AccueilAccueil  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 the secret (sasha)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jason Baker

avatar

Messages : 611
Inscription : 20/10/2013
Crédits : sweet nothing, hellangels, tumblr

ONCE UPON A TIME
Personnage: Frankenstein
Emploi: Policier
Relations :

MessageSujet: the secret (sasha)   Dim 19 Jan - 18:03

Les pas du monstre n'étaient plus aussi lourds qu'avant. Non, désormais, il parvenait à avancer un peu plus vite. Il cependant toujours un tressaut au creux de sa respiration. Une infime pause dans sa vie désarticulée qui l'empêchait de faire trop d'effort à la fois. Frankenstein pénétra dans le village secoué par un marché actif. Son regard noir se posait sur tous les visages qu'il croisait sur sa route. Aucun n'était le sien. Aucun n'avait ses longs cheveux blonds. Aucun n'avait son regard profond. Ne pas s'arrêter, continuer, poursuivre sans ralentir. Personne ne lui adresserait la parole, personne n'allait lui murmurer le moindre mot. Le sang séché sur ses vêtements et ses mains effrayaient. Il pouvait le voir dans leurs traits déformés par la surprise, par leurs regards fuyant et leurs démarches empressées. Frankenstein devait aussi avoir du sang sur le visage. Il était encore plus terrifiant que lorsque les cicatrices recouvraient seules sa peau. Dorénavant, la mort le suivait partout. Faucheur de la tristesse qui l'envahissait au fil du temps, il poursuivait sans cesse ce chemin douteux qui semblait le conduire de lui-même jusqu'à Elle. Car il la retrouverait. Il la reverrait dans peu de temps. Son cœur lui avait avoué n'être plus très loin. Il le suivait aveuglement. Ses paupières sèches se refermèrent lentement pour se rouvrir délicatement. Le bout du marché commençait à se faire apercevoir. Les pensées vides, seulement emplies d'un désir brûlant de la retrouver enfin, Frankenstein aperçut ses fameux cheveux d'or, au loin. Hésitant l'espace d'un instant, il accéléra aussi vite qu'il le put le pas et fonça sur elle. Sa main, raccordée de çà et là par sa magie puissante, saisit la sienne. Elle le reconnaîtrait. Elle saurait que c'est lui. Un sourire d'enfant accroché à ses lèvres défaites, le monstre sentit l'air de la planète entière remplir ses poumons désarticulés. Elle se tourna enfin dans sa direction. Son regard noir s'accrocha au sien. Elle voulut reculer mais la poigne du géant était bien trop forte. Ce n'était pas elle. Profitant de ce moment d’inattention de la part de Frankenstein, la jeune femme se déroba à sa prise et se mit à courir avant de tourner dans une rue adjacente non loin. Les prunelles sombres du monstre la suivirent lentement. Sentant la colère inonder son être, il se laissa guider par cette fureur habituelle qui le caractérisait tant et prit le même chemin qu'elle. Il l'aperçut, le visage déformé par la peur et l'angoisse, à quelques pas de lui, semblant vouloir se cacher de lui grâce à une simple boîte en bois. Aucune émotion ne se lisait sur le visage du monstre si ce n'était de la colère. Il ne parvenait pas à réfléchir. Il la vit secoua la tête de droite à gauche dans une vaine tentative de se défendre ou d'échapper à son destin. Mais elle avait failli. « Qui... es-tu ? », prononça-t-il d'une voix saccadée et dure. La réponse ne vint pas. Comme si elle avait perdu l'usage de la parole alors que ses supplications pour qu'il l'épargne s'emmêler aux creux de ses lèvres tremblantes. Le coup s'abattit sans qu'il ne prévienne de quoi que ce soit. Aucun signe sur son visage, ni même au fond de son regard ou sur sa main qui agissait plus vite uniquement lorsqu'il agissait ainsi. Le sang se répandit sur ses doigts. Il regarda durant quelques secondes les yeux ouverts de la jeune femme. Ce n'était pas elle. Pas encore. Pourquoi mettait-on de fausses pistes sur son chemin ? Pourquoi la route qu'on lui faisait prendre était-elle si compliquée à suivre ? Se retournant pour sortir de la petite ruelle sombre, Frankenstein pencha la tête sur le côté. Une autre jeune femme se trouvait non loin, l'observant. Elle lui disait quelque chose. Ses lèvres s'entrouvrirent doucement. « T-Toi... », dit-il d'une voix perdue. Il s'avança vers elle brusquement, ne lui laissant aucun moyen de réagir ou de s'éloigner. La distance entre eux était dorénavant bien moindre. Frankenstein contempla longuement ses traits doux. « T-Ton... Visage. Je te... Connais. »

