AccueilAccueil  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez
 

 Is this just an illusion ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Carter Evans

Carter Evans

Messages : 335
Inscription : 27/12/2013
Crédits : OthScottLove, tumblr

ONCE UPON A TIME
Personnage: Merlin
Emploi: Propriétaire du Cave Of Wonders
Relations :

Is this just an illusion ? Empty
MessageSujet: Is this just an illusion ?   Is this just an illusion ? EmptySam 2 Aoû - 15:56

Carter enfila un simple t-shirt. Sa tenue achevée, il s'observa une dernière fois dans le miroir devant lui. S'ils savaient. S'ils avaient tous conscience de ce qu'il avait fait. Comment Delilah ne ressentait-elle aucun scrupule ? Comment vivait-il pleinement après ce sort ? Pourquoi était-il le seul à se préoccuper de ce qui s'était vraiment passé ?
Le trentenaire se sentait différent. Comme toujours. Lorsqu'il était Merlin, il n'était pas comme les autres. Ici, le même cas de figure se représentait. Il se lança un regard triste. Heureusement qu'il n'avait plus ses pouvoirs, au final, car il aurait pu envoyer les personnages de conte dans un endroit encore différent sans le vouloir et ainsi se rendre compte pour la troisième fois de l'incapable qu'il était. Sa femme pénétra dans la salle de bain. Le regard gris de l'ancien magicien croisa le sien dans la glace. Elle sentait qu'il ruminait un peu trop. Elle avait ce don pour deviner quand les choses devenaient trop difficiles pour lui et débarquer à nouveau dans sa vie seulement dans ces moments-là. Le propriétaire du Cave of Wonders se demandait parfois si elle n'avait pas été plus une sorcière qu'une fée à Goldendust, ce qui aurait été bien plus plausible.
Elle s'approcha lentement de lui, les bras croisés, le visage un peu trop concerné pour être crédible. « J'allais partir », lui dit-il d'une voix dure. Delilah secoua la tête. En sa présence, Carter se sentait menacé, étouffait presque. Il savait que le moindre faux-pas de sa part pouvait être impardonnable, même s'il y portait peu d'attention. Madame Evans n'avait aucun problème avec le fait de le brusquer pour qu'il n'en révèle pas trop à n'importe qui. Ainsi, plus Carter s'échappait de cette maison longtemps, moins il risquait d'être confronté aux pupilles scrutatrices de la blonde. Se saisissant de sa veste posée sur le rebord du lavabo devant eux, Carter ne perdit pas une minute et l'enfila, avant de rebrousser chemin en direction de la sortie.
Delilah se saisit alors de son poignet. Poussant un soupir, il se dégagea de son étreinte carnassière. « N'oublie pas, Carter, pas un mot de trop. » Et il s'éloigna. Ses pas pressés dans l'escalier menant au rez-de-chaussée firent un boucan assourdissant. Le trentenaire attrapa clés et papiers délivrant sa nouvelle identité avant de claquer la porte d'entrée. Une nouvelle bouffée d'air frais s'offrit à lui.
Heureux de pouvoir enfin s'évader de chez lui, c'est d'une démarche peu enjouée tout de même qu'il s'aventura dans les rues de la petite bourgade. Il n'avait envie de croiser personne aujourd'hui, même à la boutique. Il désirait se retrouver face à lui-même, et peut-être même enfin trouver une solution pour faire revenir les habitants dans leur vrai monde. Cette tâche lui tenait à cœur mais, étant seul à travailler sur le projet, ce dernier prenait un temps infini et avant tout frustrant. Déjà, il cogitait, passé l'avant-dernière rue menant à sa boutique. S'il réussissait à trouver un passage, il pourrait alors revenir à Goldendust et trouver une réponse à ses questions grâce à sa magie, qui serait plus qu'une grande aide dans ce cas de figure.
Carter tourna à l'angle de la petite ruelle dans laquelle il se trouvait. Au fil du temps, Fairview avait de moins en moins de secret pour lui et c'était tout ce qu'il désirait. Pour trouver un passage, sans aucun doute dissimulé par les plus grands soins de ses pouvoirs réunis à celui des fées et autres êtres magiques, il fallait bien apprendre à connaître tous les recoins susceptibles de l'abriter. Néanmoins, alors que l'enseigne du Cave of Wonders apparaissait dans son champ de vision, il fronça un sourcil. Qui se trouvait devant ?
Son pas ralentit. Il ne l'avait jamais aperçue, ou peut-être de loin sans s'en souvenir. La petite blonde semblait concentrée et surtout déterminée à attendre l'ouverture de la boutique. Mais ce qui étonnait le blond était l'heure avancée à laquelle elle se présentait à la boutique. Ce n'était jamais arrivé auparavant et il ne savait pas s'il devait se réjouir ou y voir le présage d'une mauvaise nouvelle. Arrivant finalement près d'elle, Carter avala avec difficulté sa salive, nerveux. Pour un qui ne souhaitait parler à personne aujourd'hui, c'était une tentative complètement ratée. Le trentenaire releva son regard dans celui de sa future interlocutrice. Plutôt interrogateur, il insufflait un désir de la voir quitter les lieux sur-le-champ, mais aussi un espoir de l'entendre parler en première pour ne pas avoir l'air d'un idiot.
« Vous attendez depuis longtemps ? », demanda-t-il après quelques secondes sans plus de réaction. L'accueil ne serait pas le critère premier d'une bonne note à son établissement, c'était certain, mais il n'était pas du genre à espérer une plus grande fréquentation de sa boutique alors il s'en contenterait parfaitement. Contournant la demoiselle, il sortit ses clés de sa poche et s'affaira à ouvrir la petite porte vitrée de l'entrée, préférant se préoccuper de cela plutôt que de trop regarder cette jeune inconnue qui l'intriguait.

