AccueilAccueil  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 baby, don't feel no pain. just smile back.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Daphne Meadow

avatar

Messages : 335
Inscription : 31/05/2015
Crédits : wildworld + tumblr

ONCE UPON A TIME
Personnage: Nicée (fée)
Emploi: prostituée
Relations :

MessageSujet: baby, don't feel no pain. just smile back.   Mer 3 Juin - 23:06

Have you ever loved someone so much, you'd give an arm for? Not the expression, no, literally give an arm for?



Alors que ses ailes microscopiques la maintenaient à la hauteur de la fenêtre, Nicée observait Merlin avec attention. Le cœur presque trop lourd pour son corps aussi frêle que minuscule, la jeune fée se rappela la première fois qu’elle avait posé les yeux sur ce dernier. C’était l’une des rares fois (du moins, avant sa rencontre avec le sorcier) où elle avait usé de sa magie pour avoir une apparence et une taille humaine. Voyant Toutankhamon, son protégé, prendre un chemin qui n’aurait su la rendre heureuse, Nicée avait décidé d’intervenir un peu moins discrètement qu’à l’accoutumée. A la suivre dans la forêt, elle avait fini par s’y perdre, n’étant absolument pas aussi habile que celui-ci – et surtout n’étant pas équipé d’un étalon pour l’aider à traverser l’endroit plus rapidement. Elle s’apprêtait à se retransformer en fée et retrouver la trace de Toutankhamon quand elle entendit des pas derrière elle. Sursautant, elle s’était rapidement retournée de manière à ce qu’il ne puisse apercevoir ses ailes qui recommençaient à pousser et s’était concentrée pour le papillon redevienne chrysalide. Aujourd’hui, les choses étaient bien différentes. Ils en avaient traversé des choses depuis. Nicée avait essayé de rester éloignée de lui, de se concentrer plus que jamais sur l’humain qui avait sa protection quand  elle avait sentie ses sentiments s’accroître envers cet humain, qu’elle n’aurait jamais du fréquenter. Car, malgré le sacrifice que la douce fée s’apprêtait à faire, Nicée aimait ses ailes. Elle aimait son statut de fée. Convaincue qu’avec un peu de bon cœur et beaucoup de bravoure, elle parviendrait à rendre tout humain heureux, cette dernière s’efforçait, à tort probablement, de rendre tout le monde heureux. Sans exception. Ce qui la poussait parfois à des dilemmes dignes de celui de Salomon. La seule personne qu’elle parvenait parfois à protéger réellement, en acceptant qu’il cause du malheur à autrui, était Toutankhamon. Aujourd’hui, pourtant, Nicée en avait assez de se battre contre les sentiments qui menaçaient de faire imploser son petit corps si fragile. Lorsque Merlin tourna la tête vers la fenêtre, celle-ci s’éloigna, battant de ses ailes aussi fort qu’elle le pouvait. Elle n’était pas prête ; il était trop tôt.