Spoiler:
 

_________________
I'm only joking I don't believe a thing I've said What are you smoking? I'm just a-fucking with your head Only a crazy little thing I read @KONGOS, i'm only joking
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lauren Prescott

avatar

Messages : 2281
Inscription : 25/05/2013
Crédits : fassylover + tumblr

ONCE UPON A TIME
Personnage: Sasha
Emploi: unemployed
Relations :

MessageSujet: Re: the secret (sasha)   Dim 20 Avr - 20:37

Sasha avait eu envie de sortir du château ce jour-là. Il n’y avait pas de raison particulière, pourtant. C’était simplement ce besoin d’aventure qui était venu lui titiller les orteils dès le réveil. L’aventure, selon Sasha, était probablement bien loin de ce que cela voulait dire pour la plupart des gens. La demoiselle faisait partie de la Haute, après tout. Alors évidemment, l’aventure était bien différente de ce cela pouvait signifier pour les autres. Pour Sasha, cela serait tout simplement une balade dans la ville, sans aucune escorte. Oui, c'était on ne peut plus simple, quelque chose d'anodin même, mais pour elle, c’était beaucoup. C'était la Liberté, entière, totale. La demoiselle avait l’impression de prendre une bouffée d’air frais aussi agréable que violente, de se rappeler quelle était sa chance de vivre au-dessous de tout ce que certains avaient à subir, mais cela lui rappelait aussi son envie, parfois dormante, parfois étouffante, de découvrir une autre vie que la sienne. Car si l’étiquette l’empêchait de le formuler de cette façon, Sasha n’avait que trop conscience qu’elle était née le cul bordé de nouilles. Ca la fatiguait, pourtant, ce monde des apparences la plupart du temps. Ce n’était pas qu’elle n’aimait pas sa vie, mais elle aurait aimé pouvoir s’adresser de la manière qui lui plaisait à qui elle souhaitait et ne pas voir des barrières invisibles s’installer, comme celles qui l’opposaient inéluctablement à Rohan et Oswald, par exemple. Elle les adorait, chacun à leur manière, mais devait pourtant se rappeler qu’ils ne seraient jamais ses égaux et qu’elle ne pourrait jamais les traiter comme tel (tant parce qu’ils ne respectaient que trop l’étiquette que parce qu’une conduite différente aurait pu les mettre en péril). En tout état de cause, l’étiquette aujourd’hui, la demoiselle n’en aurait que faire. Elle chercha dans le fond de l’une des malles de ses appartements quelque chose qu’elle gardait plus précieusement encore que ses plus beaux bijoux : des habits « de ville ». Ceux qu’elle ne mettait qu’à cette occasion et dans le seul but de se fondre dans la masse. Une fois qu’elle les revêtait, il ne lui restait plus qu’à lâcher ses longs cheveux, ou à les ramener en un chignon volontairement négligé et de s’échapper discrètement vers la ville. Il lui suffisait de marcher la tête baissée dans la cour, et une fois le pont-levis passé, à elle la liberté. Personne ne faisait attention aux gens du peuple, tant qu'ils ne se comportaient pas de manière étrange.
Excitée de pouvoir se mêler à la population sans qu’aucun problème ne se pose, et sans aucune escorte, Sasha se perdit des heures durant dans la ville, s’éloignant plus que jamais du château. Elle ne réalisa qu’au bout d’un certain temps, qu’elle n’avait aucune idée de où elle se trouvait et de la direction à prendre pour rentrer au château. Elle s’apprêtait à s’aventurer dans une ruelle un peu trop sombre lorsqu’un bruit sourd la fit sursauter. Elle s’arrêta alors au coin de cette rue et chercha à voir ce qu’il se passait. Si quelqu’un était blessé, elle ne pouvait décemment pas rester là sans rien faire… La silhouette de la personne qui surplombait ce qui semblait être un corps, était particulièrement imposante et Sasha, de sa hauteur, avait l’impression d’être une petite souris menacée par un dragon géant. Naturellement, c’était exagéré mais il était sur et certain qu’elle ne pourrait rien faire. Pourtant, quand l’individu se dirigea vers elle, la demoiselle choisit d’ignorer les palpitations de son cœur et d’essayer de ne pas avoir l’air inquiet du tout. Pourtant, ses poings étaient serrés aussi fort qu’elle le pouvait, tellement fort que ses ongles étaient sur le point de traversée sa peau. Lorsqu’il s’adresse à elle pourtant, Sasha ne bougea pas. Elle sentait bien la peur glacer son sang, raidir ses muscles mais il y avait quelque chose qui l’empêchait de bouger ; cela n’avait rien à voir avec du courage, loin de là. Non, c’était plus comme si son intuition lui soufflait qu’elle était exactement à l’endroit où elle devait se trouver en cet instant. Au fur et à mesure que le visage s’approchait d’elle (le corps tout entier, en réalité, mais puisque la demoiselle avait les yeux rivés sur le visage de son agresseur potentiel, elle avait l’impression qu’il avançait indépendamment du reste de son corps), Sasha se rendit compte qu’elle n’avait aucune raison d’être apeurée. Elle ne connaissait que trop bien la personne qui se trouvait devant elle. Un large sourire vint alors chasser la peur de son visage, et ce n’est qu’en voyant qu’il ne reconnaissait pas exactement qui elle était que Lauren s’empêcha de lui sauter au cou. En ne le voyant plus au château, elle avait été persuadée qu’il lui était arrivé quelque chose de grave, voire d’irrémédiable. Mais non, Franky était bien vivant. Chassant les quelques mèches qui venait dissimuler son visage, Sasha s’éclaircit légèrement la gorge. « C’est moi… Sasha. Tu me reconnais ? » En temps normal, la demoiselle aurait évité de s’annoncer de la sorte, et aurait tout fait pour dissimuler son identité mais la joie de retrouver Frankenstein était bien trop intense pour qu’elle ne s’inquiète qu’on la reconnaisse.  « Je.. je suis plus apprêtée d’habitude, lâcha-t-elle en lissant sa robe, un peu gênée, mais je… C’est tellement bon de te revoir ! » dit-elle avant d’oser aventurer une main sur son bras, souhaitant s’assurer qu’il n’était pas le fruit de son imagination.