_________________
just let's go back.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Penny Unschuld

Penny Unschuld

Messages : 798
Inscription : 02/07/2014
Crédits : merenwen

ONCE UPON A TIME
Personnage: Coral
Emploi: Costumière/à la recherche d'un emploi à mi-temps
Relations :

Is this just an illusion ? Empty
MessageSujet: Re: Is this just an illusion ?   Is this just an illusion ? EmptyLun 22 Déc - 0:19

Penny n’avait pas dormi de la nuit. Elle n’avait pas beaucoup dormi depuis qu’elle savait, de toute façon. Enfin, elle pouvait mettre, au moins en partie, un visage sur sa famille. Elle pouvait s’imaginer ce que sa vie aurait été, et si cela n’avait rien de glorieux – un père infidèle ne faisait rêver personne – c’était plus que ce que Penny n’avait jamais eu. Elle ne se concentrait alors pas sur les péchés commis par son père, sur le fait que son action aille contre les principes de Penny, qui serait bien incapable de faire du mal à qui que ce soit. Même à Bran, puisqu’elle l’avait fait convaincue que cela serait salvateur pour eux, pour lui. Mais Penny choisissait de se concentrer sur autre chose : elle n’était pas enfant unique. Elle ne l’était pas vraiment, en tout cas. Elle avait un demi-frère. Pour certaines personnes, cela ne voulait absolument rien dire. Ce n’était qu’une moitié de famille. Mais cette moitié de famille… c’était probablement la chose la plus précieuse que Penny ait jamais eu. Ca l’était même, sans aucun doute. C’était probablement la raison pour laquelle elle avait gardé cette information pour elle et rien que pour elle sans en faire quoique ce soit pendant plusieurs semaines. Elle n’avait pas su quoi faire, tout d’abord. L’idée d’aller à sa rencontre ne lui avait même pas traversé l’esprit, tant tout cela lui paraissait abstrait. Avoir un frère, qu’est-ce que cela signifiait dans le fond ? La veille, pourtant, elle avait réalisé que cela ne pouvait plus durer. Elle était entrain d’amener le dessert lorsqu’elle avait surprit Harold et Nora en plein fou rire. Elle ne les avait pas interrogés sur la raison de ce fou rire, ayant l’habitude de les voir si complices. Cependant, cela lui avait fait réaliser qu’elle ne voulait plus vivre sans connaitre qui était son demi-frère. Penny avait naturellement conscience que leur relation ne pourrait pas être la même que celle des Hedges, mais peut être finiraient-ils par se rapprocher et partager une vraie relation ensemble. Penny avait donc passé la nuit à lire, relire et lire encore le dossier que l’assistante sociale lui avait donné.  Il n’y avait aucune information dedans, si ce n’est l’identité de son père. Cependant, l’assistante sociale lui avait confié que de mémoire, il avait un fils du doux nom de Carter Evans. Il n’avait plus fallu beaucoup de temps après cette découverte pour que Penny apprenne à le retrouver : elle avait tout simplement été sur le site de l’équivalent américain des pages jaunes. Une fois son adresse connue, Penny n’avait su se résoudre à s’y rendre simplement. Elle avait donc tenté comme elle le pouvait de faire une recherche sur lui et d’en apprendre le maximum sur cette famille qui lui était parfaitement inconnue, mais qui n’en était pas moins la sienne. Elle finit par tomber sur un article, le mentionnant brièvement comme propriétaire des Caves of Wonders. Etrangement, Penny sut que ‘était l’endroit où elle le rencontrerait. Elle ne souhaitait pas se rendre à son domicile. D’une certaine façon, elle trouvait que c’était un endroit un peu trop personnel pour une telle annonce. Elle s’imposait déjà dans sa vie, alors elle ne tenait pas à en rajouter. S’imposer était peut être un choix difficile de mots, et Penny aurait été ravie que quelqu’un vienne frapper à sa porte pour lui annoncer une telle nouvelle, mais rien n’indiquait que cela puisse être le cas de celui dont elle partageait le sang. Au contraire, la demoiselle pouvait même voir en quoi cela pouvait s’avérer perturbant. Toute sa vie, l’on croit quelque chose et puis… il s’avère qu’une partie de cette famille est un mensonge. Cela doit être particulièrement déroutant. C’était donc ainsi que Penny s’était retrouvée à huit heures tapantes, quand les Caves n’ouvraient qu’une heure plus tard, assise sur le sol devant la porte, à attendre désespérément que le temps passe et à prier pour que le courage ne la quitte pas. C’était probablement idiot d’être venue si tôt, mais elle n’avait pu s’en empêcher, quand rester chez elle à attendre que l’horloge indique neuf heures moins dix ne lui paraissait pas plus attirant. Enfin, cependant, elle aperçut son messie à elle tourner au coin de la rue. Se relevant, elle se sentit subitement nerveuse, puis stupide en l’entendant demander si elle était là depuis longtemps. Secouant légèrement la tête, elle commença leur relation en allant contre ses principes – et en mentant :  « A peine cinq minutes, je pensais mettre plus de temps pour venir. » Mais sans doute était-ce mieux que de passer pour une folle ? Elle n’avait déjà aucune idée de comment lui annoncer qui elle était… Un peu perturbée par la vision qui s’offrait devant elle, Penny ne put s’empêcher d’observer avec attention le visage de Carter, cherchant des traits qui pourraient être semblables aux siens. Il n’y avait rien d’évident, et surtout quand elle ne voyait qu’un étranger. Elle savait pourtant qui il était, mais il était difficile de se dire qu’ils étaient de la même famille et auraient pu être élevés ensemble si les circonstances avaient été différentes. Penny finit par secouer légèrement la tête, pour se remettre les idées en place et l’interrogea, se contentant de poser des questions qu’une cliente curieuse pourrait poser, ne souhaitant pas l’effrayer : « Vous êtes propriétaire de la boutique depuis longtemps ? »

_________________

where trouble melt like lemon drops, high above the chimney top. that's were you'll find me.