Revenant quelques heures plus tard, non sans avoir été laissé un message à son protégée, Nicée avait cette fois une apparence humaine. Vêtue d’une robe empruntée (dérobée) à la bien-aimée de Toutankhamon, la jeune fée décida de laisser pour une dernière fois ses ailes orner sa tenue. Frappant doucement à la porte de la demeure de son sorcier, la demoiselle n’attendit pas qu’il lui ouvre pour pénétrer dans la demeure. Grave erreur, car celui-ci était apparemment de s’habiller – ou se déshabiller. Le mal à l’aise la fit se retourner à la vitesse de l’éclair, et ses joues chauffèrent tellement que Nicée préféra s’éloigner, redevenant fée alors que ses pas la menaient hors de la maisonnée. Agacée par sa réaction, elle qui n’était pas timide en temps normal, ou même gênée aussi facilement (même si Merlin était le premier homme qu’elle voyait si peu vêtu, Toutankhamon mis à part), Nicée attendit de se calmer derrière la maison, battant des ailes si vite qu’elle se demandait si elles n’allaient pas finir par se déchirer. Ce ne fut que lorsque Merlin sortit pour l’appeler qu’elle se décida à reprendre forme humaine. Finalement, elle n’était plus certaine que cela soit une si bonne décision, de vivre enfin leur amour. « Je suis là. » lança-t-elle, alors qu’elle s’asseyait sur un tronc fraichement abattu. « Je ne voulais pas te déranger. » s’excusa-t-elle, le regard rivé sur ses pieds. Merlin n’eut même pas besoin de s’installer à coté d’elle pour que sa seule présence eut un effet salvateur sur Nicée : évidemment qu’elle prenait la bonne décision. Merlin valait bien ses ailes. Elle tenait simplement à s’assurer que Toutankhamon n’aurait pas à vivre trop longtemps sans qu’elle ne protège. Loin de l’idée de Nicée d’abandonner son protégé, même une fois ses ailes perdues, mais elle ne serait pas capable de le faire avec la même dévotion, ni même le même talent (elle avait terriblement besoin de sa magie pour ça). Elle devait donc s’assurer qu’il n’aurait pas besoin de vivre trop longtemps sans elle (sans ailes) pour le protéger. « L’enchantement est pour bientôt ? » demanda-t-elle, relevant enfin le regard vers lui. Comme à chaque fois qu’elle plongeait ses yeux dans les siens, un gigantesque sourire vint éclairer son visage, et le reste de la forêt.

_________________

I think when it's all over, it just comes back in flashes, you know? It's like a kaleidoscope of memories. It just all comes back. But he never does. (...) I knew his world moved too fast and burned too bright. (...) I think that the worst part of it all wasn't losing him. It was losing me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carter Evans

avatar

Messages : 335
Inscription : 27/12/2013
Crédits : OthScottLove, tumblr

ONCE UPON A TIME
Personnage: Merlin
Emploi: Propriétaire du Cave Of Wonders
Relations :

MessageSujet: Re: baby, don't feel no pain. just smile back.   Sam 12 Sep - 23:35

