AccueilAccueil  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 strangers with benefits

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Danny Runshell
and don't forget, life is for the living.
avatar

Messages : 1441
Inscription : 08/10/2013
Crédits : applestorm

ONCE UPON A TIME
Personnage: Drusten, le fléau
Emploi: apprenti pâtissier
Relations :

MessageSujet: strangers with benefits   Ven 30 Jan - 18:35


hate me or like me,
just don't misunderstand me

— — — — — — — —

Elle, et ses yeux de biche égarée. Elle, et ses lèvres qu'elle ne cesse de pincer. Elle, et ses joues rosées. Quoique plutôt rouges que roses à présent – et après ça, on dit de lui qu'il ne prête cruellement pas assez attention à tous ces petits détails-là ? Danny, s'il parvient à saisir le regard de l'inconnue au vol, il lui échappe aussitôt. Epris d'instabilité, ce dernier ne sait à quoi s'en tenir. Le sien, il ne faillit pas. Il s'attache à son regard, quand bien même le sien s'attarde à rechercher du secours ailleurs. Il n'y est pour rien au moins, à son évident embarras ? Il s'en voudrait, de jouer sur cet émoi pudique qui est visiblement le sien. Enfin. Il n'est pas si idiot. Mais il aime à le prétendre présentement. Il a bien le sentiment qu'il la met mal à l'aise, Runshell. Et difficile à dire, si en s'éternisant à ses côtés ce soir, il s'efforce de la mettre finalement à l'aise, ou plutôt de rajouter une couche à sa position inconfortable. Il ne saurait le dire, lui-même. Il n'a pas pour habitude de se poser ce genre de questions. Il a davantage celle de se livrer sans concessions à ces envies-là, qui le guident au détour de ses indénombrables coups de tête. Et ce soir, il a l'envie soudaine de délaisser ses quelques amis dont l'exubérance est fonction croissante des verres qu'ils enchainent. Amis qui se passeraient tout aussi bien de lui, d'ailleurs. Au lieu d'éclats de voix qui tiennent à prendre le dessus sur l'autre, il a su trouver une muette au milieu de cette foule. Alors sans surprise, il a davantage l'envie de sa compagnie. De l'apprivoiser. Pas nécessairement pour mieux la piéger de ses filets. Car ce serait le surestimer, que de lui attribuer une telle organisation. Car Danny, il ne voit rarement plus loin que l'instant présent. Il ne s'est pas même imposé pour objectif de passer la soirée en sa jolie compagnie, lorsqu'il est bien trop léger pour ne pas s'envoler ailleurs au détour d'un brin de vent. Il est ici, parce qu'il n'a pas encore été tenté de se rendre là-bas. Il est ici, parce que sa retenue l'intrigue. C'est qu'il a pour habitude de se faire un compagnon de l'exubérance, pas de la discrétion. Et pourtant, toute son estime va à la seconde. Ce n'est pas pleinement pensé, seulement une question de goûts et de couleurs. Cette étrangère aux cheveux de blé, il la trouve charmante. A se demander quel fantôme du passé elle peut bien lui évoquer. Et puis non, sa timidité lui plaît aussi. Ce contraste surtout, entre ce que cette timidité fait d'elle, et celle qu'elle pourrait être réellement. Mais qu'en est-il de ses envies, à elle ? Son manque de verbale pourrait laisser penser qu'elle se plaît que trop peu de sa compagnie. Et pourtant, qui s'attarde à un comptoir s'il tient à demeurer en tête-à-tête avec lui-même ? Qui surtout, se joint à un bar si ce n'est pour se risquer à quelques rencontres ? Et puis il y a ces prémices d'un sourire qui osent tout juste s'inviter aux coins de ses lèvres, qui lui font dire qu'il ne joue pas tant à l'indésirable. D'autant que par le biais de ces joues éprises de couleur, il a choisi d'y voir un plaisir embarrassé. Si bien qu'il reste, et s'attache aux deux mots qu'elle échange pour dix des siens. Et quitte à la taquiner à ce sujet. « Tu crois qu'j'aurais droit à un prénom d'ici la fin de soirée ? » Peut-être qu'il pourrait même le distinguer au milieu de ses couinements de souris qui couvraient avec grande peine le brouhaha des alentours.