Dernière édition par Penny Unschuld le Mar 6 Jan - 13:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carter Evans

Carter Evans

Messages : 335
Inscription : 27/12/2013
Crédits : OthScottLove, tumblr

ONCE UPON A TIME
Personnage: Merlin
Emploi: Propriétaire du Cave Of Wonders
Relations :

Is this just an illusion ? Empty
MessageSujet: Re: Is this just an illusion ?   Is this just an illusion ? EmptyJeu 1 Jan - 23:14

Le regard de Carter menaçait de se tourner à nouveau vers la demoiselle. Il avait envie de découvrir qui venait à son encontre d'une manière aussi surprenante. N'était-elle pas au courant qu'il n'était pas réputé pour être aimable ? Ou bien avait-elle assez de jugeote pour avoir envie de se faire son propre avis sur la personne... Cette idée mit du baume au cœur du propriétaire de la Cave Of Wonders. Peut-être que l'enchantement, l'arrivée à Fairview, la perte des mémoires et toutes les choses qui se rapportaient de près ou de loin à son erreur le faisaient devenir un homme qu'il n'était pas, mais il conservait encore une chose semblable à un cœur au creux de sa cage thoracique. Et ce dernier s'affolait à la penser, ou bien rien qu'à l'espoir, de se dire qu'enfin quelqu'un portait un peu d'attention à présence et à sa boutique. Alors, lorsque l'inconnue l'interrogea sur la Cave of Wonders, Carter eut une brève mimique courbée au niveau des lèvres. Il ne devait pas montrer qu'il était heureux d'avoir une question sur cet établissement, lui qui lui était si cher. Cependant, sa question était une question presque piège. Avec sa mémoire encore présent, Carter possédait des souvenirs de Merlin qui l'empêchait de trop réfléchir à ceux que devait posséder celui qu'il était désormais pour être « crédible » (comme le soulignerait Delilah de sa voix nasillarde). Ainsi, il n'avait pas vraiment idée de comment il devait dater son acquisition fictive de la boutique. Par chance, le fait qu'il soit tourné vers la porte et non en direction de son interlocutrice l'aida à ne pas alerter du regard qu'il était sur le point de mentir. « Depuis aussi longtemps que j'habite cette ville... L'ancien propriétaire l'avait presque laissée en ruine vous savez. J'ai donc pris la décision de redonner une seconde jeunesse à cet endroit. On en voit plus beaucoup de nos jours. » Merlin n'aurait jamais deviné, qu'un jour, il aurait été doué pour déballer un tel mensonge, tout cela en improvisant qui plus est. Inspirant discrètement, soulagé d'avoir réussi ce qu'il avait entrepris, il poussa la porte de sa boutique. Il se tourna alors vers la jeune blonde. « Je vous en prie, entrez. » Même si son « chiffre d'affaire » était des plus catastrophiques des environs, résultant de son amabilité légendaire, Carter pouvait au moins se congratuler d'être un homme traitre, certes, mais poli. Une façon comme une autre de déculpabiliser un peu, de temps en temps. Fermant la porte derrière eux après être entrés, le trentenaire s'avança vers son comptoir, déposa ses quelques affaires sur l'une des deux chaises qui trônaient derrière, et s'approcha de son poste radio. Même si la présence de la jeune femme aurait pu bousculer un peu ses habitudes, il n'avait pas envie de l'accueillir différemment des autres. S'il y avait bien une chose que les anciens personnages comme lui avait droit, c'était d'être accueilli de l'exacte même manière dans sa boutique. Après, tout, il leur devait bien ça. Alors, son index vint appuyer sur le bouton « play » de l'imposant et vieux lecteur cd, puis patienta jusqu'à ce que les premières notes ne mettent à mal le silence qui commençait à s'installer dans la boutique. Son petit plaisir à lui, le violon. La plus belle des mélodies, la plus douce des passions. Relevant les épaules, Carter resta un infime instant dos à sa cliente, le temps de poser la situation. Elle n'avait jamais mis les pieds dans sa boutique, il ne la reconnaissait pas de son ancienne vie et elle venait ici à une heure tout sauf avancée de la journée. La curiosité de Carter était à son paroxysme. Malheureusement, il savait bien qu'il ne pouvait pas se retourner et lui poser ouvertement toutes les questions qu'il avait en tête. De même, il ne pouvait pas les poser sur le ton qu'il souhaitait, refusant strictement de commencer à établir un quelconque lien voué à se détruire dès que tous se rendraient compte de l'être immonde qu'il était. Se décident enfin à se retourner vers elle, les prunelles de Carter étaient tout de même teintées d'une touche d'intérêt qu'il avait toutes les difficultés du monde à masquer. L'ancien magicien déposa ses mains sur le bois devant lui, avant de s'adresser de nouveau à elle, la musique résonnant en fond dans une discrétion apaisante. « Vous recherchez quelque chose en particulier ? »

_________________
just let's go back.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Penny Unschuld

Penny Unschuld

Messages : 798
Inscription : 02/07/2014
Crédits : merenwen

ONCE UPON A TIME
Personnage: Coral
Emploi: Costumière/à la recherche d'un emploi à mi-temps
Relations :

Is this just an illusion ? Empty
MessageSujet: Re: Is this just an illusion ?   Is this just an illusion ? EmptyMar 6 Jan - 13:50