Merlin se concentre. Il déplie et replie les mains, s'acharne sur le même objet depuis le début de la journée. Il sait qu'il peut le faire. Il doit y arriver. S'il veut pouvoir réussir le sortilège auprès des fées, il n'a pas d'autre choix que de modeler cette magie puissante qu'il possède. Rella désire que les progrès soient évidents et fulgurants. Et, malheureusement, le tempérament conciliant du jeune magicien ne peut que se contraindre à la demande. Alors, les heures sont longues, très longues, jusqu'à obtenir le résultat escompté. Les perles de sueur commencent à rouler sur le front de l'apprenti, jusqu'à ce qu'enfin la disparition de l'insecte d'un bout à l'autre de la pièce survienne d'un coup. Surpris, Merlin recule d'un pas, observe d'un air détaché ses mains tremblant quelque peu, avant de se diriger d'un pas emballé vers l'endroit où a atterri le sujet de son essai. S'abaissant au sol, il récupère au creux de sa main la petite libellule avant de constater qu'elle est toujours vivante. Un immense sourire illumine ses traits. Il a réussi. Au bout de nombreux jours à essayer cet exploit presque irréalisable quémandé par La Fée Bleue et ses fées, Merlin est enfin parvenu à un résultat concluant. Il pourra réalise sa part du marché, bien que réussir sur une minuscule libellule ne signifie en rien réitérer la chose sur des humains et créatures magiques. Cependant, le magicien préfère ne pas y penser maintenant. Le progrès est là, sur la bonne voie, ce n'est pas le moment pour baisser les bras. Fatigué, le jeune homme se décide à arrêter les efforts pour la journée et part relaxer ses muscles sous une eau chaude. Une fois qu'il en a terminé, Merlin rejoint la pièce principale de sa petite demeure, située non loin de celle de ses parents, la moitié de ses vêtements enfilé, et se met en quête de trouver un haut confortable à mettre par ce temps agréable. Alors qu'il enfile le tissu par-dessus sa tête, un bruit se fait entendre derrière lui. Brusquement, Merlin fait volte-face et aperçoit brièvement une chevelure brune qu'il pourrait reconnaître entre mille. Abasourdi, le magicien s'empresse de terminer ce qu'il est en train de faire pour sortir hors de chez lui. « Nicée ?! », appelle-t-il, avec l'espoir qu'elle ne soit pas partie loin d'ici après avoir quitté sa petite demeure. Son regard se perd dans les alentours, espérant tomber sur son visage d'ange. Enfin, une réponse l'interpelle et son pas accélère en direction de l'arrière de l'habitacle. Soulagé, Merlin s'avance vers une Nicée gênée mais bel et bien présente. Un sourire béat bouleverse le jeune homme réservé qu'il peut être parfois, jusqu'à ce qu'il prenne conscience qu'il n'est pas supposé se comporter ainsi. Son père ne serait pas fier de le voir agir de la sorte en présence d'une fée aussi belle que Nicée, mais Merlin éprouve le plus grand mal à lutter contre ce cœur qui se serre dans sa cage thoracique. Le regard doux qu'il ancre dans celui de la jeune fée est peut-être le plus intrigué et admiratif qu'il ait jamais eu. Elle n'est pas comme les autres, Nicée, que ce soit aux yeux des autres ou aux siens. Surtout aux siens. « Tu ne me déranges jamais, Nicée... », qu'il la reprend avec tendresse. Merlin se veut gentil, compréhensif, comme il l'a toujours été. Sa sagesse fait de lui un magicien respecté et respectable, pour le plus grand bonheur de ses parents et le sien. En temps normal, il possède une force de caractère résidant dans un naturel posé et réfléchi ; il n'est donc pas difficile de comprendre qu'en présence de la jeune fée qui réussit à lui faire perdre le fil de ses pensées, ses traits de caractères les plus enviables soient décuplés. Merlin acquiesce à la question de son interlocutrice, tandis qu'il est obligé de détourner le visage car confronté au plus beau sourire qu'il ait jamais vu. « Oui, bientôt. » Le sortilège est sur toutes les lèvres des personnes qui en sont au courant. Par chance, Merlin a trouvé en Nicée une alliée de taille pour pouvoir en parler. Le jeune magicien sait qu'il ne l'ennuiera jamais en abordant ce genre de sujet et il ne lui sera jamais assez reconnaissant pour ça. « Rella me le rappelle tout le temps », qu'il plaisante en secouant la tête. La Fée Bleue sait quels sont ses objectifs, ainsi que ceux de Merlin. « Tu sais que je fais ça pour aider ? », qu'il reprend, en osant croiser le regard merveilleux de Nicée. Si beau, si précieux, ces prunelles immenses qui rendent chaque instant toujours plus féérique à Sandstone. « Que je le fais pour tous nous sauver... pour toi... », qu'il ajoute, d'un ton moins assuré, typique du jeune homme réservé qu'il incarne auprès de beaucoup, et pas pour les mauvaises raisons.

_________________
just let's go back.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Daphne Meadow

avatar

Messages : 335
Inscription : 31/05/2015
Crédits : wildworld + tumblr

ONCE UPON A TIME
Personnage: Nicée (fée)
Emploi: prostituée
Relations :

MessageSujet: Re: baby, don't feel no pain. just smile back.   Dim 17 Jan - 23:50