_________________

I ONLY MISS HER WHEN I'M BREATHING
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Violet Fawkes

avatar

Messages : 2629
Inscription : 16/12/2013
Crédits : avatar @ shiya ; sign @ clémentine

ONCE UPON A TIME
Personnage: Ursula, la sorcière des mers
Emploi: arnaqueuse professionnelle (cartomancienne) & briseuse de ménage
Relations :

MessageSujet: Re: strangers with benefits   Dim 1 Fév - 19:08

Violet ne savait pas pourquoi, mais ce soir, il lui fallait prendre le taureau par les cornes, affronter ses vieux démons coûte que coûte, et tant pis pour les risques. Tant pis pour les conséquences. Ce fut comme un déclic, une nécessité. C’était une question de vie ou de mort même, comme si au fond d’elle, la demoiselle savait que c’était la date butoire, celle qui ferait chavirer son existence toute entière du bon ou du mauvais côté. Alors, sans hésitation, sans appréhension (aussi surprenant soit-il), Violet caressa doucement les différentes pièces de son dressing, savourant la sensation des tissus variés sous ses doigts, s’arrêta sur la robe qu’elle préférait entre toutes et l’enfila sans plus tarder. Elle fit de même devant sa large collection d’escarpins et choisit ceux qu’elle pensait les plus séducteurs. Parce que ce soir, Violet allait faire tomber des têtes, oh que oui, elle en ressentait le besoin comme pour se montrer qu’elle était toujours la même, qu’elle pouvait tout combattre, tout oublier, qu’elle était la reine de son monde, la maîtresse de son destin. Et ce n’était pas un sale alcoolique qui allait mettre à mal son caractère félin, la mascarade avait assez duré. Du rouge sur les lèvres, la tête haute, ce fut ainsi qu’elle pénétra sur l’Insomnia, lieu de son agression, lieu de sa brutale chute qui l’avait (trop) longtemps fragilisée. Cependant, ce serait mentir que de clamer haut et fort que la demoiselle ne doutait pas. Elle avait une boule au fond de son ventre et de sa gorge, et son cœur palpitait plus qu’il ne devrait. Les craintes, elles étaient toujours là, tapies quelque part dans son esprit, mais là quand même, juste pour lui pourrir la vie. Elle décida de les ignorer et marcha le regard fixé sur le bar, avec l’idée de soulager un peu son esprit. C’était la moindre des choses pour se sentir mieux, pour engager la soirée du mieux qu’elle pouvait. Ce fut à cet instant précis qu’elle remarqua le petit manège de Danny, un « ami » pas comme les autres. Un sourire se dessina aussitôt sur ses lèvres, à sa plus grande surprise. Peut-être qu’au final, leur relation lui avait manqué. Peut-être qu’il était, ce soir, la solution à tous ses maux, celui qui bouclerait la boucle justement. Mais il était occupé. Avec une pimbêche, comme souvent. Une idiote incapable d’articuler trois mots quand elle était en compagnie d’un homme comme Danny, qui savait ce qu’il voulait et qui n’hésitait pas à le montrer. Violet s’approcha doucement, commanda un cocktail alcoolisé au serveur qui l’a reconnue aussitôt, puis s’assit en silence au côté du jeune homme. Elle écouta son petit discours bien roulé, se retenant d’intervenir de temps à autre tant le comportement de l’inconnue l’agaçait au plus haut point. C’était pas possible d’être comme ça, c’était fou cette (fausse ?) timidité et ses joues teintées de rouge. Finalement, Violet but une gorgée du délicieux mélange qui lui brûla la gorge et réveilla en elle des sensations oubliées, puis ouvrit la bouche une bonne fois pour toute. Danny n’avait pas encore remarqué sa présence, et il allait être servi. Comme d’habitude. « Innocence, qu’elle s’appelle. » qu’elle clama sans même laisser l'inconnue répondre, de sa voix perçante et envoûtante, qui ne laissait jamais de marbre. Elle aurait voulu taper plus fort, lui faire regretter d’être née, mais il lui fallait commencer doucement, elle le sentait au fond d’elle. « Et clairement, les vierges, c’est pas ton truc. » qu’elle finit par dire, soupirant faussement, avant de reporter son attention sur son verre comme si rien n’était. Elle croisa les jambes, dévoilant ainsi un atout de taille, et sa robe remonta délicatement le long de ses cuisses. Parfait.