Et pourquoi donc les premiers mots qu’elle avait prononcés étaient un mensonge ? Cela était-il de mauvais augures pour leur relation à naître ? Penny n’était pas superstitieux ; pourtant, cela lui déplaisait énormément, de se présenter à son frère de la sorte. Son demi-frère, en réalité, mais peu important aux yeux de la belle quand un centième de frère aurait déjà beaucoup plus que ce qu’elle aurait jamais osé espérer. Elle ne voulait pas tout gâcher, pas prendre le risque de le braquer. Penny avait bien conscience que sa réputation était celle d’un homme aigri et désagréable. Malgré les rumeurs foisonnantes à Fairview – il semblait même que c’était le passe-temps favori d’un bon nombre d’habitants, tellement chacun avait le droit à son lot de rumeurs, erronées ou justifiées -, personne ne semblait avoir d’idées sur ce qui pouvait bien causer une telle aigreur, surtout quand il avait une si jolie femme, certains précisaient-ils. Comment était sa belle-sœur ? Penny et elle seraient-elles si proches, qu’elle gagnerait un autre membre dans sa famille d’un seul coup ? Le vent aurait-il tourné ? Le destin se déciderait-il à être plus clément avec Unschuld ? Ecoutant avec attention l’histoire de cette boutique, Penny laissa son visage s’éclairer d’un franc sourire. C’était sans aucun doute une illusion de son esprit, mais elle avait l’impression que cette voix était familière. Ce n’était évident pas le cas, quand elle doutait même de lui avoir adressé la parole une seule fois auparavant. « C’est vrai que c’est original, comme boutique. Ca a un coté… presque mystique, je dirai. » précisa-t-elle, trouvant le jeune homme courageux. Cela signifiait-il qu’il était attaché à la ville, et aux traditions ? Son affection, si elle n’était pas une simple création de l’esprit, était-elle la même pour sa famille ? Considérait-il que les liens du sang étaient plus importants que n’importe quels autres ? Serait-il prêt à laisser sa chance à Penny ? Elle entra suite à ce commentaire, suivant l’invitation du jeune homme – il avait une réputation de vieux bougre, et peut être était-ce le cas, mais en tout cas, il était galant. C’était un bon point pour Penny – vous l’aurez remarqué, elle prenait soin de ne noter que les bons points, omettant tous les mauvais. Comment pouvait-il être moins que parfait, quand il était son frère ?  Alors qu’elle était entrain de feindre un intérêt pour tous les objets dans la boutique, Penny réalisa que cela signifiait qu’elle n’était pas une Unschuld. Qu’elle n’avait jamais été une Unschuld, mais une Evans. Elle se demanda ce que ça signifiait, pour son histoire personnelle. Si la demoiselle n’avait aucune rancœur contre Carter, qui pouvait être comme ne pas être au courant, elle ne pouvait en dire autant de son géniteur. Il ne l’avait pas reconnu, avait fait comme si elle n’existait pas. Penny aurait aimé se bercer d’illusions et se dire que si il ne l’avait jamais contacté ou ne l’avait pas élevé, ce n’était pas par rejet de ce qu’elle était mais simplement parce qu’il ne savait pas qu’elle existait. C’était d’ailleurs ce qu’elle s’était dit pendant longtemps – elle avait même envisagé, dans ses heures les plus naïves, que son histoire ressemblait peut être même à certains films : et si on l’avait arrachée à sa mère en faisant passé Penny pour mort-né ? Mais elle n’était plus aussi naïve, et surtout, ne souhaitait pas entrer des gens dans sa vie qui l’avait abandonnée sans vergogne. Le père Evans était nécessairement au courant de sa naissance, puisque son nom figurait dans le dossier soigneusement gardé par la DASS. Emportée tant par la musique que par ses pensées, elle sursauta légèrement lorsque Carter lui demanda si elle cherchait quelque chose en particulier. Elle prit une grande inspiration, s’apprêtant à se lancer et dit : « C’est un très bel air de violon. Cela correspond à l’ambiance de la boutique, je trouve. » A peine avait-elle ouvert la bouche qu’elle s’était dégonflée. Comment annonçait-on à quelqu’un qu’on faisait partie de sa famille ? « Coucou. Je suis ta sœur. T’es mon frère. Viens, on va élever les cochons ensemble. » Hm, non, ce n’était probablement pas la meilleure solution. Prenant une seconde inspiration, elle se retourna vers celui-ci, et décida que quitte à avoir commencé en mentant, il ne lui restait plus qu’à s’enfoncer jusqu’à ce qu’elle trouve le bon moment. « Je cherche.. un cadeau pour... une amie. » Baissant la tête, Penny espéra qu’il ne verrait pas le mensonge dans son regard. « Un collier, un objet de décoration… Je ne sais pas trop vers quoi me tourner. » dit-elle, avant de faire mine de regarder autour d’elle pour éviter d’avoir l’air trop suspecte.

_________________

where trouble melt like lemon drops, high above the chimney top. that's were you'll find me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carter Evans

Carter Evans

Messages : 335
Inscription : 27/12/2013
Crédits : OthScottLove, tumblr

ONCE UPON A TIME
Personnage: Merlin
Emploi: Propriétaire du Cave Of Wonders
Relations :

Is this just an illusion ? Empty
MessageSujet: Re: Is this just an illusion ?   Is this just an illusion ? EmptyVen 23 Jan - 23:34