Dépassée, changée, bouleversée, Nicée l’est. Par Merlin. Elle est déphasée par la force de ses sentiments et par cette façon si particulière qu’il a de la regarder : comme si elle est un diamant à l’état naturel. Changée, parce qu’elle en oublie qui elle est et avant tout son coté mêle-tout. Elle en oublie qu’elle veut tellement le bonheur des autres qu’elle en oublie le sien, mais aussi les règles qui régissent chaque fée. Bouleversée, parce que sa décision est prise, et qu’elle sait que si c’est une nouvelle page qui s’ouvre à elle, c’est également une qui se tourne. Elle en serait même presque plus triste qu’heureuse, tant elle est nerveuse. Comment doit-elle faire ? Prévenir Merlin ? L’embrasser par surprise ? Attendre encore un peu… pour l’heure, il fallait surtout que sa température corporelle redescende. La vue qu’elle avait eu lui avait donné des chaleurs qu’elle n’avait jamais eu auparavant : la luxure, la sexualité étaient des problématiques qu’elle n’avait jamais rencontré qu’à travers les besoins des humains, des envies qu’ils pouvaient avoir. Mais c’était quelque chose qui l’avait toujours entièrement dépassée. Mais plus maintenant. Elle ne cessait de penser au torse dénudé de Merlin. Elle voulait y poser ses mains, et peut être même ses lèvres. Mais outre l’envie, il y avait également la gêne. Les moments passés avec Merlin étaient si précieux à ses yeux qu’elle ne souhaitait jamais prendre le risque de l’importuner ; elle ne connaissait pas son emploi du temps et ne souhaite pas que sa présence soit un obstacle à son apprentissage, ou à la préparation du sort qui allait s’abattre sur Goldendunst. Leurs rencontres n’étaient pas interdites mais pas autorisées à proprement dit non plus. Elle souffla doucement, et tenta de se calmer mais se reprit légèrement lorsque Merlin vint s’asseoir à ses côtés. Son regard cherche ses yeux, qu’elle consent à lui offrir, mais cela ne fait qu’accentuer le rouge sur ses joues. Il est beau, Merlin. Mais c’est surtout sa façon de la regarder qui est belle, la sincérité qui transparait dans sa voix lorsqu’il lui dit qu’elle ne le dérange jamais. Son sourire s’agrandit encore un peu, et elle baisse la tête, craignant que son cœur ne finisse par exploser devant tant d’amour. « On ne sait jamais… surtout en ce moment. » précise-t-elle dans un souffle. L’idée que cela puisse être simplement de la générosité, et que ce soit sa bonté qui le pousse à agir ainsi lui avait traversé l’esprit. Maintes fois. Mais désormais, les choses étaient différentes. Nicée ne savait plus à quel moment exactement elle s’était rendue compte que les sentiments de Merlin étaient réciproques à son égard, mais elle ne se rappelait que trop du bien que cela lui avait fait. La fée avait été incapable de rester concentrée sur une seule de ses missions, et elle avait cherché, fidèle à son coté mêle-tout, à réunir d’autres amours interdits, comme pour se prouver que c’était possible. Mais en avait-elle seulement besoin quand elle s’était toujours contentée de ce qu’elle avait avec Merlin ? Jusqu’alors, elle n’avait jamais ressenti de réelles frustrations. Le temps qu’il avait ensemble était précieux, hors du temps mais elle s’en était toujours satisfaite. Tant qu’elle pouvait profiter de sa compagnie, discuter jusqu’à l’aube avec lui et s’endormir dans une étreinte… elle n’avait besoin de rien de plus. Mais comme toute fée, au fur et à mesure qu’elle vieillissait, on lui donnait d’autres tâches à réaliser. Certes, tout le monde s’attendait à ce que l’enchantement puisse être mis en place d’ici quelques semaines, voire quelques jours, mais personne ne devait être au courant, et chacun devait donc continuer sa vie comme si rien n’allait arriver. Ils n’étaient de toute façon pas à l’abri d’un échec total de cet enchantement. « C’est… Ca ne te fait pas un peu peur, parfois ? » demande-t-elle alors que son sourire s’efface. Nicée cherche simplement à savoir si elle est la seule à craindre cette nouvelle vie. Evidemment, elle sait qu’elle y trouvera Merlin et qu’il sera là pour elle. Mais cela sera différent ; il ne s’agira plus de leur vie à proprement parler. C’est pour le mieux. Elle n’en doute pas. Mais l’enfer n’est-il pas pavé de bonnes intentions ? Son visage reste sérieux quand Merlin lui précise qu’il fait ça pour les aider. Pour l’aider, elle. « Personne n’en doute, Merlin. Et certainement pas moi. » Elle ose passer une main sur son visage, et une décharge électrique se propage dans tout son corps, et la force à fermer les yeux quelques secondes. Elle dépose un baiser sur sa joue, et laisse un sourire discret éclairer son visage. « On serait tous perdu sans toi, Merlin. » Elle ment un peu, Nicée. Elle sait qu’ils ont besoin de lui, qu’il est le seul à la hauteur mais une part d’elle-même ne peut s’empêcher de penser que peut-être que la nature reprendrait son territoire et permettrait de faire régner la justice. Elle aurait simplement préféré qu’il y ait une autre solution, quelque chose de moins… drastique. Mais elle ne voulait pas non plus que Merlin se mette trop de pression, ou se rende malade avec cet enchantement. Il fallait qu’il prenne soin de lui… même si lorsqu’ils auraient échangé ce baiser qui lui faisait si envie que ses lèvres la chatouillait. Elle laisse doucement sa main glisser dans la sienne, et reporte son regard sur l’horizon qui se dessine devant eux : « Je suis contente de pouvoir faire ce voyage avec toi. Je n’aurai pas voulu qu’on te laisse derrière… » Elle devrait en venir au fait, lui dire ce pourquoi elle est venue. Mais elle a envie de savourer ces derniers instants en tant que fée : sentir la magie couler dans son sang est quelque chose de si particulier, Nicée veut être certaine de ne jamais pouvoir oublier ce sentiment. Et puis… la douleur lui fait peur, même si aux côtés de Merlin, elle sait qu’elle peut tout affronter.