_________________

I set fire to the rain and I threw us into the flames. When we fell, something died 'cause I knew that that was the last time.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Danny Runshell
and don't forget, life is for the living.
avatar

Messages : 1441
Inscription : 08/10/2013
Crédits : applestorm

ONCE UPON A TIME
Personnage: Drusten, le fléau
Emploi: apprenti pâtissier
Relations :

MessageSujet: Re: strangers with benefits   Mer 18 Fév - 13:45

Une voix familière retentit à son oreille, et son buste se détourne instantanément face à la nouvelle venue. Et surtout, la réponse fuse. « Toujours aussi délicate » Une remarque, un reproche, qu'importe. Les plus observateurs sauront ce qu'il en est. La malice n'a toujours pas abandonné ses traits, d'ailleurs. Le fait est qu'il reconnaît là sa verve habituelle, jusqu'à ne jamais la mettre en veille. C'est vrai qu'elle est tout ce qui pourrait être attendu d'une jeune femme, si subtile et si charmante. Elle aurait davantage le caractère et les mots que l'on prêterait aux camarades mâles de son jeune âge, lorsqu'elle n'a de cesse de rentrer dedans plutôt que d'user de délicatesse. Il l'a toujours connu comme ça, Runshell. Bien que connaître serait un grand mot. Et c'est justement parce qu'il l'a toujours perçu telle une castratrice, qu'il n'a jamais creusé au delà de ces apparences criantes. Si bien qu'entre eux deux, bien plus d'à-coups charnels ont été échangés, que de mots. N'est-ce pas tout l'intérêt de cette relation ? Le seul intérêt ? C'est qu'il ne va guère plus loin, Danny. Il n'en a pas l'envie, si bien qu'il n'a pas le sentiment de s'en priver. Dès leur première rencontre, leur duo s'est enfermé dans un carcan voluptueux, et il ne tient pas à s'en plaindre. Le temps passé ensemble ne s'attache qu'à ces draps froissés, ou tous autres supports bienvenus, mais pas à davantage. Les rares échanges verbaux tournent court, lorsqu'il n'a pas pris le goût de sa compagnie autre que charnelle. Il pense la connaître, sans même en avoir fait l'effort. Car il le perçoit tel un effort, par le biais de ces apparences qui lui sautent aux yeux. Il faut dire qu'à son goût, sa franchise à toutes épreuves ne laisse aucune place à une part de mystère. Il en côtoie tous les jours, de tels personnages. Pour autant, ils ont tout sauf ses faveurs. C'est qu'il a ce réflexe de s'entourer de grandes gueules tout autant que d'effervescence, mais en vérité ce n'est pas moins que la paisible compagnie de joues rougissantes qui le charme. D'ailleurs, la situation présente ne manque pas de trahir ses préférences, lorsque Violet a pu s'inviter de sa verbale, il ne manque pas d'en revenir à l'ingénue de son sourire mutin. Certes, ça fait un moment qu'il n'a pu apercevoir Fawkes au détour de leur repère, soit le présent Insomnia. Mais qu'importe, lorsqu'il ne nourrit pas même ce genre de soucis pour ses amis. Il ne se complique pas davantage la vie, comme ces autres qui le dépassent de leur dramaturgie. Néanmoins, il s'attarde à faire les présentations en saisissant au passage la forme qu'a pu initier Violet. « Innocence, j'te présente Luxure » Il en sait quelque chose, lorsque c'est là tout ce qui a pu occasionnellement les lier. En définitif, s'il est familier de son corps à nu, il ne l'est en rien de son quotidien. Danny, il ne cherche guère à vexer sa timide compagnie en surenchérissant dans le jeu de Violet, c'est surtout qu'il ne prend pas un seul instant conscience de ce potentiel désobligeant. « Et c'est quoi, mon truc ? Les filles faciles ? » Non, ce soir, il demande plus de complexité. Ce soir surtout, il est prêt à céder à ce qui lui plait véritablement. Et ce n'est pas des éclats de voix qui allaient l'en détourner, si bien que la lueur de son regard ne manque pas de délaisser la luxure pour en revenir à l'innocence.

_________________

I ONLY MISS HER WHEN I'M BREATHING
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Violet Fawkes

avatar

Messages : 2629
Inscription : 16/12/2013
Crédits : avatar @ shiya ; sign @ clémentine

ONCE UPON A TIME
Personnage: Ursula, la sorcière des mers
Emploi: arnaqueuse professionnelle (cartomancienne) & briseuse de ménage
Relations :