Alors que Carter attendait sa réponse, il se mit à observer la jeune femme. Manifestement, c'était bien la première fois qu'elle venait au Cave of Wonders. Il n'avait pour sûr aucun souvenir de ses traits presque trop innocents dans les parages. De même, il n'avait pas le sentiment de l'avoir déjà croisée auparavant, lorsqu'il répondait encore au nom de Merlin. En somme, cette demoiselle était un mystère dans son ensemble. Carter n'aimait pas cela. Il préférait avoir une connaissance quelconque voire minime d'une personne lorsqu'elle apparaissait à sa porte, sans quoi il savait que les difficultés seraient encore plus grandes que d'habitude à se faire passer pour un vendeur « normal ». Car, en tout point, il n'en était sûrement pas un. Son attitude distante l'avait gratifié d'une renommée des moins envieuses à Fairview, ce qui avait décidé la moitié de la ville à ne jamais mettre les pieds ici, même en cas de force majeure (si ce n'était lors de l'apparition des tempêtes qui frappaient parfois les environs, auquel cas sa boutique rencontrait un taux de fréquentation historique). Le propriétaire du petit établissement détourna le regard. Il n'avait pas envie de passer pour un homme au regard accusateur. Même si c'était sans aucun doute ce qui transparaissait à l'instant au creux de ses pupilles. Il éprouvait toutes les difficultés du monde à se montrer cordiale (aimable étant déjà trop fort pour décrire sa façon d'agir) plus de cinq minutes. Sa gêne de se retrouver au contact des personnages à qui il avait arraché une partie de leur existence était toujours plus présente. La demoiselle continuait ses explications. Carter passa derrière son comptoir, préférant partir de cacher dans ses précieux rayons plutôt que de continuer à se confronter à la jeune blonde. Aussi, lorsqu'elle lui annonça qu'elle venait ici, non pas pour elle, mais bel et bien pour une amie à elle, il ne put retenir un air renfrogné. Preuve qu'elle n'était jamais venue dans les parages, elle ne connaissait pas le fonctionnement de la boutique. Voilà de quoi le rendre encore moins concerné par ses paroles et actes que précédemment. Poussant un petit soupir silencieux, il se dirigea alors de nouveau vers sa cliente. Son visage se voulait plus ferme, plus sérieux encore. Carter n'avait aucune envie de la blesser, ou de la bousculer. Toutefois, il ne pouvait se résoudre à lui remettre un présent qui, au final, pourrait atterrir entre les mains de la mauvaise personne. C'était à l'opposé de la mission qu'il s'était donné en reprenant ce « commerce » peu florissant, et pour cause. Croisant les bras, il fit encore quelques pas pour parvenir au bout des rayons, son regard accrochant celui de la blondinette, sans qu'aucune expression supplémentaire n'accentue ses traits déjà tirés par la contrariété. « Je pensais que ce que vous veniez chercher était pour vous. Je suis désolé mais je ne peux pas vous aider à trouver ce que vous désirez pour votre amie. Cette boutique... Les objets de cette boutique sont précieux, ils sont rares. Mon objectif n'est pas de les donner à des personnes qui me les ramèneront ensuite parce qu'ils ne seront pas à leur goût. Je ne fonctionne pas de cette manière, je suis désolé. Peut-être pourriez-vous revenir avec elle, un autre jour ? » Le trentenaire arqua un sourcil. Il ne tolérerait que l'accord, rien d'autre. Carter ne pouvait pas se permettre de faire une entorse à son règlement. S'il lui permettait d'offrir un collier ou autre à une personne dont il n'avait même pas idée du caractère ou de l'histoire, il ne pourrait pas vivre en paix par la suite (même si cette notion de paix intérieure n'existait plus depuis un bon moment en ce qui le concernait...). Observant le regard gêné de son interlocutrice, Carter culpabilisa un instant. Sans doute des traces de Merlin dans le coin. Il devinait que ses joues pourraient se mettre à rougir dans quelques instants, que son cœur s'était peut-être mis à battre un peu plus vite sous la pression ou la nervosité. Carter regrettait le temps où il était là pour aider son prochain. Il songeait de plus en plus au fait que cette gentillesse et cette bonté qui avaient été siennes pour un temps était tout ce qui le caractérisait au fond de son être. Sa vie à Golden Dust lui manquait atrocement. Adopter cette facette, cet alter-ego même, était tout sauf plaisant pour lui. Pourtant, il savait qu'il ne devait pas se montrer sous son véritable jour pour ne pas s'attacher ou laissait les autres s'attacher. Son regard se posa à nouveau sur sa jeune cliente. Elle semblait ne pas vraiment savoir comment se dépêtrer de la situation. Toutes les pensées de Carter s'accordaient sur le fait qu'il pouvait tenter de faire un petit effort pour l'aider à sortir de cette impasse. Après tout, peut-être qu'elle avait impérativement besoin de ce cadeau dans les plus brefs délais. Ce fut d'un ton un peu moins assuré qu'il reprit la parole, tout aussi embêté à l'idée de trahir sa personnalité factice ou presque que de déroger à ses propres règles d'une certaine façon. Une première dans les deux cas. « Bon, je vois bien que... On peut peut-être quand même essayer de... Peut-être avez-vous une photographie de votre amie ? Cela me permettrait de déterminer de façon certaine si quelque chose lui conviendrait en boutique ou non, qu'en dites-vous ? »

_________________
just let's go back.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Penny Unschuld

Penny Unschuld

Messages : 798
Inscription : 02/07/2014
Crédits : merenwen

ONCE UPON A TIME
Personnage: Coral
Emploi: Costumière/à la recherche d'un emploi à mi-temps
Relations :

Is this just an illusion ? Empty
MessageSujet: Re: Is this just an illusion ?   Is this just an illusion ? EmptyVen 10 Avr - 0:22