_________________

I think when it's all over, it just comes back in flashes, you know? It's like a kaleidoscope of memories. It just all comes back. But he never does. (...) I knew his world moved too fast and burned too bright. (...) I think that the worst part of it all wasn't losing him. It was losing me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carter Evans

avatar

Messages : 335
Inscription : 27/12/2013
Crédits : OthScottLove, tumblr

ONCE UPON A TIME
Personnage: Merlin
Emploi: Propriétaire du Cave Of Wonders
Relations :

MessageSujet: Re: baby, don't feel no pain. just smile back.   Mar 23 Fév - 1:07

« Si. » Un simple mot pour lui répondre, une évidence pour lui. La peur est constante. La peur est bel et bien là. Merlin n'a jamais eu autant la trouille de sa vie. Il ne laisse rien paraître, lorsqu'il est au contact des autres, car il est de ceux qui gardent leurs terreurs pour eux afin de ne pas déranger les autres. Sauf que malgré sa magie, il reste avant tout un être doué de sentiments, qui se laisse parfois guidé par ses émotions, même si elles ne sont pas toutes visibles. Derrière un masque de fragilité et de calme, le jeune homme bouillonne de questions par centaines auxquelles il ne trouve guère de réponse. Il aimerait pouvoir s'assurer que l'Enchantement ne blessera personne, ou qu'il réussira jusqu'au bout. Il souhaiterait comprendre comment cela peut vraiment aider GoldenDust à ne plus subir le pouvoir dévastateur de Beau. Mais il n'ose pas. Encore et toujours aveuglé par une bonté sans borne, Merlin fait confiance aux Fées et à leur maîtrise de la magie et s'en contente. Il n'est que l'appui, la deuxième moitié du processus, toutefois il garde à l'esprit qu'il est là pour aider avant tout. Et apporter son aide, précieuse ou non, à son prochain est un dessein – si ce n'est le – plus qu'important dans la vie du jeune magicien. « J'ai peur d'échouer. » L'aveu passe les lèvres de Merlin sans qu'il ne s'en rende compte. Le naturel qui l'étreint lorsqu'il se trouve en présence de Nicée le trouble plus que d'ordinaire. Il a le sentiment de tout pouvoir lui dire, lui confier, que ses secrets ne seront jamais trais avec elle et il n'a même pas besoin d'en être convaincu : c'est pour lui une évidence. Auprès d'elle, il n'est plus un jeune homme comme les autres, et il devient surtout un Merlin différent : il ose avouer une faiblesse qu'il ne peut évoquer en présence de Rella par exemple, il passe de l'adolescent réservé et timide à un homme qui assume ses choix (du moins autant qu'il le peut) et n'a pas peur des instants de doute. Nicée est celle qui a le privilège de compter. Elle est au-dessus de tous les autres, de toutes les tentations, elle éblouit son chemin d'une lumière nouvelle, d'un espoir immense, d'une chose inextricable, un sentiment peut-être, inexplicable qui permet à Merlin de savoir s'il avance dans la bonne direction ou non. Elle le guide de son regard bienveillant, magnifique, parsemé de sa beauté à couper le souffle. Si elle réussit à croire en lui maintenant, alors c'est qu'il n'est pas dans l'erreur... Merlin espère juste qu'elle ne dit pas cela pour le rassurer sans partager avec lui ses propres a priori sur ce qu'il s'apprête à faire. « Et de te décevoir... », qu'il ajoute d'un ton plus sérieux, au moment où ses prunelles s'accrochent aux siennes pour ne pas qu'il s'effondre. Le magicien ne laisse plus beaucoup de doute à l'imagination : il tient à elle. Ce qu'elle peut