MessageSujet: Re: strangers with benefits   Jeu 19 Fév - 18:31

On ne la changera, Violet. Elle était née en emmerdant son monde (obligation pour sa mère d’annuler des vacances programmées depuis longtemps) et serait toute sa vie cette même fille provocante, moqueuse et sûre d’elle. C’était sa marque de fabrique après tout. Sans ça, elle n’était plus rien. Qu’une coquille vide et inintéressante, sans personnalité. Elle n’était pas faite pour être un fleuve tranquille, son truc à elle, c’était les flammes douloureuses mais fières. Alors oui, la délicatesse, elle ne connaissait pas. La douceur non plus. Elle préférait aux longs discours les arguments chocs, les phrases déstabilisantes, les mots piquants. Et tant pis pour cette femme incapable de tenir tête à Danny. Tant pis, oui, si ça la chagrinait ou la touchait en plein cœur, parce que c’était la réalité : quand on était aussi coincée qu’elle, on restait enfermée chez soi ; on se pavanait pas devant des hommes séducteurs et dominants, on s’enfuyait à pleines jambes. Et s’il fallait sa présence pour que l’inconnue le comprenne, c’était pas un problème. Au contraire, c’était même un véritable plaisir pour une Violet un peu meurtrie. « Pourquoi changer ses bonnes habitudes ? » qu’elle s’enquit, une moue amusée sur le visage tandis qu’elle prit place sur un proche tabouret. L’autre idiote n’avait pas bougé d’un poil, et Violet se dit aussitôt qu’elle cherchait les problèmes, qu’elle aimait se faire du mal. Pourquoi pas. Chacun son truc, ouais. C’était comme Danny et ses conquêtes : qu’il le veuille ou non, qu’il l’assume ou non, il les préférait dominantes, sûres d’elle et au fond, un peu cassées. Parce qu’une femme parfaite, ça n’existait pas. Parce que c’était toujours jouissif pour un homme d’être le remède à bien des maux. Parce que ça leur faisait prendre conscience de leur force. Après tout, pour beaucoup, les femmes sont des êtres faibles dépendants des hommes. Une petite faille dans le système, bien cachée derrière les provocations et les chaudes envies, et hop leurs craintes de perdre le contrôle étaient évaporées. Quand Danny entra dans son jeu, elle sourit intérieurement. Ça ne l’étonnait pas, c’était son petit côté joueur déterminé qui ressortait, et le moins que l’on puisse dire, c’était que ça lui avait manqué. Elle laissa un rire moqueur s’échapper de ses lèvres, contemplant ouvertement de haut en bas la demoiselle. Sa tenue ne lui allait pas, ses lèvres tremblaient légèrement, son maquillage ne la mettait pas en valeur. Clairement, elle n’avait aucun soucis à se faire. Ce soir, elle aurait toute l’attention de Danny, c’était sûr et certain. Alors, elle oublia l’autre, plongeant son regard dans celui de son amant pour continuer leur partie. Et tant pis si Danny cherchait à la torturer en l’ignorant. Elle allait lui montrer qui elle était vraiment, et cette fois-ci il ne serait pas prêt de l’oublier. « Non. Les filles inspirées et inspirantes. » qu’elle clama en détournant elle-aussi les yeux, les posant sur le mignon serveur qui officiait devant elle. Un clin d’œil et sa liste de potentiels donneurs de plaisir s’élargissait. « Mais j’crois que pour ça, il faut de l’expérience. » qu’elle rajouta à l’intention de la fameuse Innocence qui devait sans nul doute hésiter à prendre ses jambes à son cou. Elle était mal tombée entre Danny et Violet, la pauvre. La jeune Fawkes haussa les épaules pour compléter ses paroles, faisant ainsi comprendre à son amant que ce n’était après tout pas son problème ses nouveaux goûts douteux.  C’était pas ça qui allait gâcher sa soirée. Sa toute première véritable soirée depuis l’agression. Un flash traversa d’ailleurs son esprit à cette simple idée, la troublant totalement. Sa tête se tourna quelques secondes vers la porte qui menait au pont extérieur, avant de retrouver vivement sa posture originelle. Elle déglutit presque péniblement (mais avec discrétion), et passa commande aussitôt au serveur. « Votre alcool le plus fort, s’il vous plaît. » Fallait qu’elle fasse taire sa plus grande peur, et même si la boisson lui rappelait bien des erreurs, elle en avait besoin plus que jamais pour chasser ses mauvais démons mais aussi faire un pied de nez au connard qui avait osé l’agresser. Même s’il n’était pas là, pour elle, c’était une victoire personnelle que d’oser se laisser aller de la sorte à nouveau.  