Penny regrettait d’ores et déjà d’être venue. Pas forcément par rapport à l’attitude de Carter – même si quel commerçant digne de ce nom osait perdre une vente, pour une raison aussi sordide ? – mais plutôt d’une manière générale. Quelle idée était-ce que de venir sur le lieu de travail de quelqu’un pour lui annoncer un lien de parenté aussi insignifiant qu’inattendu ? Les liens du sang, étaient-ils si important, in fine ? Probablement pas, Penny le concédait bien volontiers. Le seul problème était que cela restait tout ce qu’elle avait quand les familles d’accueil l’avaient laissé à son propre sort les unes après les autres. Il y avait bien Harold, et le reste de la famille Hedges chez qui elle s’était bien intégrée, mais c’était différent. D’abord parce que sa relation avec Harold était – et serait probablement toujours – en dents de scie, mais aussi parce que ce n’était pas sa famille. Elle était la pièce rapportée, quoiqu’on en dise. Tout ce que voulait Penny, plus égoïstement qu’elle n’avait jamais voulu quoique ce soit, c’était d’avoir une famille qu’elle pourrait dire sienne. A elle, rien qu’à elle. Qu’elle accepterait certes peut être de partager – comment ne pas présenter son frère à son petit-ami ? – mais qui serait avant tout et surtout la sienne. Ce n’était pas une raison cependant pour venir chambouler le quotidien de Carter Evans. Il n’avait rien demandé, et ne méritait probablement pas un choc pareil. Apprendre que son père avait été voir ailleurs n’était probablement pas quelque chose de particulièrement agréable ; Penny, elle, en tout cas, n’appréciait pas tant de partager l’ADN avec un infidèle. Elle hésita alors, puis se décida : elle ne dirait rien, pas tout de suite en tout cas. Et certainement pas sur son lieu de travail. De plus, à en avoir son attitude, la demoiselle n’était pas convaincue de vouloir apprendre à le connaître. Loin d’elle l’idée de penser connaître chacun des goûts de ses amis sur les bouts de doigts, elle estimait quandl smême être capable de trouver un objet que ses amis ne voudraient pas à tout prix aller échanger. Elle se contenta simplement d’afficher un sourire légèrement moins agréable, et décida de continuer à regarder les pièces présentes sur les étagères avant de quitter les lieux, ne prétextant ne pas avoir trouvé son bonheur. Grincheux sembla cependant s’être rendu compte de son manque de tact et reprit d’une manière on ne peut plus incongrue. La dernière chose à laquelle Penny s’était attendue était qu’il lui demande une photo de son amie. Elle arqua un sourcil, et ne chercha même plus à cacher sa surprise mélangée à de l’incrédulité devant sa demande - pour le moins perturbante. D’un ton sympathique mais ferme, elle affirma alors : « Sauf erreur de ma part, ce n’est pas une photo qui vous permettra de découvrir ses goûts… » Elle poussa un léger soupir et secoua la tête avant de s’éloigner ayant repéré un objet qui sembla l’appeler, comme si elle l’avait déjà vu quelque part ou qu’il était fait pour lui appartenir. Effleurant l’objet du doigt, Penny ferma les yeux et prit un léger coup de jus. Elle retrouva alors ses esprits et décida de se lancer avant qu’elle ne change encore d’avis. « Je ne suis pas venue pour acheter un cadeau, en réalité. » La costumière se retourna alors vers le propriétaire des Caves of Wonders, poussa un soupir (profond, cette fois) et se lança ne sachant pas vraiment par où commencer. « Il n’y a pas de bonne façon d’annoncer ce genre de choses, alors je vais aller droit au but. Mais avant tout autre chose, je tiens à ce que vous sachiez que je n’attendais rien de vous, et même si j’aimerai qu’on ait au moins une discussion, je vous laisserai le temps de digérer la nouvelle avant de vous recontacter. » Voilà qui lui semblait un bon compromis. Elle s’arrêta alors de parler, émue. A dire vrai, elle se demandait même comment elle avait pu dire tout cela sans que sa voix ne se fasse tremblotante tant Penny était submergée par l’émotion. Jamais, ou presque, n’avait-elle ressentie une émotion aussi intense. Elle était pourtant habituée à mettre sa vie familiale entre les mains d’inconnus qui, jusqu’alors, n’avaient jamais manqué de la blesser jusqu’à la moelle. Mais les choses seraient-elles différentes, désormais ? Penny aurait-elle enfin le droit à un répit ? Elle n’y mettrait pas sa main à couper, ni même au feu, c’était certain – et encore plus après la démonstration de sollicitude et d’amabilité du commerçant. « Nous partageons le même ADN. Je ne connais pas les circonstances qui ont entouré ma naissance, mais selon le dossier dont je suis l’objet au centre d’accueil, votre père est le mien. Enfin, biologiquement, tout du moins. » La formule était aussi maladroite qu’hésitante, quand Penny avait la gorge plus serrée qu’elle ne l’avait jamais été au cours des derniers mois. Elle s’apprêtait à tourner les talons, sans réellement attendre de réaction, quand elle se souvint qu’elle avait apporté de quoi prouver ses dires. C’est qu’elle ne souhaitait pas prendre le risque de passer pour la folle de service qui s’inventait une vie à tout prix. « Voici une photocopie du dossier… » précisa-t-elle en s’approchant avant de lui l’entendre les papiers en question. Une fois qu’il l’aurait attrapé – rapidement, elle l’espérait – Penny comptait bien sortir aussi rapidement que possible de l’établissement et trouvait toutes les occupations imaginables qui lui permettrait de ne pas trouver le temps trop long en attendant le verdict que Carter lui rendrait. Déciderait-il de l’ignorer ? Voudrait-il au moins partager un café avec elle ? Serait-il heureux ? (Cette option lui semblait la moins probable.) La prendrait-il pour une folle ? L’enverrait-il violemment sur les roses ?

_________________

where trouble melt like lemon drops, high above the chimney top. that's were you'll find me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carter Evans

Carter Evans

Messages : 335
Inscription : 27/12/2013
Crédits : OthScottLove, tumblr

ONCE UPON A TIME
Personnage: Merlin
Emploi: Propriétaire du Cave Of Wonders
Relations :

Is this just an illusion ? Empty
MessageSujet: Re: Is this just an illusion ?   Is this just an illusion ? EmptySam 25 Avr - 18:18

« Vous n'en savez rien », répondit Carter sans réfléchir, alors que sa possible future cliente affirmait presque connaître son mode de fonctionnement mieux que lui. Bien évidemment ; il regretta au fond de lui aussitôt. Sa demande était plus qu'étrange, il le savait, mais il préférait se montrer aussi ferme qu'elle et camper sur ses positions plutôt qu'être contraint de lui vendre un objet qu'elle donnerait à une mauvaise personne. Le propriétaire de la Cave of Wonders s'était mis en tête de rendre chaque objet à son véritable possesseur, pas de les distribuer comme bon lui semblait. Si c'était le cas, sa boutique serait bien vide depuis longtemps. Observant la jolie blonde pousser un soupir, il comprit qu'il n'était sans doute pas le vendeur de l'année et détourna le regard. Peut-être avait-elle besoin d'un petit instant pour reprendre ses esprits, ou bien pour ne pas s'agacer de ne pas obtenir ce qu'elle désirait avec lui. Elle était très mal tombée si elle espérait remporter la partie. Pourtant, la suite des événements manqua de faire flancher Carter. Pour le coup, il aurait bien aimé pouvoir lui donner toute la boutique pour l'empêcher de prononcer tout ce qu'elle avait à dire et qu'elle avait gardé pour elle dès lors qu'elle avait passé la porte de la boutique. Cette jeune femme n'était pas là pour un cadeau, elle n'était pas là pour faire une surprise à une amie. Mais, pour le coup, elle était là pour lui faire une surprise à lui et à lui seul. Les yeux du trentenaire s'écarquillèrent légèrement. Il ne parvenait pas à croire ce qu'elle était en train de lui avouer, de lui révéler. « Le même ADN ? », répéta-t-il en fronçant des sourcils concernés. Ce n'était pas possible. Et il le savait mieux que personne. Il ne pouvait pas avoir de sœur. La seule que Merlin ait jamais eu était Morgane et se retrouvait dans ce monde en la personne de Madison Rodens et de personne d'autre. Sa tête tremblait imperceptiblement d'elle-même de droite à gauche. Carter avait du mal à réaliser ce qui était en train de se passer. Ça bloquait à plusieurs endroits dans sa tête et le privait de la réaction qu'il aurait normalement dû adopter pour se défendre : le rejet, le refus. Cependant, ça ne venait pas. Rien ne venait, si ce n'était le véritable sentiment qu'une personne qui venait d'apprendre une telle nouvelle ressentait : l'étonnement, l'incompréhension. Comme s'il avait véritablement connu ce père et que le lien qui semblait les lier existait réellement en lui et se réveillait à l'instant après avoir été ramené à la vie. « Qu'est-ce que vous racontez... », murmura-t-il enfin, au bout de quelques minutes de silence. « Je... Mon père… C'est impossible... » Son regard croisa un instant celui de cette jeune femme qu'il venait à peine de rencontrer mais qui faisait dorénavant partie de l'existence qu'il devait mener dans ce monde. Il ne pouvait pas la laisser tomber maintenant. Carter ne s'en sentait pas capable. Alors, oui, il entendait les remontrances de Delilah, il percevait son regard froid et dur comme la glace, le menaçant de ses mots acerbes et destructeurs. Il comprenait à quoi il se mesurait en acceptant de se saisir de ce dossier qu'elle lui tendait d'un geste dénué d'espoir de voir cette conversation se poursuivre. Pourtant, malgré toutes les alarmes qui venaient de s'activer en lui, le propriétaire de la Cave of Wonders coinça les documents entre ses doigts. « Je n'étais pas très proche avec lui si c'est ce que vous espériez entendre », dit-il d'une voix toujours aussi distante mais étonnement moins sévère que ce qu'il laissait deviner à toutes les personnes qui tentaient d'en savoir trop sur lui ou qui se décidaient à lui tenir tête. Au final, peut-être que ce lien de parenté n'était pas si fictif. « Je peux au moins connaître votre prénom avant que vous partiez en courant ? », argua-t-il avant de relever son regard vers la jeune femme, espérant que son idée d'engager pour de bon la conversation ne se soit pas évadé de son esprit.