Spoiler:
 

_________________

So little time, try to understand that I'm trying to make a move just to stay in the game. I try to stay awake and remember my name, but everybody's changing and I don't feel the same. You're gone from here, and soon you will disappear fading into beautiful light. Cause everybody's changing and I don't feel right.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jason Baker

avatar

Messages : 611
Inscription : 20/10/2013
Crédits : sweet nothing, hellangels, tumblr

ONCE UPON A TIME
Personnage: Frankenstein
Emploi: Policier
Relations :

MessageSujet: Re: the secret (sasha)   Ven 6 Fév - 22:10

Les paupières de Frankenstein se haussèrent. Sasha. Le prénom ne lui revenait pas encore en mémoire, mais les traits de son visage, oui. Le monstre se souvenait vaguement de ce même regard dans le sien, de ses lèvres délivrant d'autres mots à son attention. Il pensait revoir ces simples détails devant ses yeux, sans pour autant que ce soit le cas. Frankenstein apprenait encore à comprendre ce que pouvaient être les souvenirs. Un petit mouvement sec de la tête répondit à la question de la jeune femme. Le monstre n'était pas capable de faire beaucoup plus. Son langage limité ne lui permettait pas d'exprimer toutes les émotions qui secouaient son esprit. Son regard désaccordé s'abaissa vers ses propres vêtements peints de sang. Si Sasha regardait les siens, il déduisait devoir adopter le même comportement, imiter ses gestes pour mieux en saisir la finalité et le sens. Le rouge sombre qui frappa son champ de vision lui fit exercer un mouvement de recul infime. Jusqu'à ce que son attention enfantine ne soit détournée vers la main douce que venait de déposer Sasha sur son bras recomposé. Ému (sans le savoir), un sourire tordu s'immisça sur ses lèvres déchirées. Une sensation de bien-être l'envahit. C'était la première fois qu'on osait l'approchait de la sorte. Sasha était gentille. Elle n'avait pas peur de lui. Frankenstein devinait qu'il pouvait inspirer autre chose que la terreur grâce à elle. Son visage se tourna alors en direction de la jeune femme qu'il venait d'agresser, derrière eux. Brusque, il agrippa sans prévenir le bras de Sasha pour la guider de sa démarche saccadée jusqu'au frêle corps sans vie. Le monstre n'avait pas conscience du mal qu'il pouvait lui avoir fait. Son attention limitée était toute portée sur ce qu'il avait fait auparavant. Sa mémoire se mettait en route. Il revoyait ses cheveux blonds se balader au cœur du marché, ses supplications et son regard vide qui n'avait pas changé depuis quelques minutes. La respiration du monstre s'arrêta un instant. Ses poumons se brisèrent, empêchèrent tout air de pénétré son organisme dénué de sens. Son cœur lui faisait mal. Un mal inconnu à ce jour, frappant de plein fouet son visage. Le sang affluait au niveau de ses joues. Sa main relâcha le bras de Sasha. Son regard se planta dans le sien. L'enfant perdu qu'il était se retrouvait face à une nouvelle situation étrange, perturbante à assimiler. « Elle. Pas. N'était. Elle. » Ses paumes vinrent se coller contre ses tempes cicatrisées. Il savait que ce n'était pas ça. Pourtant, son cerveau n'arrivait pas à trouver et formuler le bon ordre. Sa lèvre inférieure se mit à trembler. Alors, Frankenstein se pencha lentement vers le corps inanimé. Ses doigts reconstitué se mêlèrent à la chevelure blonde de l'inconnue, avant qu'il ne tire d'un coup sec dessus. Puis il les présenta à Sasha, espérant éveiller en elle une compréhension immédiate. Le geste terrible qu'il venait d'avoir témoignait de son inconscience face  la vie, ainsi qu'à ses actes propres. Le monstre était incapable de voir le mal qu'il faisait autour de lui, recherchant l'amour d'un être que tout son être désespéré de retrouver au fur et à mesure de sa quête. « Blo-blond. Pas. Elle. »