_________________

I set fire to the rain and I threw us into the flames. When we fell, something died 'cause I knew that that was the last time.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Danny Runshell
and don't forget, life is for the living.
avatar

Messages : 1441
Inscription : 08/10/2013
Crédits : applestorm

ONCE UPON A TIME
Personnage: Drusten, le fléau
Emploi: apprenti pâtissier
Relations :

MessageSujet: Re: strangers with benefits   Mar 7 Avr - 11:59

Danny, il a beau sans cesse en revenir à l’ingénue, le fait que Violet sait user, comme toujours, de sa verbale, attire également son attention. Si bien qu’il se tourne vers l’une, pour ne pas tarder à retrouver l’autre. Il suffirait pourtant que l’inconnue retrouve sa voix, au fin fond de son courage, pour que son entière attention se consacre à elle. Cette étrangère, ce mystère. Mais elle n’a pas – ou plus serait plus exact – fait entendre ses couinements de souris depuis qu’ils sont trois et non plus deux accoudés à ce bar. Elle paraît davantage s’exprimer de ses doigts qu’elle ne cesse de tortiller, et au travers de ses regards de biche égarée. Si bien qu’il en a un sourire gourmand au coin des lèvres, à non pas se réjouir de son désarroi, mais face à l’envie grandissante d’en savoir plus de la timide maladive. Seulement lui qui fait si peu dans la subtilité, n’ose rien qui pourrait la mettre à l’aise de sa verbale, lorsqu’il se contente de répondre à la nouvelle venue. De si bonnes habitudes, oui. « J'te savais pas si prévisible, Fawkes » En vérité, ce qu'il sait, c'est qu'elle tient davantage du plus fougueux des tempéraments. Ce qui n'est pas pour lui déplaire, au détour de draps froissés. Mais en dehors du charnel, que sait-il d'elle ? Tout ce qu’il n’a pas tenu à découvrir de la sulfureuse. Il s’en est tenu à ces préjugés, sans même en prendre conscience. Car il n’est pas de ceux à se poser ces questions-là, bien trop occupé à vivre l’instant présent pour se demander s’il préfèrerait passer son temps avec un tel ou une autre. Il n’est qu’impulsivité, l’énergumène Runshell. Et ce trait spontané ne l’a jamais poussé à s’éterniser une fois que l’ébat avait atteint son paroxysme. De ce qu’il en sait (c’est-à-dire peu), la réciproque est vraie. Il n’a pas même cherché à le savoir. Quelle importance ? Il laisse faire, pour mieux faire à sa guise. Manquant la plupart du temps de ce trait observateur, il ne prend pas conscience du regard méprisant de la luxure envers l’innocence, qui aurait le don de l’affubler d’une échine frissonnante. Il n’est pas davantage sensible aux remarques qui s’en suivent, car il n’a jamais fait preuve de susceptibilité, alors pourquoi d’autres s’en incommodent au juste ? Comme l’inconnue, pour qui s’en est de trop de toute évidence, lorsqu’elle déserte sa position sans un mot. Aussitôt, il glisse alors à l’adresse de l’intruse. « T'es fière d'toi ? » Cela aurait pu être un reproche. Pourtant, cela résonne telle une remarque. Car s’il n’a pas usé de son plus grand tact (puisqu’il en a si peu) pour lui donner l’envie de rester, la venue de Fawkes et de ses répliques acerbes ne sont néanmoins pas étrangères à cette désertion. Bien que Danny, il pourrait très bien la rattraper, pour mieux corriger le tir, la réconforter même. Il n'en fait rien. A la place de ça, il s’accoude dos au comptoir et regarde l’inconnue qui resterait une inconnue pour l’heure se perdre parmi la foule. Sa moue témoigne du regret de son départ, lorsque ses pensées se résument à un dommage. Mais il n’est pas de ceux à passer en force, comme toujours il lâche prise. Et voilà donc que la précieuse délicatesse l’a abandonné à l’exubérance familière. Autant dire une soirée qui lui apparait comme les autres, et qui l’enthousiasme bien moins. Pas de quoi lui ruiner sa soirée pour autant. « De mémoire, t'as pas besoin de ça pour être d'humeur si légère » qu’il commente sa commande, lorsque son attention n’a pas encore déserté les environs. Alors, pour oublier, ou pour repousser les limites de l’ivresse ?