_________________
just let's go back.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Penny Unschuld

Penny Unschuld

Messages : 798
Inscription : 02/07/2014
Crédits : merenwen

ONCE UPON A TIME
Personnage: Coral
Emploi: Costumière/à la recherche d'un emploi à mi-temps
Relations :

Is this just an illusion ? Empty
MessageSujet: Re: Is this just an illusion ?   Is this just an illusion ? EmptyMer 27 Mai - 23:43

Quelle attitude adopter dans de telles circonstances ? Comment Penny pouvait-elle ne pas causer un minimum de peine, en apprenant à quelqu’un une telle nouvelle ? Il y avait forcément une part de négatif. Et ainsi, au lieu d’être soulagée d’avoir enfin annoncé cette nouvelle, Penny culpabilisa. Car qui était-elle pour venir chambouler la vie de Carter Evans de la sorte ? Peut-être ne s’était-il jamais entendu avec son père, ou peut-être avait-il été de ses enfants qui voyaient leurs parents comme des héros. Peut-être même n’était-il pas remis de son décès. Alors, vraiment, qui était Penny pour venir chambouler sa vie, ainsi ? C’était quelque chose qu’elle avait besoin de faire. Après avoir passé des semaines à jouer avec cette information, à imaginer tous les scénarios possibles quant à son annonce, ou le fait qu’elle en garde à secret, la jeune femme avait compris que c’était quelque chose avec quoi elle ne pouvait pas vivre. Mais elle espérait sincèrement ne pas briser des rêves d’enfants, ne pas renverser une image trop forte d’un père parfait. Penny ne le savait que trop : certains enfants étaient laissés à la DASS pour leur bien, parce que les parents ne pouvaient s’en occuper et espérer qu’ils seraient adoptés rapidement – et heureux. Peut-être que le père Evans n’avait pas vu les choses de la sorte, peut-il avait-il seulement souhaité se débarrasser du fruit de son adultère. Penny acceptait qu’elle n’aurait jamais de réponse à cette question, mais pouvait-elle imposer toutes ses interrogations à un autre être humain ? C’est ce qu’il fallait croire, en tout cas, puisqu’elle dévoila la vérité à Carter. Elle ne réagit pas vraiment lorsqu’il l’interrogea sur le même ADN. Elle haussa simplement les épaules, ne sachant pas quoi dire d’autre. Souhaitait-il qu’ils repassent les tests ? Penny n’en serait pas offensée. Si la famille parfaite qu’elle s’imaginait parfois étant enfant avait eu la même histoire, la jeune femme aurait refusé d’y croire. Ce que fit exactement Carter. Offrant un sourire désolé à son frère de sang, Penny ne prononça toujours pas un mot. S’il lui posait des questions, elle était évidemment prête à lui répondre mais elle ne souhaitait pas dire quoique ce soit qui risque de la chambouler encore plus. D’une certaine façon, elle lui aurait même souhaité que cela soit impossible ; si apprendre qu’elle avait une famille à son âge était une véritable bénédiction pour une orpheline, Penny ne saurait dire si tel était le cas pour les autres individus. Harold l’aurait sûrement accueillie aux bras ouverts tandis qu’Elijah aurait sûrement exigé toutes les preuves possibles. Le bras tendu, elle attendit qu’il l’accepte puis renonça. De nombreuses secondes s’étaient écoulées – du moins en avait-elle l’impression – et rien ne servait de prolonger cet instant indéfiniment. « Je.. » Elle n’eut pas le temps de poursuivre, les doigts créés à partir du même ADN qu’elle, à moitié en tout cas, se refermèrent sur le dossier. Inutile donc de lui indiquer où elle travaillait, s’il avait des questions. Penny avait naturellement pris le soin de laisser toutes les informations à l’intérieur. Un sourire timide sur les lèvres, elle secoua légèrement la tête. « Non, je n’attends rien. Connaître votre existence, c’est déjà beaucoup. » répondit-elle, sincère. Carter s’imaginerait sûrement qu’il s’agissait d’une phrase « comme ça », « pour dire de », mais il n’en était rien. Savoir qu’elle n’était pas totalement seule suffisait à Penny, même si leur relation s’arrêtait à cette rencontre tout sauf fortuite. Lâchant un soupir de soulagement, elle déglutit, émue, et répondit à son interrogation. « Penny. Penny Unschuld. Et… vous pouvez tutoyer moi... me tutoyer, pardon. Je suis votre cadette. » précisa-t-elle, son émotion transparaissant dans sa voix. S’appuyant sur le comptoir du bout des doigts, elle n’osa aller plus loin, ne souhaitant toujours pas s’imposer. Elle ne put s’empêcher cependant d’insister sur le fait qu’elle comprendrait si sa réaction n’était pas… idéale : « Je sais que c’est beaucoup à avaler… » Elle pouvait vraiment disparaître quelques temps s’il le souhaitait. Elle sursauta légèrement lorsqu’un sifflement s’échappa de son sac à deux reprises – elle venait de recevoir deux messages. Penny sortit son téléphone de son sac et décida d’ignorer le premier message – Elijah aurait le débriefing bien assez tôt – et répondit à Harold rapidement : « Ca va. Je serai en retard, mais je te raconte en arrivant. » Avoir pour patron son petit-ami avait tout de même quelques avantages, elle devait l’avouer. Tant que Carter ne montrerait pas signe d’agacement ou de besoin de tranquillité, la jeune femme pourrait rester. Peut-être pas toute la journée non plus, histoire qu’il ne fasse pas une overdose de sa présence, mais… un petit moment, s’il le souhaitait. Elle improviserait au fil de ses questions, de toute façon. « Vous voulez peut être vous asseoir ou un verre d’eau ? »