Spoiler:
 

_________________
I'm only joking I don't believe a thing I've said What are you smoking? I'm just a-fucking with your head Only a crazy little thing I read @KONGOS, i'm only joking
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lauren Prescott

avatar

Messages : 2281
Inscription : 25/05/2013
Crédits : fassylover + tumblr

ONCE UPON A TIME
Personnage: Sasha
Emploi: unemployed
Relations :

MessageSujet: Re: the secret (sasha)   Lun 13 Avr - 23:32

Comme d’ordinaire, la jeune femme n’avait que peu conscience du danger qui l’entourait, ou même de la réalité de la situation. En découvrant l’expérience de Grace, Sasha ne s’était jamais imaginée qu’il s’agissait d’un moyen de construire une armée d’être sanguinaire. Naïvement, elle s’était dit qu’elle essayait simplement de redonner la vie à un être cher – elle n’avait même pas demandé d’explication à Grace, lui avait simplement dit qu’elle comprenait, sauvant probablement sa vie sans même le savoir. A force de trainer dans les parages, Sasha s’était prise d’affection pour Frankenstein, sans même savoir de quoi il était capable. Il ne faisait pourtant nul doute que si elle en avait eu la moindre idée, elle se serait tenue éloignée de celui-ci.  A dire vrai, sa confiance en le monstre qu’il était était telle qu’elle n’imaginait pas une seule seconde que Franky puisse être l’auteur d’un crime. Convaincue qu’il avait du vouloir lui sauver la vie, Sasha n’envisagea même pas de l’interroger tant elle refusait de le troubler avec des inepties pareilles. Elle s’efforça de ne pas grimacer lorsque ses lèvres se déchirèrent en un sourire, et se demanda s’il avait conscience d’à quel point il pouvait paraître répugnant aux yeux des autres ? Sasha ne s’arrêtait pas là, parce qu’elle ne savait que trop bien combien d’opérations il avait subi et comme ce n’était pas de sa faute. Elle s’apprêtait à l’éloigner de l’aller pour l’amener au château – Grace serait sans aucun doute ravie de le retrouver ! – lorsqu’il attrapa son bras, ne manquant pas de la faire sursauter au passage. Malgré elle, et culpabilisant à l’instant même où elle réagit de la sorte, Sasha regarda autour d’elle, comme pour s’assurer que quelqu’un savait où elle était et lui porterait secours au besoin. Elle n’eut cependant le temps de capter le regard de personne, et se laissa amener jusqu’à l’endroit où Franky souhaitait qu’elle se trouve. Après tout, il ne lui avait jamais fait de mal ; elle n’avait aucune bonne raison de se méfier de lui. Elle l’observa avec attention, cherchant ce qu’il souhaitait lui dire mais sans parvenir à laisser échapper un seul mot de sa bouche pour autant. Sasha s’en voulait d’avoir peur ainsi quand Frankenstein essayait clairement de lui expliquer quelque chose, et si la rouquine essayait sincèrement de comprendre, son cerveau avait du mal à fonctionner à une vitesse correcte et donc à qui était cette « elle » à qui il faisait référence. Avait-il une épouse avant de décéder, et cherchait-il à la retrouver maintenant qu’il était de nouveau vivant, bien qu’il soit… différent ? Au fond d’elle, Sasha ne pouvait s’empêcher de trouver cela incroyablement romantique. Ce sentiment ne dura cependant pas bien longtemps puisque voyant qu’elle n’avait pas saisi ce qu’il essayait de lui dire, le monstre avait fini par arracher une large poignée de cheveux au corps inanimé. Serrant les dents comme elle le pouvait, Sasha tenta de ne pas réagir mais ce fut plus fort qu’elle : elle prit ses jambes à son cou, et tenta de s’éloigner de lui autant que possible. Ce fut cependant un lamentable échec puisque la jeune femme trébucha quelques secondes à peine après avoir commencé sa course et se retrouva le nez contre terre, réalisant grâce à choc qui était cette « elle » : Grace, évidemment. Restant abattue quelques secondes, elle se releva aussi vite qu’elle le put. Malgré ce que tous ses instincts lui soufflèrent, elle se tourna vers Franky et l’interrogea : « Tu cherches la Reine, n’est-ce pas ? »