_________________

I ONLY MISS HER WHEN I'M BREATHING
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Violet Fawkes

avatar

Messages : 2629
Inscription : 16/12/2013
Crédits : avatar @ shiya ; sign @ clémentine

ONCE UPON A TIME
Personnage: Ursula, la sorcière des mers
Emploi: arnaqueuse professionnelle (cartomancienne) & briseuse de ménage
Relations :

MessageSujet: Re: strangers with benefits   Lun 11 Mai - 13:12

Elle n’était pas prévisible, Violet, bien au contraire, et elle le savait plus que bien. Ce fut pour cette raison qu’elle se contenta d’un petit rire à l’égard de Danny. Quoiqu’elle dise, quoiqu’elle fasse, elle savait que son comportement lui plairait toujours. Et que ce n’était pas ça qui l’arrêterait ce soir, si elle le voulait. Mais bizarrement, à l’heure actuelle, la demoiselle ne voulait rien d’autres que s’amuser, retrouver des sensations qu’elle pensait perdues et les savourer. Et elle se sentait envahir d’un sentiment jouissif quand l’inconnue prend ses jambes à son cou. Elle ne se savait pas aussi effrayante… quoique. Elle retint le sourire qui veut s’installer sur ses lèvres et porta son verre à ses lèvres. C’était bizarre de sentir à nouveau le liquide brûlant sa gorge, déstabilisant même. Un peu plus, et elle aurait tout craché tant ça lui était désagréable. Des pensées furtives envahirent tour à tour son esprit, et elle se revoyait quelques semaines plus tôt, étouffée par le corps lourd d’un pauvre type dégueulasse. Ça lui donna la nausée et même si le malaise ne dura que quelques secondes, elle eut du mal à s’en remettre. Elle ne tourna donc pas de suite la tête vers Danny, se contentant de fixer un point devant elle non défini. Puis, quand elle estima avoir retrouvé un semblant de prestance, elle plongea son regard dans le sien. « Il m’en faut plus. » qu’elle commença de la voix qu’habituellement elle sert à Danny, comme si rien n’était. Comme si l’alcool ne venait pas de réveiller de mauvais souvenirs, comme si elle n’avait aucune envie de prendre ses jambes à son cou à son tour pour rentrer chez elle se terrer au fond de son lit. « Ma pseudo-concurrente était ridicule. » qu’elle continua pour montrer que la compétition ne méritait même pas ce nom d’ailleurs. Elle n’avait pas à être fière, la mission avait été trop facile, à la hauteur de la moindre débutante. Mais au fond, pour recommencer, cela faisait toujours du bien. « T’attends quoi pour lui courir après et sécher ses larmes ? Avec un peu de chance, elle te trouvera romantique et voudra bien de toi ce soir. » qu’elle plaisanta, accompagnant sa réplique à un rire moqueur. A son tour, elle se tourna dos au comptoir pour mieux contempler la foule. Un homme lui fit aussitôt un signe de la main, pour capter son attention, mais elle l’ignora royalement. Ce qui l’intéressait ce soir, c’était ce sentiment de sécurité qu’elle avait quand elle était aux côtés de Danny. Pas parce qu’il était protecteur envers elle, mais parce qu’elle savait qu’il ne lui ferait aucun mal, lui. « Il faut croire que je ne suis pas si prévisible que ça. » qu’elle rétorqua, en se saisissant de son verre et tentant d’oublier la crainte, se força à le boire cul sec.

_________________

I set fire to the rain and I threw us into the flames. When we fell, something died 'cause I knew that that was the last time.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Danny Runshell
and don't forget, life is for the living.
avatar

Messages : 1441
Inscription : 08/10/2013
Crédits : applestorm

ONCE UPON A TIME
Personnage: Drusten, le fléau
Emploi: apprenti pâtissier
Relations :