_________________

where trouble melt like lemon drops, high above the chimney top. that's were you'll find me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carter Evans

Carter Evans

Messages : 335
Inscription : 27/12/2013
Crédits : OthScottLove, tumblr

ONCE UPON A TIME
Personnage: Merlin
Emploi: Propriétaire du Cave Of Wonders
Relations :

Is this just an illusion ? Empty
MessageSujet: Re: Is this just an illusion ?   Is this just an illusion ? EmptyLun 13 Juil - 4:17

Avec ces documents entre les mains, Carter ne sait plus comment agir. Doit-il se montrer indifférent, comme à l'accoutumée ? Faire croire que son cœur a été absorbé par l'enchantement pour ne plus laisser de lui qu'un homme renfermé, ou bien peut-il s'autoriser à s'ouvrir à cette jeune femme qui ne demande rien de plus qu'à le connaître... un peu. La paranoïa qui accompagne souvent ses nouvelles rencontres commence à émerger dans son esprit. Et si cette jeune femme lui mentait ? Et si elle se faisait passer pour une personne qu'elle n'est pas, liée de la plus fictive des façons à l'homme qu'il doit être désormais, pour lui soutirer des informations ou, pire, voler des objets précieux de sa boutique ? Carter s'autorise à détailler discrètement l'inconnue. Enfin, plus vraiment inconnue, à présent. La fameuse « Penny » n'a pas la tête de l'emploie que les angoisses du propriétaire de la Cave of Wonders essayent de lui refourguer. Elle ne pourrait jamais faire une chose pareille... Un bref rire s'échappe des lèvres du blond, bien qu'aucun sourire ne se glisse sur ces dernières. « Je m'en doute », avoue-t-il d'un ton plus avenant qu'auparavant. Il est évident que la demoiselle est plus jeune que lui. Mais, alors, pourquoi faire une telle chose ? Pourquoi son propre enchantement a décidé de se jouer de lui de la sorte, l'éloignant toujours plus de Morgane en le rapprochant d'une autre « soeur » ? Est-il supposé tenter de mieux s'en sortir dans cette vie ? Carter s'avoue perdu. Une telle situation le place dans un embarras sans nom, le pousse à s'emmêler dans une relation fraternelle dont il sait que la précédente, le  premier essai qui lui a été offert, fut un échec cuisant. Morgane et lui n'étaient pas proches, à GoldenDust, et c'est une des choses qu'il regrette le plus. La proposition de Penny parvient jusqu'à lui. Ses prunelles préoccupées par les diverses écritures des documents qui se trouvent dans ses mains continuent de se plonger ici et là. Carter laisse même un petit silence répondre à sa place. Il est encore en pleine réflexion sur l'attitude la plus correcte à adopter pour ne pas sembler... anormal. C'est le mot. Ou bien encore cruel. Avalant difficilement sa salive, le trentenaire relève enfin la tête mais son regard se veut fuyant. « C'est... C'est juste très bizarre. Mais ça va aller. » Son aveu lui enlève un poids (énorme) des épaules. Oui, c'est étrange. C'est complètement insensé même mais ça vient de lui tomber dessus et Carter doit faire avec. Cette jeune femme cherche sans doute à construire quelque chose, ou juste à en comprendre certaines, alors pourquoi ne pas essayer ? Et, si Penny s'avérait au final comme le côté/radar paranoïaque de l'ancien magicien semblait vouloir le prédire une personne peu digne de confiance, le blond se dit que passer du temps en sa compagnie peut sans mal l'aider à récolter diverses informations cruciales sur elle. Déposant les papiers sur le petit comptoir près d'eux, le propriétaire de la boutique fait le tour. Attrapant une petite bouteille d'eau qui se trouve sur son chemin, l'homme l'ouvre et en boit quelques gorgées rapides. Puis, Carter vient prendre place sur le petit tabouret qui attend sagement dans son sillage. Au final, il fait dans le désordre ce que sa nouvelle demi-sœur vient de lui conseiller. Peut-être que son corps en avait besoin, après une telle annonce, et que l'esprit de Merlin a pris le pas sur celui de Carter pour décider de l'ignorer. Le trentenaire n'en sait trop rien, si ce n'est que le fait d'avoir gardé la mémoire de Merlin l'handicape parfois. Enfin, le propriétaire de la Cave of Wonders relève la tête en direction de la jeune Penny. « Vous le savez depuis longtemps ? », l'interroge-t-il d'un ton intrigué, preuve irréfutable que l'idée d'avoir une nouvelle personne dans sa vie aussi spéciale qu'elle n'est pas pour déplaire à l'homme renfermé qu'il se doit de renvoyer.

_________________
just let's go back.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Is this just an illusion ? Empty
MessageSujet: Re: Is this just an illusion ?   Is this just an illusion ? Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Is this just an illusion ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Question d'Ivoi Le Chevalier Illusion.
» Illusion [court metrage]
» Illusion
» Illusion optique
» [Poème] - Illusion - G

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairview's Tales :: The Cave of Wonders-