_________________

So little time, try to understand that I'm trying to make a move just to stay in the game. I try to stay awake and remember my name, but everybody's changing and I don't feel the same. You're gone from here, and soon you will disappear fading into beautiful light. Cause everybody's changing and I don't feel right.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jason Baker

avatar

Messages : 611
Inscription : 20/10/2013
Crédits : sweet nothing, hellangels, tumblr

ONCE UPON A TIME
Personnage: Frankenstein
Emploi: Policier
Relations :

MessageSujet: Re: the secret (sasha)   Sam 12 Sep - 23:36

Le Monstre n'a rien fait de mal. Les cheveux qui pendent au bout de sa main ne sont rien ; ils ne sont là que pour éveiller la mémoire de la jeune femme en face de lui, peut-être même la sienne s'il y parvient. Lui n'a que les images. Le souvenir faible d'un visage, le plus beau de tous ceux qu'il a croisés sur sa route. De grands yeux le dévisageant, de longs cheveux bordant des traits doux et tendres. C'est tout ce qu'il possède, tout ce dont il est capable de se souvenir. Parfois, Frankenstein croit se remémorer plus. Des sons jouent une mélodie nouvelle à ses oreilles, son regard s'arrête sur des détails qui crient à la reconnaissance sans pour autant que le petit bout de vie dont il est âgé comprenne ce que cela signifie. Par moment, même, des douleurs physiques parcourent son corps reconstitué. Cela devrait l'éveiller, lui faire comprendre que toutes ces choses qui le bouleversent ne sont autre que les souvenirs vécus par les différentes parties de son être. Chaque homme ayant servi à le façonner réagit à sa recherche. Malheureusement, le Monstre n'est pas assez grand pour entendre ce genre de choses. Alors, il poursuit sa quête, hermétique aux signaux envoyés par son cœur, ses mains, ses traits ou ses poumons. Sasha s'enfuit. Le regard perdu de Frankenstein, observant les cheveux collés à sa paume, se relève dans sa direction. Sa tête penche un instant sur le côté. Il l'observe, détaille sa démarche pressée. Puis la suite. D'instinct, pour ne pas la perdre de vue. Il se raccroche avec désespoir à cette première personne qui semble l'avoir reconnu, tout autant qu'il est parvenu à se souvenir d'elle, tant le dessein de La retrouver s'avère vital. Le pas lourd la Créature s'aventure dans les pas de la jeune femme. Il met plus de temps à faire le chemin qu'elle parcourt en seulement quelques secondes, mais il méconnaît le découragement. Sa rage de vaincre est plus forte que tout le reste. Son souffle devient rauque. L'air vient racler avec puissance sa gorge, effleure les cicatrices internes qui relient sa peau. Le Monstre n'a pas l'habitude d'être fatigué. Il ne dort pas. Il n'a jamais pris le temps de dormir. Il n'en a pas le droit, pas tant que son regard ne se sera pas posé sur Elle. Pourtant, soudain, tout s'arrête. Son corps se fige dans la petite ruelle. Le corps de Sasha est tombé, plus loin. Cependant, même si l'esprit de Frankenstein dicte au reste d'en faire de même, d'expérimenter les actes des autres pour en tirer des leçons, ses genoux ne touchent pas terre. Il sait qu'il a raison, le visage de la jeune femme est éprouvé lorsqu'elle se relève et se retourne dans sa direction. Le Monstre sent son palpitant gonfler. Sans même s'en rendre compte, sa main droite vient se déposer tout contre ce dernier. Il ressent les battements affolés et son regard cherche à apercevoir ces derniers, jusqu'à comprendre que ce n'est pas possible. Il est caché. Tout au fond de lui, il bat à l'abri du regard des autres. Alors, la seule chose qu'il reste à Frankenstein, c'est de relever son regard dans celui de Sasha. Il l'observe se rapprocher d'un pas prudent, ne comprenant pas qu'elle vient d'éprouver une peur compréhensible à l'avoir aperçu arracher les cheveux de la morte délaissée au loin. Son imposante carrure recule d'un pas à sa question. « NON ! » Son cri rebondit contre les deux murs qui les surplombent. Non, il ne cherche pas la Reine, il la cherche Elle. Secouant la tête de gauche à droite, le Monstre cherche les bons mots. Comment peut-il se faire comprendre ? Son vocabulaire est réduit. Son corps se souvient, mais son corps ne peut parler à sa place. Cependant, quelque chose souffle à son oreille que cette fameuse 'Reine' est la personne qu'il désire retrouver. Il le lit au creux du regard de Sasha. Méfiant, le dos courbé, il s'approche d'un pas vers cette dernière. Il ne veut pas qu'elle s'éloigne à nouveau, il veut comprendre. Essayant de se faire plus petit, moins effrayant, Frankenstein souffle un seul mot en direction de la jeune femme :  « Oui. » C'est Elle. Doucement, il se met à tendre une main devant lui, en direction de celle de Sasha. Tel un petit enfant, il s'effraie de se retrouver à nouveau seul et quémande la première aide qui semble lui être offerte, bien que peu conscient de ses gestes. Le Monstre sent juste que les choses se font naturellement, alors il s'écoute sans plus penser. « Ai- Aide-moi. »