MessageSujet: Re: strangers with benefits   Mer 1 Juil - 0:07

Et voilà qu’il se retrouve seul accoudé à ce comptoir. Ou presque. Il pensait avoir trouvé pour ce soir la paisible compagnie dont il est constamment en recherche, mais il l’a vu prendre ses jambes à son cou face à la nouvelle venue. Quel dommage. Pourtant, il ne paraît pas si effondré. Comme toujours, il s’accommode du cours des événements, en oubliant de s’en formaliser. Pourquoi est-il encore là, Danny, s’il n’a pas le goût de l’effervescence ? Pourquoi ne part-il pas pour poursuivre l’inconnue à la timidité maladive ? C’est là ce que ne manque de faire remarquer son amante régulière, et il lui répond ce qu’il a pu penser la seconde précédente. « On parie combien que je vais plutôt la faire pleurer que retrouver le sourire ? » Le mieux qu'il peut lui épargner ce soir, c'est encore son manque de tact. Surtout que ce soir, Danny est d'humeur bien peu conciliante. Après tout, Violet le connaît-elle rien qu’un peu ? Si un jour miraculeux et lointain il est vu comme romantique pour un œil féminin, ce ne pourrait être que bien malgré lui. Alors peut-être n’est-ce pas plus mal, si ce n’est pour lui, pour l’inconnue, que sa personnalité à vif lui ait été épargnée. Et puis le jeune Runshell, il n’aime pas faire face à des larmes, car à défaut de s’en émouvoir, il ne sait jamais que dire ou que faire. Et pour un jeune homme aux relations si conflictuelles avec l’ennui, il n’est jamais bon de ne savoir que faire. Mais que faire maintenant, si ce n’est répondre à sa camarade de comptoir ? « Une pseudo concurrente ? » qu'il relève, un sourcil arqué. Et avec un temps de retard, son regard abandonne la foule enivrée pour s’attarder sur Fawkes, alors qu’elle vide son verre. Le jeune homme, il n’est pas assez observateur, pour remarquer que quelque chose puisse clocher pour elle. « Je ne savais pas qu'on jouait à ce jeu-là » L’idée ne lui a pas traversé l’esprit, parce qu’elle ne lui a jamais donné le sentiment d’être ce qu’il recherche vraiment. Elle paraît même en être l’exact opposé, lorsqu’il pourrait la nommer drama-queen et manipulatrice. Loin donc, de la douceur qu’il recherche. Mais est-ce que seulement les deux sont incompatibles ? Si bien qu’il n’a jamais pu songer une seule fois pouvoir trouver la quiétude qu’il apprécie plus encore que les éclats de voix trouvés auprès de Violet. Tout ce qu’il connaît d’elle, si connaître est vraiment le mot, c’est sa langue bien pendu. Et puis il pourrait bien faire ce qu’il voudrait, de toute façon rien ni personne ne remplacerait son ange blond égaré. Le plus triste, est sûrement qu’il n’a aucunement cette prétention, et ne s’y essayerait même pas. « Et y'a quoi à gagner ce soir ? » Ou plutôt qui ?

_________________

I ONLY MISS HER WHEN I'M BREATHING
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Violet Fawkes

avatar

Messages : 2629
Inscription : 16/12/2013
Crédits : avatar @ shiya ; sign @ clémentine

ONCE UPON A TIME
Personnage: Ursula, la sorcière des mers
Emploi: arnaqueuse professionnelle (cartomancienne) & briseuse de ménage
Relations :

MessageSujet: Re: strangers with benefits   Mar 14 Juil - 11:20

« Ça ne serait pas étonnant, effectivement. » Danny, il n’avait jamais été doué avec les femmes en dehors du plaisir. C’était un drôle de spécimen, loin du romantique et du bad boy. Il se situait là où peu d’hommes pouvaient se vanter d’exister. C’était un peu indescriptible, et c’était sans doute pour cette raison que Violet s’était laissée aller une fois, puis plusieurs, à ses côtés. Il ne ressemblait en rien à ce qu’elle recherchait d’ordinaire, il avait vraiment un je ne sais quoi intriguant. L’inconnue avait dû le sentir également mais n’avait su passer outre sa timidité pour en découvrir davantage. Quel dommage. « Chaque mot a son importance. » qu’elle se contenta de répondre, quand il répéta ses précédents propos. C’était pas une compétition, ça portait pas ce mot-là. Jamais ô grand jamais Violet ne se battrait pour un homme. La preuve, elle a lâché l’affaire concernant Maxim, alors que pour la première fois depuis longtemps elle avait éprouvé une forte affection à son égard. Elle aurait pu donner de la voix, se positionner contre son ancienne amie de lycée et même sa sœur, mais aucun homme ne valait la peine de perdre un temps aussi précieux de la sorte. Pas même Maxim. Surtout pas Maxim, d’ailleurs. Danny ne faisait donc pas exception à la règle. Bien sûr qu’elle aimait sa compagnie, bien sûr qu’elle restait perchée devant le comptoir malgré ses doutes ou ses craintes pour lui, mais ça n’allait pas plus loin. Si Danny voulait rattraper cette femme (chose qu’il ne ferait jamais mais bon), elle n’allait pas en pleurer. Des hommes, il y en avait plein le bar. Et puis de toute façon, elle n’était clairement pas en état. « Pour une fois, il n’y a rien à gagner. Juste du temps à perdre. » qu’elle lui lança, le regard plein de malice, camouflant à merveille ses troubles aussi bien physiques que morales. C’était dur pour elle d’être là, assise à côté de Danny, dans l’endroit où tout avait chaviré. C’était là aussi un défi de taille, se retenir de partir en courant, rester là comme si rien n’était. Elle puisait au fond d’elle-même le courage de faire semblant, mais l’équilibre était précaire. Tel un funambule avançant sur un fil tendu au milieu de rien, Violet se savait en danger. A tout moment, elle pouvait chuter et revivre l’impensable. L’alcool qui courait dans ses veines n’y changerait rien. Au contraire, il l’affaiblissait. Mais tout ça, Danny n’en avait pas conscience. Et s’il lui tournait le dos ce soir parce qu’elle n’avait pas envie de jouer comme à leur ordinaire, elle ne lui en tiendrait pas rigueur, surtout pas.

