. Dernière arrivée en date, et vraisemblablement non adepte des règlements de la maison. Puisque tous, ici, le savaient : personne n'était en droit de pénétrer cette partie de la résidence. Les quartiers privés de l'ingénieur n'étaient accessibles qu'à de rares privilégiés. Malheureusement, il semblerait que certaines cherchent encore à s'y faufiler durant ses courtes absences. Heath n'esquissa pas le moindre sourire sans pour autant que ses intonations ne comportent de menace. A coup d’œillades enjôleuses, il s'avança majestueusement à travers la pièce sans même lui demander la raison de sa venue. Nul besoin d'être un génie pour savoir que la jeune femme ne le portait pas dans son cœur. S'appuyant nonchalamment contre son bureau, il ramena ses bras contre sa poitrine en détaillant la silhouette de sa nouvelle recrue. Bianca ne possédait rien -ou presque- qui puisse l'intéresser.  Sa misérable vie, ici, n'était rythmée que par les malheurs à répétition. C'est donc sans réels arguments d'opposition qu'elle fût contraint d'accepter l'offre généreuse de l'ingénieur. Un toit, une maison et la garantit d'une protection toute particulière. Difficile de résister. Pourtant, Bianca n'avait strictement aucune valeur aux yeux de l'anglais. Celle qu'il cherchait avant-tout à charmer répondait au doux nom de Darcy. Esmeralda. Une déesse parmi les femmes, et de celles qu'il n'a pas encore réussi à posséder. Et quoi qu'il puisse lui en coûter, il parviendrait à ses fins. « J'espère que tu manques de rien dans tes quartiers, et que tu vas te plaire ici. » souffla-t-il finalement à l'intention de son invitée. Sa voix, à la foi câline et tranchante suffisait à percevoir l'homme qu'il était : difficile à cerner, impossible à comprendre. Ses pas le guidèrent lentement jusqu'à elle. Sa main attrapa la sienne, doucement, et ce sont ses lèvres qu'il y apposa sans jamais la quitter des yeux. Se voulant être gentleman, c'est en cet instant qu'il s'autorisa à lui adresser un bref sourire de courtoisie. Le premier depuis leur rencontre, il y a quelques semaines. « J'y veillerai personnellement. » susurra-t-il dans une intonation pleine de promesses. Ce qu'il cherchait à obtenir ? Faire tomber ses défenses, franchir ses barrières jusqu'à atteindre le front, et gagner sa confiance. Une aventure qui pourrait avoir de graves conséquences, mais l'ancien soldat n'a jamais perdu le goût du risque. Son légendaire charisme ne suffirait pas cette fois, il le savait. C'est donc avec un soupçon d'audace qu'il allait tenter de conquérir la sœur cadette de sa délicieuse Darcy. Son regard, accroché au sien, dévia finalement lorsqu'il tourna les talons pour se diriger vers le bar. Une poignée de bouteilles en verre, chacune remplie d'un nectar de perfection. « Puis-je te proposer un verre ? » Question inutile puisqu'il n'attendit pas de réponse de sa part pour le faire. Dans un geste élégant et raffiné, il servit deux verres d'un whisky sans nul doute plus âgé qu'elle.    « Rassure-toi, j'empoisonne rarement mes invités. » La gratifiant d'une point d'humour (qui n'en était pas réellement), l'adjoint au maire lui présenta son verre en courbant l'échine. « Je m'apprêtais à faire un petit tour, désires-tu que je te fasse visiter les lieux ? Ma chère Bianca. » minauda Heath de sa voix à la fois mielleuse et acide. A la manière du verre proposé, il ne s'agissait pas réellement d'une invitation mais plutôt d'un ordre sous-entendu. Faute de ses nombreuses années servies à la guerre. Aucune animosité cependant ne venait entacher ses intentions. Preuve de tout le paradoxe qu'il représentait à lui seul.   

_________________

if i weren't crazy i would be insane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

the fire rises (b.)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairview's Tales :: Habitations-