_________________
I'm only joking I don't believe a thing I've said What are you smoking? I'm just a-fucking with your head Only a crazy little thing I read @KONGOS, i'm only joking
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lauren Prescott

avatar

Messages : 2281
Inscription : 25/05/2013
Crédits : fassylover + tumblr

ONCE UPON A TIME
Personnage: Sasha
Emploi: unemployed
Relations :

MessageSujet: Re: the secret (sasha)   Dim 17 Jan - 23:45

Sasha n’en avait aucunement conscience, mais elle était entrain de découvrir la signification du mot courage. Terrorisée, elle l’était. Mais elle n’était pas la seule. Franky semblait perdu, n’avoir aucune idée de ce qu’il faisait ici ou là, et avait besoin d’elle. Sauf qu’elle ne cessait de repenser à ce corps inanimé sur le pavé à quelques mètres - peut-être centimètres même mais Sasha ne pouvait se résoudre à y jeter un coup d’œil. La vue du sang avait suffit à lui en donner le goût dans la bouche et il en faudrait peu pour achever de retourner son estomac. Elle souffla, doucement. Il fallait qu’elle prenne sur elle, et qu’elle vienne en aide à cet être qui n’était rien qu’un enfant, dans le fond. La comparaison était peut-être loin d’être idéale mais Sasha avait l’impression qu’il se comportait comme un enfant qui voulait à tout prix retrouver sa maman. Et n’était-ce pas ce que Grace était, dans le fond, puisqu’elle était celle qui s’était occupée de lui toujours ? Elle l’avait nourri, lui avait permis d’avoir tous les soins possibles et imaginables, et avait fait de lui un homme. Et si Sasha ne l’avait jamais vu réellement faire preuve d’affection envers lui de ses propres yeux, elle ne doutait pas un seul instant que la Reine n’avait pu que le traiter avec bonté et générosité. Comment aurait-il pu autant tenir à elle, sinon ? Concentrée sur ce point, Sasha tentait, vainement, de ne pas prendre en compte le fait que d’un seul coup de main, il pourrait porter le coup de grâce, et faire d’elle un simple pantin. Qu’aurait-il fait avec cette jeune femme si elle ne l’avait pas aperçu ? La jeune noble n’en avait pas la moindre idée, mais elle ne préférait pas savoir. Et cette fois, il ne s’agissait pas d’avoir peur. Franky était quelqu’un à qui elle vouait une fascination sans fin et une affection presque aussi grande. Ils ne communiquaient pas beaucoup, pourtant. Mais ils avaient passé le temps parfois ensemble, à jeter des galets dans l’eau ou des bouts de bâtons dans un panier qu’ils plaçaient toujours de plus en plus moins. Elle aimait ça, Sasha. Avec lui, il n’y avait pas besoin de parler, ni même de grandes manières. Sasha pouvait être elle-même sans avoir à craindre de salir sa robe, ou d’avoir un mot plus haut que l’autre. Franky prenait les gens, tels qu’ils étaient – et tuaient ceux qu’il n’aimait pas ? Décidant de prendre la parole pour se changer les idées et l’empêchait de penser à tout ça, elle l’interrogea sur ce qu’il cherchait. Après tout, même s’il n’était pas un être sans défense, il restait quelqu’un qui ne pouvait s’exprimer comme les autres et qui avait besoin qu’on l’aide… Ce qu’il avait fait… C’était une horreur sans nom mais Sasha refusait de le juger tant qu’elle ne connaissait pas les circonstances qui l’avaient amené à se conduire ainsi. Peut-être avait-il une bonne raison ? Comme si une action ou une parole pouvait excuser un meurtre… Elle sursaute à nouveau quand il hurle un non d’une violence inouïe, et recule à son tour, se demandant si elle ne ferait pas mieux de retourner au château et d’éviter de sortir pour quelques temps… Luttant contre les tremblements qui menaçaient de parcourir son corps (Sasha était beaucoup trop cajolée au château… elle en était encore plus certaine désormais, même si elle n’en avait douté), elle attendit de reprendre ses esprits pour tourner les talons et rentrer dans sa forteresse. Mais Franky fut plus rapide qu’elle, et sembla changer d’avis. Haussant un sourcil, elle se demanda si ce n’était pas un piège… C’était triste de penser comme ça, et elle ne pouvait s’empêcher de penser qu’elle trahissait le lien qui s’était créé entre eux mais… comment démêler le faux du vrai ? Certainement pas en l’interrogeant sur la question ! Toutes ses considérations furent cependant rapidement éloignées quand il la supplia de l’aider sur un ton qui ne manqua pas de la désarmer. Pour un peu, Sasha aurait presque pu entendre son cœur se briser au moment où il avait prononcé ces mots. La rouquine fit l’effort de se rapprocher et posa une main aussi compatissante qu’hésitante sur l’épaule de Franky : « D’accord, mais j’ai besoin que tu me fasses une promesse… » Sa voix était faiblarde, et l’on pouvait presque entendre la peur qui lui martelait le crâne de « pars, et vite ! ». Elle ferma les yeux quelques secondes, et fit un signe de tête vers le corps inanimé de la jeune femme. Dans un réflexe malheureux, elle ouvrit les yeux avant même d’avoir tourné la tête et la vision qui s’ensuivit suffit à faire couler des larmes sur ses joues. Elle prit sur elle pour focaliser à nouveau son attention sur Franky et précisa son exigence : « Ca… ça ne doit plus jamais arriver… jamais… »