penser ou dire lui importe plus que l'avis de quiconque ; Merlin a besoin de son soutien, de sa présence, comme de son sourire ou de sa gentillesse. Bien sûr, sa simple proximité suffit à lui faire perdre le fil de ses pensées, jusqu'à même douter de son prénom. S'il la déçoit, la blesse, l'éloigne sans le vouloir, il s'en voudra. Le magicien ne sait pas s'il pourra vivre avec ce poids trop lourd à porter à même le cœur tant la culpabilité et le dégoût qu'il développera pour sûr envers lui-même seront trop douloureux à endurer. Néanmoins, une idée traverse soudain son esprit et travaille son imagination déjà bien trop fertile. Son regard s'éclaire d'une aura nouvelle, plus expressive que la précédente. « Tu pourrais nous aider », qu'il propose d'un ton plus enjoué. Sa main vient se déposer sur la sienne sans prendre gare, alors que ses doigts se resserrent autour des siens contre le bois. « Tu pourrais le faire avec nous. » Merlin scrute le visage de Nicée avec un petit air malicieux. Il s'imagine à ses côtés lors de l'enchantement, plus belle fée parmi toutes les autres, côte à côte durant cet instant si particulier et inédit à GoldenDust, et il entraperçoit déjà son sourire lorsqu'enfin l'Enchantement serait terminé. Ce ne peut pas être une erreur, de percevoir de façon aussi claire un désir, un rêve, la perfection impensable d'un moment, comme s'ils ne pouvaient au final le partager qu'eux deux, en oubliant le monde autour... « Et comme ça tu-tu serais à mes côtés, Nicée, et... » Et s'il lui arrivait quelque chose ? Et si l'Enchantement fonctionnait mal ? Ou que sa magie se retrouvait en décalage avec celle des autres fées et la blessait en retour ? Et si ils échouaient tous ? Nicée serait aux premières loges pour toutes ces possibilités. Elle constaterait son échec, en sortirait peut-être peu indemne, affectée par cette épreuve qu'il aurait de son propre chef placé sur sa route et elle lui en voudrait sans doute pour ça. Nicée a beau être une fée forte, majestueuse, le magicien a toujours peur de la briser d'un mouvement trop brusque, d'un trop plein d'idées folles qui ne sont que les témoins de la jeunesse qui coule encore dans ses veines. Le monde s'ouvre à peine aux yeux de Merlin que déjà il aimerait avoir tout vécu, tout vu, tout expérimenté, sans penser au fait que cette curiosité maladive n'est pas celle de la jolie fée, ni que cette envie de découvrir tout ce qu'il n'a pas eu le temps de voir pour le moment n'a jamais travaillé Nicée autant que lui. Cet enchantement n'est que l'élément révélateur des idées farfelues qu'il peut avoir, dont la possible dangerosité ou la folie passagère peuvent étonner ceux qui ne le connaissent pas. « Non, je... Non, c'est une mauvaise idée. » Sa main se recule, dans un mélange de douceur et de prise de conscience, alors que Merlin détourne son attention pour la placer sur il ne sait trop quoi, au loin. Son regard bat la chamade, car il réalise ce qu'il vient de faire, l'inconnu et le danger qu'il a placé à porter de ses mains fragiles et il se maudit de cette soudaine impulsivité qui a empêché son cerveau de coller ses lèvres l'une à l'autre pour l'empêcher de commettre l'irréparable.

_________________
just let's go back.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: baby, don't feel no pain. just smile back.   

Revenir en haut Aller en bas
 

baby, don't feel no pain. just smile back.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairview's Tales :: Sandstone-