_________________

I set fire to the rain and I threw us into the flames. When we fell, something died 'cause I knew that that was the last time.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Danny Runshell
and don't forget, life is for the living.
avatar

Messages : 1441
Inscription : 08/10/2013
Crédits : applestorm

ONCE UPON A TIME
Personnage: Drusten, le fléau
Emploi: apprenti pâtissier
Relations :

MessageSujet: Re: strangers with benefits   Mer 5 Aoû - 14:02

Du temps à perdre ? Mais il n’a que ça, du temps à perdre. Il ne demande même que ça, le perdre. Si seulement cela lui permet d’égarer l’ennui en chemin. La jeune femme le pousse, sans même en avoir l’intention, à ne plus considérer leur échange tel un jeu avec un prix à la clé. Car c’est ainsi, qu’il a toujours pu considérer leurs relations : essentiellement charnelles. « Et tu crois que ça va me faire fuir ? » Gagner ou perdre, il est toujours là, accoudé à ce comptoir. Ce n’est pas son esprit de défiance qui lui répond, mais seulement une rhétorique sincère. Car si en temps normal leurs échanges dépassent rarement quelques joutes verbales pour mieux passer à l’action, cette fois-ci il n’est pas contre fraterniser avec cette Violet-. Runshell, il ne prend conscience que maintenant qu’elle n’est peut-être pas qu’une grande gueule et un fort caractère, et aussitôt sa curiosité s’éveille. Autrement, il s’éternise rarement en présence d’une castratrice au cœur de pierre. Il ne saurait dire s’il s’est trompé sur son compte, s'il n'a pas su la voir, ou si à l’inverse elle a toujours gardé cette facette d’elle férocement à l’ombre ; mais présentement, la jeune femme paraîtrait presque… vulnérable ? Il doit se tromper, certainement. Sa vision d’une Violet excentrique doit être si ancrée dans son esprit, que dès l’instant où sa langue bien pendu ne claque plus avec autant de ferveur, il confond le calme avec la fragilité. « Je t’ai connu plus joviale » Si elle n’a pas le cœur à médire, elle ne l’a quand même pas à pleurer ? Des pleurs sur les joues de Violet, quelle étrange pensée. Jusqu’à présent, il n’a jamais pu l’imaginer avoir ce genre de sentiments. Car la jeune Fawkes, elle n’est pas vraiment humaine, non ? Elle n’est qu’un souffle avec lequel érailler le sien, un corps en sueurs contre lequel s’extasier, mais elle ne peut pas être plus que cette amante. Pas avec ce caractère de feu, et ces exploits de flamme. C’est pourtant cette nouvelle perspective à laquelle il s’ouvre, qui retient son attention. D’ailleurs, on peut lire en lui comme dans un livre ouvert, lorsque sa position même en témoigne. Il prend son temps, mais son buste en vient à lui faire face, même si cela signifie ne plus s’adosser à ce comptoir, pour bientôt y déposer ses avant-bras et se pencher en avant. Son regard, lui, passe dorénavant plus de temps à la détailler qu’à s’intéresser à la foule qui les entoure. « Alors comme ça, ça t’arrive d’être mélancolique ? » Qui aurait pu un jour penser ça de la tigresse ? Il la pensait infaillible, Violet. Un être imperméable qui ne laissait jamais les humeurs l’imprégner pour mieux lui jouer de vilains tours. Mais qu’en sait-il après tout, le gamin ? Il n’a jamais prétendu avoir un sens de l’observation assez développé pour mieux dépeindre une réalité. Danny, il est maladroit, voir même aveugle, aux évidences. Le plus souvent. Ce soir, il lui semble pourtant pouvoir mettre le doigt sur quelque chose. « J’crois pas que d’enchaîner les verres va arranger les choses » Au contraire, ça ne pourrait que renforcer cette amertume, si c’en est véritablement une. Mais qu’est-ce qu’il en sait, encore une fois ? Les états d’âme d’une femme sont presque autant un mystère pour lui, que ceux du genre humain dans son ensemble.

_________________

I ONLY MISS HER WHEN I'M BREATHING
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: strangers with benefits   

Revenir en haut Aller en bas
 

strangers with benefits

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairview's Tales :: Insomnia-