_________________

So little time, try to understand that I'm trying to make a move just to stay in the game. I try to stay awake and remember my name, but everybody's changing and I don't feel the same. You're gone from here, and soon you will disappear fading into beautiful light. Cause everybody's changing and I don't feel right.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jason Baker

avatar

Messages : 611
Inscription : 20/10/2013
Crédits : sweet nothing, hellangels, tumblr

ONCE UPON A TIME
Personnage: Frankenstein
Emploi: Policier
Relations :

MessageSujet: Re: the secret (sasha)   Mar 23 Fév - 1:08

Aide-moi.
Tu te souviens que ces mots ont passé les lèvres de beaucoup de personnes. Tu te souviens des cris, à même le sol, tu te souviens t'être penché en avant, d'avoir observé les derniers prémices de vie naviguant dans les corps, avant d'asséner le coup fatal. Tu n'as pas compris la déformation de leurs traits. Tu n'a pas compris non plus pourquoi une voix si brutale, soudaine, passait leurs lèvres déjà rougies par le sang. Tu n'as compris les syllabes ni ne les entend maintenant. Tu apprends. Au fur et à mesure, tu enregistres ce que tu vois, ressens, expérimentes, même si tu n'es pas capable de nommer ou de, peut-être, les reproduire ensuite. Mais tu fais de ton mieux. A présent, tu es face à ce souvenir qui te semble toujours plus proche. Ce visage, cette... cette autre être différent de toi, tu la reconnais. Tu la connais, tout comme elle La connaît Elle. Tu sens ton cœur s’emballer à cette idée. Le peu de sang qui filtre par tes veines raccommodées, à l'intérieur de ton corps, sont douloureuses sous cette soudaine affluence que tu ne saisis pas. Pourquoi ce souvenir t'affole ? Il n'est pas si divergent de tous les autres : tu ne vois qu'Elle. Il s'agit de ton souvenir le plus précieux, celui dont tu ne te sépares pas pour tenter de La retrouver. Son visage est penché sur le tien, l'oeil hagard ; tu essayes de bouger, de te reculer, pour pouvoir en apercevoir plus d'elle, mais sa main douce contre ton épiderme rugueux, presque cuirassé, t'intime de ne pas essayer de te relever. Alors tu t'exécutes. Tu sens les traits de ton visage te tirer un peu, mais toute ton attention continue à converger en direction de Sa présence. Il n'y a qu'elle qui compte. Tu veux lui parler, lui dire beaucoup de choses, beaucoup trop de choses à la fois, sauf que tu n'as pas les mots. Seulement des bruits, un ou deux grognements dissonants, rien de plus que des râles pour t'exprimer un minimum. Son regard bienveillant se dépose dans le tien. Là, juste là, elle te regard, ou peut-être même te contemple... Puis tu la perds. Tu recules d'un pas, tu découvres un visage paniqué face au tien, plus bas, tu regards cette petite main qui cherche à empêcher ta poigne de tirer trop fort sur ces longs cheveux blonds qui se sont enroulés autour de tes doigts rafistolés, avant que tu ne la fasses reculer brutalement contre le mur derrière elle. Au bout de tes doigts, toujours la même chose : des filaments dorés, souvenirs éteints de cette autre qui n'était pas Elle. Tu as toujours le sentiment de l'avoir retrouvée avant de comprendre que non. Elle n'est pas là, Elle est ailleurs. Dans un ailleurs toujours plus loin, toujours plus complexe pour toi, mais tu n'abandonnes pas. Tu n'as que cette idée en tête. Tu ne peux vivre sans Elle. C'est l'impression que ton corps te donne : tant que tu ne l'auras pas retrouvée, tu ne pourras pas arrêter de souffrir. Tes membres hurlent une douleur sans nom, sans explication, chaque jour plus fulgurante, écrasante. Tu te plies à la volonté de ton cœur qui palpite grâce aux pas que tu exécutes pour La retrouver malgré le fait de ne pas connaître la bonne route, le bon chemin, la bonne personne. Tu sais que tu reproduis toujours les mêmes choses mais tu ne sais pas qu'il existe d'autres possibilités – comme celle de ne pas chercher à La retrouver, ni La rencontrer. Tu ne t'imagines pas qu'Elle te fera plus de mal que toutes les personnes qui s'en sont prises à toi durant ton périple. Ton regard inspecte les traits de Sasha. Tu remarques qu'elle ne le fait pas en retour, mais observe quelque chose derrière toi. Tu ne sais plus quoi. Tu devrais, pourtant, car il s'agit là de ton énième erreur dans ta course effrénée pour La voir. Ton nouveau rêve, souvenir, qui s'est reconnecté sans prévenir à la réalité jusqu'à te faire comprendre que tu t'es encore trompé. Ta respiration est soudain un peu plus bruyante. Tu inspires et expires dans un bruit fort, un appel d'air qui ne passe pas inaperçu, et qui rappelle que tu n'es pas qu'un, à l'intérieur, mais le résultat d'une folie qui dépasse l'entendement. Ce n'est pas ta faute si tu agis sous le coup d'une impulsivité dont tu n'as même pas conscience, c'est la Sienne, car elle n'a pas songé au fait que tu allais devoir tout réapprendre, tel le nouvel être que tu étais en venant au monde. Pour le moment, tu n'as qu'Elle comme référence, tu n'as que ce souvenir comme espoir. Et rien d'autre. « Jamais. » Tu répètes sans comprendre le sens de ce mot. A la voix plus appuyée de Sasha sur ce dernier, tu devines juste qu'il est au-dessus des autres. Tu te doutes qu'elle doit vouloir te faire entendre, assimiler quelque chose. Sauf que comme pour beaucoup de chose, tu as la forme mais pas le fond. Alors tu restes sur tes acquis. Ces toutes petites connaissances qui te font croire que tu peux être capable de découvrir plus, d'être plus que ce que tu es, de devenir plus tard plus. Pour Elle, rien que pour Elle. « Où ? », que tu exultes, soudain, en accordant toute ton attention à Sasha. Ton champ de vision est réduit. Tu ne peux pas remarquer tout ce qui se passe derrière elle, plus loin au fond de la ruelle, là où l'autre grande route du marché croise celle où tu te trouves avec elle, par peur de la perdre. Tu n'as pas conscience de tes capacités et cela handicape l'existence déjà compromise qui est la tienne. « Elle où ? », que tu bafouilles dans un langage succin. Malgré l'ironie de la chose, ce n'est que la vérité : tu n'as qu'Elle à la bouche. Tu penses ne connaître que ce mot par cœur, que cette façon de positionner tes lèvres pour l'appeler Elle et pas un ou une autre. Tu espères réussir à dire plus. Tu essayes, souvent, de te forcer à reproduire de nouveaux sons entendus dans un nouveau village, lors d'une rencontre inédite, mais tu retiens peu, à part si la créature, semblable à ton être repoussant ou non, répète encore et encore, jusqu'à ce que les syllabes sortent avec difficulté de ta gorge.

_________________
I'm only joking I don't believe a thing I've said What are you smoking? I'm just a-fucking with your head Only a crazy little thing I read @KONGOS, i'm only joking
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: the secret (sasha)   

Revenir en haut Aller en bas
 

the secret (sasha)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairview's Tales :: King's Landing-